Il faudrait s'arracher le coeur

Note moyenne 3,25
( 4 avis fournis par GoodReads )
 
9782879299808: Il faudrait s'arracher le coeur
Revue de presse :

Les personnages de Dominique Fabre viennent d'Asnières, de Clichy ou du boulevard Pereire. Des silhouettes entraperçues, des gens de la rue, des hommes de tous les jours...
Dominique Fabre restitue ces visages, et leur demande pardon d'avoir fui quand ils avaient besoin de lui. Son écriture refuse les effets de manches, préférant la description minutieuse et les accords mineurs pour retenir le temps de ces vies ordinaires, superbement incarnées, du côté de Clichy-Levallois, en 1983. (Christine Ferniot - Télérama du 4 janvier 2012)

Depuis Moi aussi un jour, j'irai loin (Maurice Nadeau 1995, repris en Points), on aime à retrouver son univers. Son ton mélancolique et son écriture en demi-teintes. Dominique Fabre a toujours parlé comme personne de l'errance et de la solitude. Des faux espoirs et des moments où pourrait se produire l'étincelle. Il faudrait s'arracher le coeur, son nouveau livre, noue entre elles trois longues nouvelles...
Il règne un charme unique dans les pages d'Il faudrait s'arracher le coeur, où l'on ne peut s'empêcher de penser à Patrick Modiano, autre chasseur de fantômes et d'émotions. (Alexandre Fillon - Lire, janvier 2012)

«Il faudrait s'arracher le coeur», ou avoir 20 ans au début des années 80. Trois nouvelles à la recherche du temps qu'on perd. Les trois nouvelles d'Il faudrait s'arracher le coeur ont une phrase comme titre. Une phrase prononcée par quelqu'un, et qui va revenir dans le texte comme une ritournelle un peu triste, un peu usée...
C'est ce qu'on aime chez Dominique Fabre. L'indécision, mais précise, toujours. Les yeux secs, tendance floue. Et, naturellement, le narrateur. Ce «je» solitaire et mélancolique de détective privé à l'ancienne, requis par des enquêtes dérisoires, voué, en apparence, à n'aboutir à rien de probant. Enquête, c'est vite dit, puisque la vie est une énigme qu'on ne lui demande pas de résoudre, et puis on n'est pas de la police. Mais ce «je» permet de circuler dans la vie des autres sans déranger, d'explorer un passé supposé, de s'installer successivement dans des rôles convaincants, garçon abandonné par son père, énervé par sa soeur, amoureux furtif d'un fils de famille suicidaire. La mémoire n'est pas autre chose qu'une ambiance. Les souvenirs sont authentifiés par ce «je» si flottant qu'on ne demande qu'à le croire. (Claire Devarrieux - Libération du 16 février 2012)

C'était il y a longtemps. Vingt ans peut-être, ou plus. Au coin d'une porte, d'une rue, d'un vieil immeuble voué à la démolition. D'un monde disparu, comme ces figures, bouleversantes, qui hantent le narrateur du nouveau livre de Dominique Fabre...
Il faudrait s'arracher le coeur " pour oublier les errements amoureux, les négligences, les abandons et tous ces chagrins d'enfance qui saisissent un jour au détour d'une phrase banale à pleurer...
"Au bout d'un certain nombre d'années, tous les mots vous font penser à des gens, et les gens disparaîtront, mais pas les mots. Les mots ne disparaîtront jamais tout à fait", écrit Dominique Fabre qui, à mots simples, ombrés de sourires, de douleurs et de pudeur, évoque avec tendresse Anna : cette grand-mère aux lunettes papillon et au phrasé désuet ("Qu'est-ce que je voulais vous dire pas la messe..."). Une femme arrachée à son appartement de Ménilmuch' et à sa mémoire. Celle d'une vie faite de riens, de bonheurs fugitifs que ravive magnifiquement ce petit-fils de Bove et d'Henri Calet. (Christine Rousseau - Le Monde du 23 février 2012)

