S'en sortir : Accompagnement sociologique à l'autobiographie d'un ancien sans domicile fixe

 
9782862724676: S'en sortir : Accompagnement sociologique à l'autobiographie d'un ancien sans domicile fixe
Extrait :

Ce livre est l'aboutissement d'une rencontre rare et précieuse dans la carrière d'un sociologue. À la rentrée 2001, je découvris la nouvelle promotion d'étudiants adultes - travailleurs sociaux, professionnels de la santé et de l'éducation - en formation continue. À la fin de la première séance de ce cours de sociologie de la pauvreté, un étudiant, âgé d'une quarantaine d'années, le visage de ceux dont on dit qu'ils sont marqués par la vie, les cheveux grisonnants, les doigts ambrés par la nicotine, se présenta à moi : «Je m'appelle Tierry Torche, je suis un ancien SDF, je crois que vous vouliez me rencontrer et moi aussi». Coïncidence de la vie : |e débutais au même moment un travail d'enquête cherchant à élucider les étapes possibles de la sortie d'une carrière' de sans domicile fixe, caractérisée par la dérive entre rue et assistance. «Le terme de "coïncidence" signifie que les choses ne sont ni parfaitement aléatoires, ni absolument déterminées. On pourrait dire qu'elles "coïncident". Bien qu'aucune des actions particulières impliquées dans l'événement particulier que nous cherchons à expliquer ne soit aléatoire, et bien que chacune d'entre elles puisse sociologiquement s'expliquer de manière sensée, ce que l'on peine à expliquer dans ce cas, c'est leur intersection».
C'est ainsi que Tierry me raconta qu'il s'était entretenu lors d'une visite au siège local du mouvement ATD Quart Monde avec une jeune étudiante infirmière qui effectuait un mémoire de fin d'étude sur la santé des personnes à la rue. Il me revint en mémoire que celle-ci m'avait également sollicitée pour des conseils bibliographiques, et avait évoqué sa rencontre avec un «certain Tierry» C'est donc elle qui avait joué le rôle d'intermédiaire en lui rapportant mon intérêt pour rencontrer des personnes qui avaient été sans domicile fixe. En se présentant à moi de cette manière abrupte mais si perspicace - l'un de ses traits de caractère qui se révélera par la suite- il ne faisait qu'anticiper un contact que je m'étais promis de concrétiser dans les semaines à venir. «L'intersection» dont parle Becker qui se produisit à ce moment-là n'était pas due au simple hasard et peut s'expliquer par des préoccupations convergentes. Tierry recherchait une personne capable de le soutenir dans l'écriture de l'histoire de sa vie. Quant à moi, je souhaitais conduire des entretiens biographiques avec des personnes correspondant à son profil.
Dès lors, nous eûmes des rencontres régulières, au rythme d'un entretien par mois pendant plus de deux ans ; entretiens qui furent enregistrés dans les règles de l'enquête sociologique. Pendant toute cette période, Tierry vivait encore dans une situation très précaire, tant d'un point de vue professionnel que d'un point de vue affectif. Il abandonnera d'ailleurs rapidement la formation de sociologie engagée initialement, quittera le domicile de sa compagne, démarchant de droite à gauche les administrations pour faire valoir ses droits, cherchant à gagner son indépendance financière et élaborant ses projets professionnels. Rétrospectivement, il m'apparut, comme il m'en fit récemment la remarque, que ces rencontres régulières lui permettaient de «tenir», l'encourageaient dans sa nouvelle vie remplie, comme on le verra, d'épreuves insolites et de risques imprévus.
Dans le contexte de l'enquête sociologique que j'avais engagée, je voulais recueillir des récits singuliers de «sortie de la rue», pouvant être comparés entre eux. Au début de ces années 2000 et encore aujourd'hui, l'attention sociale portée sur les personnes sans domicile fixe s'est focalisée sur les clochards «naufragés» de notre société pour lesquels aucune voie de sortie ne semble envisageable, si ce n'est l'accueil en foyers spécialisés. L'impact d'une interprétation psychologique univoque en terme de «syndrome de désocialisation» ne me semble pouvoir rendre compte de l'ampleur et de la complexité d'un phénomène qui se diversifie, ce que montre sans détour l'enquête statistique. Dans le cadre de cette enquête, en m'attachant exclusivement aux personnes qui s'en étaient sorties, je voulais prendre la mesure d'une fin de carrière de SDF, sans déni des fins de vie dans la rue, sans angélisme non plus, l'avais pu empiriquement, au cours de mes travaux ethnographiques précédents, observer longuement les indispensables adaptations individuelles et collectives pour survivre et se maintenir : circuler sans fin entre les services, trouver les bons plans, mendier, s'alcooliser, se replier sur soi-même, etc. La plupart s'avérait être une entrave aux tentatives de sortie cent fois recommencées.

Présentation de l'éditeur :

L'histoire de Tierry Torche, ancien sans domicile fixe, est représentative des heurts et malheurs de la vie des SDF. Il n'est pas un héros ; plus simplement, un homme comme tous les autres qui cherche à triompher de l'incertitude qui pèse sur son avenir. Ceux qui n'ont pas vécu cette expérience de la rue ont bien du mal à se représenter le risque pris d'infléchir une nouvelle fois sa vie sans en connaître la direction. Sortir de la rue est un processus fait d'essais et de tentatives multiples, d'abandons et de reprises.

L'exploration autobiographique présentée ici invite le lecteur à pénétrer dans les coulisses de l'enquête sociologique. L'expérience de la vie à la rue, le rapport aux associations d'aide à la personne ainsi que le processus de sortie de la rue sont proposés sous différentes formes : dialogues, cartes-réseaux, courts récits, témoignages... La réflexivité de l'un et la démarche compréhensive de l'autre se rejoignent et entraînent le lecteur à suivre pas à pas le cheminement vers la sortie. La méthode des récits de vie en sociologie fait également l'objet d'une réflexion renouvelée.

Pascale Pichon, sociologue est maître de conférence à l'Université de Saint-Étienne et chercheure au sein du laboratoire de recherche MODYS-CNRS, UMR 5264. Elle a publié de nombreux articles sur l'expérience et la carrière des personnes sans domicile et récemment Les SDF : sortir de la rue, éd. PUCA recherche, 2005 ; Vivre dans la rue, sociologie des sans domicile fixe, éd. aux Lieux d'être, Paris, 2007.

Tierry Torche a développé sa propre agence de formation en direction des publics exclus et dépendants de l'alcool et de ceux qui les accompa­gnent.

Les informations fournies dans la section « A propos du livre » peuvent faire référence à une autre édition de ce titre.

(Aucun exemplaire disponible)

Chercher:



Créez une demande

Si vous ne trouvez pas un livre sur AbeBooks, nous le rechercherons automatiquement pour vous parmi les livres quotidiennement ajoutés au catalogue.

Créez une demande