André Suarès; Germaine Krull Marseille

ISBN 13 : 9782862765099

9782862765099: Marseille
Présentation de l'éditeur :

GERMAINE KRULL

Germaine Krull est née en 1897 à Wilda-Poznan en Allemagne.
En 1916, elle étudie la photographie à Munich, fréquente la bohème étudiante munichoise, et rencontre Towia Axelrod, anarchiste russe, qu'elle épouse en 1919. L'assassinat de Kurt Eisner, secrétaire du Parti social démocrate, entraîne une vague d'arrestations. Germaine Krull est condamnée à mort, échappe à son exécution, et s'enfuit à Berlin.
Elle ouvre un atelier de portrait, poursuit ses activités politiques, et fréquente les «chercheurs» de l'image comme Moholy-Nagy au Bahaus. Elle rencontre le cinéaste Joris Ivens, aussi engagé qu'elle, et s'installe avec lui aux Pays-Bas. Elle expérimente la photographie d'architecture et collabore aux revues i-10 et Filmiliga.
En 1925, elle quitte les Pays-Bas pour Paris et travaille pour différents magazines dont «Vu». Elle réalise en 1927 un livre Métal qui se compose de 64 planches représentant des images industrielles d'une grande force d'abstraction. Cet ouvrage marque l'histoire de la photographie et devient le manifeste de la nouvelle vague résolument moderniste et non conventionnelle. Sur les pas de Moholy-Nagy, elle réalise deux albums de ses photos : 100 x Paris en 1929 inspiré par la Tour Eiffel et Marseille en 1935 autour des activités du Port, les photos du pont transbordeur de Marseille sont parmi les meilleures et traduisent parfaitement ce souci documentaire lié à une recherche des formes nouvelles d'expression plastique.
En 1940, Germaine Krull quitte la France pour les États-Unis, puis rejoint Brazzaville où elle dirige le service de propagande de la France Libre. Après un passage à Alger, elle accompagne le 6ème Army-Group lors du débarquement des Alliés en Provence (août 1944) puis la 1ère armée française jusqu'à la fin de la guerre. En 1946, elle part en Indochine comme correspondante de guerre, et à Bangkok où elle dirige l'Hôtel Oriental ! Parcourant l'Asie du Sud-Est, elle réalise des milliers de photos sur l'art bouddhique.
Puis, après avoir vécu en Inde dans un ashram, elle rentre en Allemagne en 1955, où elle meurt en 1985.

Communiste, contre-révolutionnaire, anticolonialiste, féministe, la personnalité de Germaine Krull est à l'image de ses engagements et de sa photographie. Elle manifeste à chaque tournant de sa vie la volonté de dépasser son époque, de transgresser ses propres lois, et, en décalant le regard, de changer le monde. C'est peut-être pour cela que Jean Cocteau la décrivait comme étant un miroir réformant.

En 1967, André Malraux, alors ministre de la Culture et son ami de longue date, lui consacre une exposition au Palais de Chaillot à Paris.

Extrait :

LÉGENDES SANS IMAGES

Porte de l'Orient, façade vive de l'Occident, entrée Sud de l'isthme qui finit au Nord dans la brume.

Quais et quais, des quais et encore des quais. Et les docks qui sont les armoires des quais.

Désert des rues sombres.
Le jour, la bête à deux dos dort. Elle se réveille au crépuscule ; et les noires façades rougissent ; les fenêtres flambent.

Les vieilles «Masques» font des gestes atroces par les nuits sans lune. Elles veulent éventrer les cales et étriper les docks.

Ici on fait l'amour et l'on joue dans tous les patois et toutes les langues de l'univers.

Au coin de Reboul
Les pauvres poules ;
A la Tourette
Les plus honnêtes.

Comme il s'amuse, le Mistral ! Il fait plus de bruit que la ville. Il joue aux barres ave le Soleil, à qui séchera la rue le plus vite.

Elles n'ont jamais fini, les bonnes femmes, tandis que l'Homme flâne ou travaille sur le port. Le ménage, les enfants, la chemise du mari, les langes, la lessive sur l'évier (qu'on appelle «la pile»), le boeuf en daube sur le feu, les disputes, les visites des voisines, la fillette à surveiller,
Ah, les braves créatures,
Plutôt que de les plaindre, j'aime mieux les louer.

Galop de femmes haut troussées dans la rue en pente. Le panier rond et plat, large, étalé entre le bras et l'appui de la hanche, plein d'argent qui frétille, elles courent en criant «La vive ! Les vives !»
Tout ce cercle de sardines, on dirait un bassin de mercure qui bouillonne.

Grand coquin de Mistral ! Il gonfle toutes les culottes, toutes ces chemises pendues aux fenêtres. Il souffle, et toutes ces pauvres femmes de toile ouvrent leurs bras encore humides, et agitent leurs jambes molles, au désespoir.

Désespoir des Harpyes : elles regrettent l'Enfer.

Les informations fournies dans la section « A propos du livre » peuvent faire référence à une autre édition de ce titre.

Acheter neuf Afficher le livre
EUR 44,86

Autre devise

Frais de port : Gratuit
Vers Etats-Unis

Destinations, frais et délais

Ajouter au panier

Meilleurs résultats de recherche sur AbeBooks

1.

André Suarès; Germaine Krull
ISBN 10 : 2862765090 ISBN 13 : 9782862765099
Neuf(s) Quantité : 2
Vendeur
BWB
(Valley Stream, NY, Etats-Unis)
Evaluation vendeur
[?]

Description du livre État : New. Depending on your location, this item may ship from the US or UK. N° de réf. du libraire 97828627650990000000

Plus d'informations sur ce vendeur | Poser une question au libraire

Acheter neuf
EUR 44,86
Autre devise

Ajouter au panier

Frais de port : Gratuit
Vers Etats-Unis
Destinations, frais et délais