Suzanne Belperron

 
9782884531689: Suzanne Belperron
Présentation de l'éditeur :

Après des années d'oubli, redécouverte d'une pionnière de la joaillerie moderne ! On avait cru les archives de Suzanne Belperron détruites par le feu. Mais c'est précisément leur découverte récente qui a rendu possible la réalisation de ce livre en en faisant la première monographie/catalogue dédiée à l'une des plus grandes et des plus originales artistes-bijoutières du XXe siècle. Notre artiste est née S. Vuillerme en 1900 dans un village du Jura français, qu'elle quitte encore jeune pour aller suivre l'Ecole des Beaux-Arts de Besançon. A 19 ans, elle se trouve à Paris où elle se lie d'amitié avec Germaine Boivin, fille du célèbre créateur de bijoux. Suzanne est engagée par la Maison Boivin alors dirigée par Jeanne, la veuve de René, comme modéliste - dessinatrice. Elle restera plus de dix ans auprès de Jeanne Boivin pour être à la fin co-directrice de la maison. Devenue entre temps Mme Belperron, elle s'associe en 1932 avec un marchand de perles réputé, Bernard Herz, qui lui accorde toute liberté artistique. Durant la période qui suit, Suzanne Belperron connaît un succès grandissant et son œuvre atteint un degré de maturité et d'originalité qui est vite repéré par une certaine élite. Elle était lancée ! Ses bijoux, empreints d'une élégance sensuelle et dégageant un charme, une véritable fascination, séduisent femmes du monde, actrices et personnalités en vue. Pendant la guerre, Bernard Herz fut interné, puis déporté en Allemagne d'où il ne revint pas. Plutôt que d'accepter l'invitation de Tiffany & Co. à venir à New York, Suzanne décida de rester à Paris et trouva en Jean Herz, le fils de Bernard, un partenaire: la Société Jean Herz -Suzanne Belperron nâquit après guerre. Elle fut très prospère jusqu'à la fin, en 1975. Indépendante et d'un caractère bien trempé, Suzanne Belperron ne signera jamais ses bijoux: "Mon style est ma signature" était sa devise. Les bijoux réalisés d'après ses dessins par Groëné et Darde portent le poinçon de ces joailliers. En 1974, Suzanne se retire et continue de réaliser certaines commandes pour des cadeaux privés. Elle meurt en 1983. Aujourd'hui, on réédite ses bijoux, tandis que, véritables délices pour l'œil, les originaux sont toujours très recherchés et fort rares sur le marché. En 2012, Sotheby's dispersera nombre d'entre eux ayant appartenu à des célébrités.

Biographie de l'auteur :

Sylvie Raulet est l'auteur bien connu d'ouvrages qui font autorité en matière de bijoux Arts Déco et de bijoux des années 1940 et 1950.

Les informations fournies dans la section « A propos du livre » peuvent faire référence à une autre édition de ce titre.

Acheter D'occasion Afficher le livre

Frais de port : EUR 20
De France vers Etats-Unis

Destinations, frais et délais

Ajouter au panier

Meilleurs résultats de recherche sur AbeBooks

1.

Olivier Baroin; Sylvie Raulet
Edité par Editions La Bibliothèque des Arts (2011)
ISBN 10 : 2884531688 ISBN 13 : 9782884531689
Ancien(s) ou d'occasion Couverture rigide Quantité : 1
Vendeur
Grebooks
(LE BOIS D OINGT, --, France)
Evaluation vendeur
[?]

Description du livre Editions La Bibliothèque des Arts, 2011. Couverture rigide. État : Très bon. en tres bon etat ,colissimo pour france Additional postage charges may be requested for international shipping of large books.with tracking number PLEASE allow 3 weeks for international delivery Après des années d'oubli, redécouverte d'une pionnière de la joaillerie moderne ! On avait cru les archives de Suzanne Belperron détruites par le feu. Mais c'est précisément leur découverte récente qui a rendu possible la réalisation de ce livre en en faisant la première monographie/catalogue dédiée à l'une des plus grandes et des plus originales artistes-bijoutières du XXe siècle. Notre artiste est née S. Vuillerme en 1900 dans un village du Jura français, qu'elle quitte encore jeune pour aller suivre l'Ecole des Beaux-Arts de Besançon. A 19 ans, elle se trouve à Paris où elle se lie d'amitié avec Germaine Boivin, fille du célèbre créateur de bijoux. Suzanne est engagée par la Maison Boivin alors dirigée par Jeanne, la veuve de René, comme modéliste - dessinatrice. Elle restera plus de dix ans auprès de Jeanne Boivin pour être à la fin co-directrice de la maison. Devenue entre temps Mme Belperron, elle s'associe en 1932 avec un marchand de perles réputé, Bernard Herz, qui lui accorde toute liberté artistique. Durant la période qui suit, Suzanne Belperron connaît un succès grandissant et son œuvre atteint un degré de maturité et d'originalité qui est vite repéré par une certaine élite. Elle était lancée ! Ses bijoux, empreints d'une élégance sensuelle et dégageant un charme, une véritable fascination, séduisent femmes du monde, actrices et personnalités en vue. Pendant la guerre, Bernard Herz fut interné, puis déporté en Allemagne d'où il ne revint pas. Plutôt que d'accepter l'invitation de Tiffany & Co. à venir à New York, Suzanne décida de rester à Paris et trouva en Jean Herz, le fils de Bernard, un partenaire: la Société Jean Herz -Suzanne Belperron nâquit après guerre. Elle fut très prospère jusqu'à la fin, en 1975. Indépendante et d'un caractère bien trempé, Suzanne Belperron ne signera jamais ses bijoux: "Mon style est ma signature" était sa devise. Les bijoux réalisés d'après ses dessins par Groëné et Darde portent le poinçon de ces joailliers. En 1974, Suzanne se retire et continue de réaliser certaines commandes pour des cadeaux privés. Elle meurt en 1983. Aujourd'hui, on réédite ses bijoux, tandis que, véritables délices pour l'œil, les originaux sont toujours très recherchés et fort rares sur le marché. En 2012, Sotheby's dispersera nombre d'entre eux ayant appartenu à des célébrités. N° de réf. du libraire ABE-1479481524806

Plus d'informations sur ce vendeur | Poser une question au libraire

Acheter D'occasion
EUR 890
Autre devise

Ajouter au panier

Frais de port : EUR 20
De France vers Etats-Unis
Destinations, frais et délais