Geneviève Brisac Dans les yeux des autres

ISBN 13 : 9782879298610

Dans les yeux des autres

Note moyenne 2,67
( 6 avis fournis par GoodReads )
 
9782879298610: Dans les yeux des autres

Titre: Dans les yeux des autres
Année d'édition: 2014
Etat: Occasion - Très bon
ISBN : 9782879298610
Commentaire: Petite(s) trace(s) de pliure sur la couverture

Chez Ammareal nous vendons des livres d'occasion en ligne fournis par nos partenaires bibliothèques et associations.
Nous reversons une part du prix de chaque livre à nos partenaires et à des organisations caritatives.
Ce que nous ne vendons pas nous le donnons, ce que nous ne donnons pas nous le recyclons.

Les informations fournies dans la section « Synopsis » peuvent faire référence à une autre édition de ce titre.

Extrait :

Le chapitre de la dignité blessée

Je vais au bal ce soir. J'irai si j'en ai le courage. J'irai certainement. Après tout, c'est vendredi.
Anna lave ses cheveux, les couvre de baume et d'une serviette, s'acharne à mettre et enlever et remettre mascara et ombres violettes sur ses cils, sur ses paupières. Elle étale sur le lit quelques vêtements, deux jupes longues en laine, un pantalon noir, trois robes, l'une est noire, l'autre parsemée de petites fleurs rouges et violettes, la troisième est trouée. Les exemples de femmes ermites revenant à la société ne l'aident guère : il n'y en a pas. Elle vernit ses ongles et agite les doigts, mains en l'air, comme faisait sa mère, en tâchant de prendre un air raffiné.
Si l'on scrutait l'âme d'Anna, on découvrirait la naïveté de celle qui n'a pas compris que le temps passe pour de bon, et l'optimisme terrifiant qui jette des êtres par-dessus les balustrades. On peut se demander ce qu'Anna espère. Sans attendre de réponse, car la plupart des espoirs sont sans nom.
Le soir venu, elle se rend à la fête. Elle porte une robe noire à col rond et à manches trois quarts, qui s'arrête à mi-mollets. Dessus, un collier d'ambre. En bas, des escarpins qui lui scient la base des orteils. Elle ressemble assez à l'idée que nous pouvons nous faire de la dignité blessée. Le plus dur est de ranimer ses yeux, elle les a regardés dans la glace, ils sont ternes et éteints, ses iris tilleul ont pris une couleur jaunâtre boueuse, et le blanc de l'oeil est un peu gris, elle compte sur le Champagne et les sourires.
Les portes de l'ascenseur s'ouvrent, elle grimpe vers l'appartement d'où s'échappent des rires ennuyés. Dans l'entrée, des livres d'art et un seau à Champagne géant. Cor-délia, qui l'a invitée à cette soirée, s'avance, sa robe jaune lui donne un air de poussin, son petit derrière de poussin rebique, et ses mules dorées claquent. Elle tient un jeune homme par le coude.
Anna ! Bienvenue ! Comme je suis heureuse ! Tu connais Alexandre ? Il travaille dans une boîte de communication.
Anna se tord les mains avec nervosité et tire sur sa manche, malheureusement trop courte, pour cacher des cratères autour de son coude, la cicatrice de son poignet gauche et des irrégularités pigmentaires. Elle essaie de vibrer au diapason de cet accueil. Elle se sent molle.
Anna a vécu avec Marek Meursault, dit Cordélia avec satisfaction en se tournant vers Alexandre.
Anna attend qu'elle ajoute autre chose. Qu'elle jette une pelletée supplémentaire de terre et de crachats. Quelque chose comme Anna est au chômage, quelque chose comme il fut un temps où tout le monde parlait d'Anna. Vous savez ce qu'elle a fait, bien sûr ? Ou d'autres horreurs que l'on balance quand les gens ont le dos tourné, mais parfois aussi, quand ils sont vraiment à terre, devant leur figure.

Un mot de l'auteur :

