Bible et philosophie : Les lumières de la raison

 
9782872991679: Bible et philosophie : Les lumières de la raison
Extrait :

«JE SUIS CELUI QUI EST».
DIEU, DU BUISSON ARDENT AUX AVENTURES DE LA RAISON

Paul Gilbert

Le syntagme d'Ex 3,14, par lequel l'auteur biblique répond à la question posée par Moïse à Dieu : «Quel est ton nom ?», a interpellé la philosophie depuis toujours. Stéphane Mosès a signalé en 1994 que la lecture philosophique de ce syntagme a pris son élan dès l'époque de sa traduction par les Septante. Avec leur traduction eg? eimi ho ?n, ceux-ci orientèrent déjà leur interprétation en direction de ce qu'on appellera plus tard l'onto-théologie, c'est-à-dire une réflexion où le mot «Dieu» (theos) reçoit une signification rationnellement intelligible en étant déterminé par le mot «étant» (to on) - le participe présent au nominatif neutre (au nominatif masculin [ho ?n] dans la formule de la Septante, au génitif neutre [tou ontos] dans l'expression «onto-théologie») du verbe «être» ; «être», un mot dont on suppose claires les significations recueillies dans les dictionnaires, dont on suppose également sans importance pour la raison les différences entre l'infinitif et le participe ainsi qu'entre le masculin et le neutre, c'est-à-dire entre les modes de son utilisation. L'onto-théologie aboutit en fait à saisir les mystères du transcendant dans l'immanence d'un monde commun où tout ce qui apparaît peut être saisi dans des relations entrelacées selon les normes de l'explication valable pour toutes les «choses» mises à la disposition de nos organisations rationnelles.
Mon exposé verra tout d'abord comment l'expression d'Ex 3,14 a pu être entendue par la tradition philosophique classique, globalement «onto-théologique». Nous lirons ensuite le texte de l'Exode en nous aidant de la philologie. Nous reviendrons enfin vers la philosophie, plus particulièrement vers la phénoménologie contemporaine, pour montrer comment celle-ci se laisse provoquer par le syntagme mystérieux de la révélation du buisson ardent et permet d'en déployer une compréhension intelligible bien que différente du savoir moderne.

I. ONTO-THÉOLOGIE

Le syntagme d'Ex 3,14, traduit dans la Septante eg? eimi ho ?n, établit une identité entre d'une part l'interlocuteur de Moïse («Dieu») et le verbe être qu'on conjugue à la première personne au singulier de l'indicatif présent et qu'on précise ensuite en lui attribuant le participe substantifié «l'étant», traité au nominatif masculin. Or le verbe «être» est, en grec comme en français, comme dans toutes les langues indoeuropéennes, un mot essentiel. Sans lui, nos phrases ne fonctionneraient pas comme elles devraient; en effet, nous ne pourrions rien y signifier, nous ne pourrions rien dire sans lui. Le verbe «est», dont la fonction est essentiellement copulative, sert en effet de ciment pour unifier nos propositions composées de mots divers, au minimum un sujet et un attribut, qu'il synthétise dans l'unité d'un sens intelligible : «le soir "est" arrivé», «la conférence "est" commencée», etc. Sans ce mot essentiel, nous ne pourrions pas communiquer de manière correcte, dans nos langues européennes, ce que nous savons ou pensons, ce que nous aimons. De là l'idée que le mot «être» est le plus universel de tous nos mots, puisqu'il intervient dans toutes nos manières d'exprimer de manière sensée ce dont nous faisons quelque expérience.

Présentation de l'éditeur :

Bible et philosophie : mariage de l'eau et du feu ? Antagonisme de la Révélation et de la raison ? Pas forcément. Après avoir établi le cadre théorique d'une saine relation entre les deux, cet ouvrage collectif propose plusieurs itinéraires : comment la Révélation de Dieu au buisson ardent, dans son «Je suis celui qui est», inspire-t-elle la philosophie ? En quoi Jésus et Socrate présentent-ils des profils parallèles et divergents ? Comment l'Écriture est-elle au coeur des oeuvres de Lévinas et de Ricoeur ? La Bible : un don à la philosophie, intempestif et incandescent.

Après Bible et littérature (1999), Bible et histoire (2000), Bible et droit (2001), Bible et sciences (2002), Bible et économie (2003), Bible et médecine (2004), Bible et sciences des religions (2005), Bible et théologie (2006), ce livre est le neuvième d'une série consacrée à la confrontation entre la Bible et une discipline qui ordonne le savoir, l'expres­sion et l'action. Un projet porté par les Facultés Universitaires Notre-Dame de la Paix (Namur).

P. Gilbert, métaphysicien, professeur à l'Université Grégorienne de Rome.

F. Mies, bibliste et philosophe, chercheur qualifié du FNRS aux FUNDP (Namur).

L. Rizzerio, philosophe, professeur aux FUNDP (Namur).

A. Thomasset, théologien moraliste, professeur au Centre Sèvres de Paris.

Les informations fournies dans la section « A propos du livre » peuvent faire référence à une autre édition de ce titre.

(Aucun exemplaire disponible)

Chercher:



Créez une demande

Si vous ne trouvez pas un livre sur AbeBooks, nous le rechercherons automatiquement pour vous parmi les livres quotidiennement ajoutés au catalogue.

Créez une demande