Fragments de temps en Limousin

 
9782911167706: Fragments de temps en Limousin
Extrait :

Introduction

Le regard porté sur le Limousin par le photographe Emmanuel Ciepka possède une force qui résulte de choix esthétiques clairement assumés. Par une approche valorisant la photogénie et la subtilité des enchaînements, Fragments de temps nous questionne sur le sentiment d'intimité éprouvé à l'égard de notre patrimoine. Sentiment diffus, subtil, rarement exclusif. Mais si puissant.

Pour réussir, il fallait un parti pris. Emmanuel Ciepka a choisi de rejeter toute approche panoramique, tout plan large, toute vue du ciel, dont la vision nous conforterait dans l'idée que telle abbaye, telle fresque, telles ruines accrochées à leurs escarpements, sont bien là où nous les avions abandonnées la dernière fois où nos yeux s'étaient posés sur elles. Embrasser d'un seul coup d'oeil la totalité, c'est en effet prendre le risque de la reconnaître et de se cantonner, dans la torpeur de l'habitude, en son extérieur. Hors de son enveloppe.

L'approche d'Emmanuel Ciepka est à l'opposé. Plus radicale en somme. Elle aurait même été considérée comme iconoclaste jusqu'à l'aube du XXe siècle avant que le mouvement, la modernité, la segmentation, ne s'inscrivent durablement dans l'histoire de l'art. Radicale, en effet, par son refus d'adopter la temporalité propre aux oeuvres en nous offrant à en voir des détails. On peut même avancer le terme de «fragment» tant les choix du photographe, ses évitements, son souci de l'invisible, sont audacieux. Cette posture paraît d'autant plus déterminée que ces détails s'inscrivent dans un tout rétif à la fissure et au morcellement. Ne s'agit-il pas en effet, pour l'essentiel des photographies, de l'unité divine qui guidait les artistes en des siècles si pieux ?

Ce travail de reconstruction à partir du fragment nous sollicite puissamment, nous contraignant à acter les oeuvres. Ainsi, le visage de la Marie-Madeleine d'Ahun, dont nous savons implicitement qu'il s'inscrit dans le sacré, qu'il ne s'offre à voir que dans le tamis de la pénombre de l'autel, n'est plus entièrement muré dans une Histoire millénaire renvoyant au Livre. Il se dégage de l'emprisonnement qui le réduirait au symbolique, même si l'édification des peuples dont l'Église a capté l'imaginaire païen s'est aussi construite dans la sidération esthétique.

Voilà que ce visage de femme est détaché du tout. Que nous inspirent alors ses traits ? Quel impact produit son image arrachée à l'unité dans laquelle elle s'inscrivait - c'est-à-dire Dieu -, prise dans ce mouvement de déterritorialisation cher à Deleuze ? Sous nos yeux le visage se libère. Nous lui reconstruisons une histoire, une incarnation, une existence profane. Nous percevons l'intensité de sa féminité. Cette femme au regard baissé, les cheveux ondulants, aux lèvres bien dessinées, nous rappelle une soeur, une amie. Une expression jadis épiée sur les traits d'une inconnue et dont, pour en avoir perçu la mélancolie empreinte de sensualité, nous conservons le souvenir. En la raptant hors de son temps et de son contexte, Emmanuel Ciepka nous offre de la rencontrer au-delà de la logique de sa création. La retrouver, pourrions-nous dire.

En nous contraignant, pour le plaisir, à regarder avec une forme d'innocence - et non d'inconnaissance - Emmanuel Ciepka agit sur notre propre temps. Il nous incite à un arrêt sur l'image. À partir du point ferme que représente le fragment, nous réinventons un arrière-monde libéré de la source qui l'a inspiré. Nous n'examinons pas une partie comme nous observerions un tout. Et encore moins, comme dans cet ouvrage, une partie sortie de son contexte. Dans le doute, il nous faut nous montrer patients. Interroger, fouiller. Devenir un de ces hommes, une de ces femmes du Moyen Âge, analphabète assimilant l'enseignement catéchistique dans les livres ouverts qu'étaient les églises et les cathédrales. Ainsi, le parti pris photographique nous renvoie à un état où nous abandonnerions une part de ce que nous savons. Il nous ouvre, le temps du livre, une porte sur l'invisible.

Jeter le regard de côté, scruter cet invisible, n'est-ce pas justement remettre son esprit et sa pensée en mouvement ? Un constat s'impose alors. À l'évidence, c'est l'humanité qui est centrale. L'humanité sous les traits si féminins de la Vierge de Saint-Michel-des-Lions. L'humanité des paysans moissonnant de la fresque de l'église de Sainte-Feyre, aux mains si larges qui disent leur inféodation au réel. L'humanité, en l'escalier des neuf gradins qui s'extrait de la matière pour dire une aspiration à l'élévation qui nous fonde. L'humanité encore, rassemblée dans la foule en Procession des Neuf Lieues sur le vitrail de l'église de Magnac-Laval. L'humanité, toujours, dans le rapport à la forêt, aux animaux, aux éléments...