La littérature se nourrit de sa mythologie, dont elle est indissociable. Doris Lessing, quand elle a écrit le Carnet d'or, faisait explicitement référence à Joyce en nommant ses deux héroïnes Anna et Molly. Je reprends le flambeau où elle l'a laissé. Pourquoi ? Parce que cela s'impose à mes yeux : Dans le Carnet d'or, Doris Lessing interroge la crise politique et la crise littéraire traversées par son héroïne et son époque et met en oeuvre sa reconstruction à travers la réécriture de son destin. Cela méritait d'être retenté. Comme dit Virginia Woolf, une autre de ces artistes à qui je dois tant. Il nous faut des ainées qui nous tendent la main et nous donnent confiance. Cette confiance tellement essentielle à l'art.
Sur ce chemin, les Russes toujours m'accompagnent, Boris Pasternak, Boris Pilniak, mais aussi Babel et Brodsky, et bien sûr Anna Akhmatova et Marina Tsvetaeva. Mais aussi Rose Auslander et ses poèmes de Czernowicz : vivre c'est réinventer un monde aux couleurs ravivées par leurs pensées, leurs histoires, leurs poèmes.
Vous vous souvenez sans doute de ce film, Nos meilleures années, de Marco Tullio Giordana. Comme ce cinéaste, j'ai voulu raconter une époque que l'on a caricaturée, moquée, et j'ai voulu le faire à ma manière, celle d'une fille devenue femme. La révolution a toujours été racontée par ses héros masculins. Les femmes étaient là, elles se sont tues. Or, comme le dit encore Virginia Woolf, Il y a différentes manières d'appréhender les mêmes faits.
Cependant je ne parlerai pas de désillusion, plutôt de fidélité à des espoirs : espoir de justice, espoir de liberté, espoir de solidarité, espoir de gaité - la si belle riscossa - sans cette fidélité à ce qu'elle a de meilleur, l'humanité regresse et s'abêtit. La barbarie n'est jamais très loin. Cela s'est vu.
Ca rate toujours ? Certes, et alors ? N'est ce pas le propre de l'humain de toujours reprendre l'ouvrage. C'est la vie même, et la civilisation. Y croire, mettre ses convictions et sa fierté au dessus des conformismes ou des intérêts.
Il s'agit d'être enfin rebelle, joyeuse, insolente, solidaire. Vulnérable et consciente de l'être. C'est d'actualité : dans un monde de plus en plus irrespirable, inhabitable, ce qui n'est pas une fatalité.
Ici le comique et le tragique cohabitent. On peut rire et pleurer en même temps, s'indigner et s'attendrir dans le même mouvement, c'est la force et le privilège du roman : ne pas juger, raconter l'histoire. Et chacun de se débrouiller avec les strates du millefeuille.
Pourquoi lisons-nous ? Pourquoi écris-je ? Dans l'espoir d'une vie plus dense, de journées plus vastes.

Geneviève Brisac

Les informations fournies dans la section « A propos du livre » peuvent faire référence à une autre édition de ce titre.

Meilleurs résultats de recherche sur AbeBooks

1.

BRISAC GENEVIEVE
Edité par OLIVIER
ISBN 10 : 287929861X ISBN 13 : 9782879298610
Neuf(s) Paperback Quantité : 3
Vendeur
Nomade Store Europe
(La Rochelle, France)
Evaluation vendeur
[?]

Description du livre OLIVIER. Paperback. État : NEW. OLIVIER (21/08/2014) Weight: 314g. / 0.69 lbs Binding Paperback Great Customer Service!. N° de réf. du libraire 9782879298610

Plus d'informations sur ce vendeur | Poser une question au libraire

Acheter neuf
EUR 18,50
Autre devise

Ajouter au panier

Frais de port : EUR 10
De France vers Etats-Unis
Destinations, frais et délais

2.

Geneviève Brisac
ISBN 10 : 287929861X ISBN 13 : 9782879298610
Neuf(s) Quantité : 20
Vendeur
BWB
(Valley Stream, NY, Etats-Unis)
Evaluation vendeur
[?]

Description du livre État : New. Depending on your location, this item may ship from the US or UK. N° de réf. du libraire 97828792986100000000

Plus d'informations sur ce vendeur | Poser une question au libraire

Acheter neuf
EUR 29
Autre devise

Ajouter au panier

Frais de port : Gratuit
Vers Etats-Unis
Destinations, frais et délais

3.

Brisac, Genevieve
Edité par EDITIONS DE L'OLIVIER (2014)
ISBN 10 : 287929861X ISBN 13 : 9782879298610
Neuf(s) Paperback Quantité : 1
Vendeur
Evaluation vendeur
[?]

Description du livre EDITIONS DE L'OLIVIER, 2014. Paperback. État : NEUF. Elles avançaient vers leur avenir, et leur avenir, c'était la Révolution.Dans les années 70, deux soeurs défilaient dans les rues de Paris en chantant des slogans, et vibraient en entendant le mot " Camarades " qui scandait les discours militants.Anna Jacob avait quinze ans quand, pour la première fois, elle s'est rendue à un meeting avec sa soeur Molly. De leurs combats qui les ont menées jusqu'au Mexique pour entrer dans la lutte armée, Anna a tiré un livre. Molly ne lui pardonne pas de s'être approprié leur histoire pour en faire un roman. Pour Anna, la Révolution se pense, se rêve et s'écrit. Pour Molly, se révolter, c'est se frotter à la rugosité du quotidien.Aujourd'hui, Anna traverse une période de grand dénuement. Recueillie par Molly, elle retrouve les cahiers auxquels elle a confié ses pensées autrefois. Les figures de ses compagnons de combat ressurgissent : Marek, l'homme qu'elle a tant aimé, mort en prison, et Boris, qui continue à se battre en vain.Peu à peu, émerge la vraie question, obsédante : que reste-t-il de leurs idéaux ? - Nombre de page(s) : 312 - Poids : 314g - Genre : Littérature française Romans Nouvelles Correspondance LITTERATURE FRANCAISE. N° de réf. du libraire N9782879298610

Plus d'informations sur ce vendeur | Poser une question au libraire

Acheter neuf
EUR 18,50
Autre devise

Ajouter au panier

Frais de port : EUR 16
De France vers Etats-Unis
Destinations, frais et délais