Dominique Fabre rend grâce à des êtres qu'il aima ou simplement frôla dans sa jeunesse...
Il n'y a peut-être que Dominique Fabre pour formuler ce vertige de la souvenance. Pour chanter, à l'instar de ce Callaghan qu'il aimerait tant revoir, ces amis que vent emporte, les valises de vieux effets, les piliers de comptoir avec qui l'on refait le monde. Pour égrener cette topographie onirique des villes et des vies qui changent trop vite. De livre en livre, de même que dans ses «?Choses vues ?», dans Le Matricule des anges, il esquisse une cartographie de nos vies périphériques. De transferts sémantiques en adjonctions thématiques inattendues, il entonne sa métonymie des êtres aimés en une sublime antiphrase du chagrin. Sa syntaxe béante qui détrousse la mémoire, son argot métaphorique à nul autre pareil, créent un décalage ironique qui distille une nostalgie à vous arracher le palpitant. À l'en croire, «?il ne faudrait pas trop s'attacher aux gens que l'on ne fera que croiser dans la vie ?». Trop tard. (Juliette Einhorn - Le Magazine Littéraire, avril 2012)

Vingt ans ce n'est décidément pas le bel âge et, même s'il le fallait, on ne s'arrache pas le coeur. Les trois courts romans rassemblés dans cet ouvrage, tous placés sous le signe de ces phrases simples «?Je vais devoir vous laisser?», «?Qu'est-ce que je voulais dire pas la messe...?», nous ramènent trente ans en arrière, à l'âge où rien n'est encore solidifié, et nous font côtoyer un peuple de gens prêts à prendre des coups pour continuer à aimer. Malgré les méprises, les erreurs et les abandons, les départs au loin. (Alain Nicolas - L'Humanité du 3 mai 2012)

Extrait :

Un jour, quelqu'un sort d'entre les ombres, et sans savoir qui c'est, on se met à guetter cette personne, on se met à la suivre des yeux. Alors, on est rentrés dans un nouvel âge de la vie. Il peut durer des heures, des mois, des années. D'une certaine façon, ceux à qui c'est arrivé ont tous le même regard dorénavant. Il faudrait s'arracher le coeur. Il me l'avait dit, il y a une vingtaine d'années. Je n'ai jamais oublié son expression.

Sa peau était très blanche, on aurait pu imaginer des veines juste en dessous. Une peau de fille, j'ai entendu dire ça à son sujet. En tout cas, il n'avait rien d'une fille, à part la peau. Il marchait longtemps dans les rues, sans savoir quoi faire. Il ne parlait presque pas à ses parents, il raccrochait le téléphone en leur disant, à eux, à d'autres, qu'il était super occupé, oui tout baigne, il rappellerait plus tard. Il ne rappelait jamais. Je me souviens même la fois où il a dit : je suis occupé, et où j'avais déjà deviné son geste de reposer le combiné, ce qu'il a fait dès la fin de sa phrase. Ce que j'ai ressenti, et que j'ai écouté. Sans le vouloir, je lui ai peut-être sauvé la vie. Pourtant, de cette histoire, aucun de nous n'est sans doute le vrai héros. Il n'y a pas eu de héros. Je me souviens du trajet que j'ai fait. Je me sentais pressé et froid, comme un employé du SAMU ou un ambulancier. Il habitait un grand studio près de la station Pereire, moi je venais de Clichy-Levallois. Ou La Garenne. La gare s'appelle Clichy-La Garenne mais, dans la géographie des lieux, on pense plutôt à Clichy-Levallois. Ce sont deux communes qui ne se touchent pas que des yeux. A peine le temps de sentir que là, tout était différent, là où il habitait. Il n'a pas répondu lorsque j'ai sonné. Je n'ai sans doute pas tambouriné. J'ai appelé son prénom de plus en plus fort, mais bon, rien. La porte d'en face, une double porte, en faux teck éclairci. Ses parents avaient fait de lui un type moyennement riche déjà à la naissance. J'ai poussé la porte de chez lui. Il a essayé de se lever quand il m'a vu. Je me souviens de m'être dit que ça ne se faisait pas de rentrer comme ça chez les autres. Son tableau de petit maître, un Di Rosa je crois, dont il disait qu'un jour il lui suffirait de le vendre pour faire le tour du monde. La façon dont il a essayé de se lever. Ses pieds nus. Je suis surpris aussi de mon sang-froid, comme si j'étais né pour m'occuper des gens dans son état, ou peut-être des mourants. Pourtant, je suis douillet, et bien sûr, j'ai peur du sang. J'ai peur des coups, et pardessus tout de la maladie. Cette histoire date de l'époque de la découverte du virus du sida. En fait j'ai certainement moins peur de la mort que des chemins qui y conduisent. Nous sommes des millions comme ça.
- Tu es là ?