On le voit, cette échappée au dehors d'un extrait de l'oeuvre nous a rapprochés de nous-mêmes. Nous sommes de nouveau en chemin mais vers la condition du vivant. Nous voyons l'expression rieuse des chevaux sur le tympan de l'église de Saillac. Et cela nous fait rire aussi. Nous avons des lignes de fuite. Nous gagnons en liberté. Nous ne sommes plus écrasés par la primauté du religieux ou du savoir savant. Nous pouvons récréer, détourner, abandonner, délaisser, imaginer. Nous pouvons rêver.

C'est ainsi que nous prenons conscience de la force de ces créations. Isolées du tout, arrachées à l'ensemble, sorties de leur contexte, elles nous atteignent avec fulgurance. Les pierres des ruines de Chalusset nous parlent d'un ordre féodal qui a modelé mentalités et paysages. Les verdures d'Aubusson bruissent du murmure des eaux limousines ruisselant dans les vallons. Elles portent la paix et le mystère qui s'ouvrent aux lisières de nos bois. L'aube et le soleil de la peinture de la chapelle des lissiers du Moutier de Felletin renvoient l'éclat de nos ciels aux violences océanes. La tension de la chasse représentée à Rochechouart avec une précision cynégétique, ce guet de l'insondable plus que des animaux, s'inscrit dans un goût profond du silence qui est le nôtre. Et l'abandon du grand cerf sur ses fins, des chiens accrochés à ses flancs, le regard pour toujours tourné à l'opposé des crocs qui lui prennent sa vie, font résonner en nous des émotions immémoriales.

Présentation de l'éditeur :

Par une approche valorisant la photogénie et l'élégance des enchaînements, le photographe d'art, Emmanuel Ciepka, questionne sur le sentiment d'intimité que nous éprouvons à l'égard de notre patrimoine. À partir du fragment, il nous invite à trouver de nouvelles lectures des oeuvres, à enrichir notre regard. Il nous fait gagner en liberté. Nous pouvons recréer, détourner, abandonner, oublier, imaginer. Nous pouvons rêver... Tissage d'associations poétiques ou énigmatiques, de ruptures, de traces, de continuités, Fragments de temps est une invitation au voyage en terres familières. Subtilement, avec fluidité, Emmanuel Ciepka réussit ainsi à convaincre de la puissance créatrice du Limousin. Et de sa splendeur.

Jean-Guy Soumy

Ed. bilingue français-anglais

From fragments, he invites us to discover new readings of the works and to enrich our way of looking of them. He increases our liberty. He enables us to recreate, to diverge, to abandon, to forget, to imagine. He makes us dream.

Through an approach enhancing the photogenic quality and the elegance of the sequences, art photographer Emmanuel Ciepka makes us wonder about the feeling of intimacy we experience towards our cultural heritage.

A patchwork of poetic or enigmatic associations, of ruptures, of traces and of continuities, Fragments of Time is an invitation to a journey across familiar grounds. With subtlety and fluidity, Emmanuel Ciepka succeeds in convincing us of the creative power of the Limousin. And of its splendour.

Jean-Guy Soumy

Les informations fournies dans la section « A propos du livre » peuvent faire référence à une autre édition de ce titre.

Meilleurs résultats de recherche sur AbeBooks

1.

Emmanuel Ciepka; Jean-Guy Soumy
Edité par Culture et Patrimoine en Limousin (2011)
ISBN 10 : 2911167708 ISBN 13 : 9782911167706
Ancien(s) ou d'occasion Quantité : 1
Vendeur
BIBLIO-NET
(ERCUIS, France)
Evaluation vendeur
[?]

Description du livre Culture et Patrimoine en Limousin, 2011. État : D'occasion - Comme Neuf. EXPEDITION SOUS 48 H / EMBALLAGE BULLEPACK. N° de réf. du libraire GM 08 861

Plus d'informations sur ce vendeur | Poser une question au libraire

Acheter D'occasion
EUR 25,20
Autre devise

Ajouter au panier

Frais de port : EUR 5,99
De France vers Etats-Unis
Destinations, frais et délais

2.

Emmanuel Ciepka; Jean-Guy Soumy
ISBN 10 : 2911167708 ISBN 13 : 9782911167706
Ancien(s) ou d'occasion Couverture rigide Quantité : 1
Vendeur
Millepages
(Plestin les grèves, France)
Evaluation vendeur
[?]

Description du livre Hardcover Oct 19, 2011. État : Used: Like New. N° de réf. du libraire 8XI-4DB-YB8

Plus d'informations sur ce vendeur | Poser une question au libraire

Acheter D'occasion
EUR 34
Autre devise

Ajouter au panier

Frais de port : EUR 8,99
De France vers Etats-Unis
Destinations, frais et délais