Les informations fournies dans la section « A propos du livre » peuvent faire référence à une autre édition de ce titre.

Meilleurs résultats de recherche sur AbeBooks

1.

FABRE (Dominique)
Edité par Paris, Editions de l'Olivier, 2012 (2012)
ISBN 10 : 2879299802 ISBN 13 : 9782879299808
Neuf(s) Quantité : 1
Vendeur
Evaluation vendeur
[?]

Description du livre Paris, Editions de l'Olivier, 2012, 2012. État : Neuf. in huit, 222 pp. Neuf car service de presse. Jamais lu. Bandeau d'éditeur. Livre neuf. N° de réf. du libraire 52623

Plus d'informations sur ce vendeur | Poser une question au libraire

Acheter neuf
EUR 10,80
Autre devise

Ajouter au panier

Frais de port : EUR 9,89
De France vers Etats-Unis
Destinations, frais et délais

2.

FABRE DOMINIQUE
Edité par OLIVIER
ISBN 10 : 2879299802 ISBN 13 : 9782879299808
Neuf(s) Paperback Quantité : 3
Vendeur
Nomade Store Europe
(La Rochelle, France)
Evaluation vendeur
[?]

Description du livre OLIVIER. Paperback. État : NEW. OLIVIER (05/01/2012) Weight: 280g. / 0.62 lbs Binding Paperback Great Customer Service!. N° de réf. du libraire 9782879299808

Plus d'informations sur ce vendeur | Poser une question au libraire

Acheter neuf
EUR 18
Autre devise

Ajouter au panier

Frais de port : EUR 10
De France vers Etats-Unis
Destinations, frais et délais

3.

Dominique Fabre
ISBN 10 : 2879299802 ISBN 13 : 9782879299808
Neuf(s) Quantité : 20
Vendeur
BWB
(Valley Stream, NY, Etats-Unis)
Evaluation vendeur
[?]

Description du livre État : New. Depending on your location, this item may ship from the US or UK. N° de réf. du libraire 97828792998080000000

Plus d'informations sur ce vendeur | Poser une question au libraire

Acheter neuf
EUR 28,32
Autre devise

Ajouter au panier

Frais de port : Gratuit
Vers Etats-Unis
Destinations, frais et délais

4.

Fabre, Dominique
Edité par EDITIONS DE L'OLIVIER (2012)
ISBN 10 : 2879299802 ISBN 13 : 9782879299808
Neuf(s) Paperback Quantité : 1
Vendeur
Evaluation vendeur
[?]

Description du livre EDITIONS DE L'OLIVIER, 2012. Paperback. État : NEUF. La vie retrouvée" Pourquoi je me souviens si bien de ce soir-là ? " Pour le narrateur de ce roman, le passé n'a pas disparu, au contraire. A travers trois histoires où il raconte comment ceux qu'il aimait l'ont quitté ou plutôt délaissé, il fait revivre les années où, tout jeune homme, il attendait que la vie, la vraie, veuille bien cogner à sa porte. La première histoire est une histoire d'amitié, celle de sa relation avec deux amis qui se suicident ou cherchent à le faire. La deuxième raconte le départ du jour au lendemain du père, et les rencontres en pointillés qui suivront cette désertion. La dernière raconte le dernier déménagement de Anna, la grand-mère, et la fin d'un monde.Avec un sens du détail déchirant, Dominique Fabre écrit un grand livre sur l'impossibilité d'oublier : les grands moments mais, aussi, les petites choses qui à votre insu vous marquent et vous modèlent à jamais, la couleur d'une robe, une armoire, une expression, une odeur, les parents d'un copain, etc. Chez lui ce sont la mélancolie et une certaine modestie qui priment, une retenue derrière lesquelles se cache une ambition presque proustienne. - Poids : 283g - Genre : Littérature française Romans Nouvelles Correspondance LITTERATURE FRANCAISE. N° de réf. du libraire N9782879299808

Plus d'informations sur ce vendeur | Poser une question au libraire

Acheter neuf
EUR 18
Autre devise

Ajouter au panier

Frais de port : EUR 16
De France vers Etats-Unis
Destinations, frais et délais