Un patient nommé Wagner

 
9782914373937: Un patient nommé Wagner
Extrait :

Extrait de l'introduction

Les travaux sur les maladies des hommes célèbres, et plus particulièrement des artistes, constituent un genre littéraire assez prisé. Cet engouement traduit-il le désir inconscient de désacraliser des individus parfois mythiques afin de leur rendre une dimension plus humaine par le biais de la description d'une maladie bien quotidienne et parfois bien banale ? Ainsi Dieter Kerner a consacré un ouvrage au diagnostic des maladies dont ont souffert certains compositeurs ou qui leur furent fatales. Les discussions autour de la surdité de Beethoven, les considérations sur l'endocardite infectieuse de Gustav Mahler, sur la cirrhose compliquée d'un cancer du foie de Johannes Brahms, sur la syphilis d'Hugo Wolf ou encore sur la tuberculose de Chopin sont classiques. Les cas de syphilis de Franz Schubert ou de Robert Schumann sont l'objet de controverses. Celui de Max Reger est sinistrement cocasse ; il ne succomba pas, à l'âge de quarante-trois ans, le 11 mai 1916, de son infarctus myocardique, mais bien plus probablement à «l'overdose» de morphine que lui administrèrent sans s'être consulté les différents médecins appelés successivement à son chevet...
Dans ce domaine, Richard Wagner fait figure d'oublié, ses nombreux exégètes s'étant rarement intéressés à la conjoncture pathologique du compositeur. Ceci peut étonner vu le «formidable Walhalla de la bibliographie wagnérienne». Mais, exceptionnel privilège du «magicien de Bayreuth», il est toujours possible d'apporter une pierre nouvelle à l'imposant édifice. C'est ce que nous entendons montrer en intégrant le compositeur dans le panthéon de ces «musiciens malades» puisque jusqu'à présent ses maladies n'ont fait l'objet que d'études nosographiques partielles. Quelques articles ou ouvrages se retrouvent ici ou là, la plupart inédits en français. Une majorité concerne les études psychobiographiques, qui tentent de «psychanalyser» Wagner. On reste surpris par le caractère polémique et souvent passionné de la majorité de ces écrits, y compris des ouvrages «scientifiques». D'autres exégèses envisagent «l'analyse» - au sens freudien -comme grille de lecture des récurrences thématiques de l'oeuvre wagnérien, en tentant de démontrer que les thèmes majeurs des drames musicaux pourraient trouver une explication dans certains aspects de la psychologie de leur auteur. Quant à l'étude de l'état de santé physique du maître de Bayreuth, on ne peut que la rechercher au sein des biographies générales. Peu nombreux sont les diplômés de la faculté à s'être intéressés à son dossier médical et à établir un diagnostic posthume de ce patient ô combien prestigieux. L'étude la plus approfondie, due à Joachim Thiery et Dietrich Seidel, intitulée «Der Meister-Komponist als Patient. "Ich behage mir nicht." Richard Wagner und seine Ärzte» («Le Maître comme patient. "Je ne me sens pas bien". Richard Wagner et ses médecins») fut publiée en 1994 dans une revue médicale de Munich. En France, Augustin Cabanes livra dès 1930 une première tentative d'interprétation diagnostique des maladies de Wagner dans son livre Grands Névropathes. Malades immortels. Deux ans plus tard, le Suisse Louis-Frédéric Choisy, dans son ouvrage Richard Wagner. L'homme, le poète, le novateur - une sorte de petite encyclopédie wagnérienne - consacrait un bref chapitre à la santé du compositeur. Ces synthèses, certes précieuses, ne sont pourtant pas sans lacunes. Le Cercle Richard Wagner de Lyon, sous la houlette de Chantai et Henri Perrier, publia en 1995 les communications faites aux deux séminaires annuels de cette association en 1994 et 1995, dont le thème choisi pouvait apparaître audacieux sinon incongru pour s'adresser à un lectorat bien plus imprégné d'art wagnérien que de science médicale. Le résultat témoigna d'une manière singulièrement probante de la richesse du sujet. Aussi avions-nous nous-même tenté peu après, avec la rigueur scientifique qui sied à ce genre de travail, d'entreprendre le criblage systématique de la vie de Wagner sous l'angle de ses aspects médicaux. Cette thèse de doctorat en médecine intitulée Richard Wagner. Une biographie médicale fut soutenue à Lyon le 4 octobre 1996. La perpétuelle évolution de la recherche wagnérienne moderne, avec en particulier la publication de la Correspondance complète de Richard Wagner - vingt volumes parus à ce jour -, nous a convaincu d'enrichir et de refondre cette étude universitaire, afin de livrer - tel est notre souhait - une chronique médicale complète et moderne de la vie de Wagner à un lectorat plus large.
Une telle démarche peut surprendre dans la mesure où les maladies de Wagner n'ont pas eu pour son oeuvre, et donc pour l'histoire de l'art, l'importance de la myopie de certains impressionnistes, de la syphilis de Maupassant ou encore de l'asthme de Proust, et bien évidemment de la surdité de Beethoven. Notre homme échappa aux deux fléaux du XIXe siècle, la tuberculose (on disait alors phtisie) et la syphilis, et eut une santé plutôt robuste, même si la maladie, sous des formes variées et souvent banales, lui a été familière tout au cours de sa vie - ce genre d'affections qui durant des années se jouent du malade, lui rendant la vie impossible sans jamais la mettre en danger. Elle fut donc assez présente pour être un facteur de perturbation chronique, mais sans que ses facultés créatrices en fussent altérées ; ce qu'un jour son vieil ami - et beau-père - Franz Liszt résuma en disant : «Il se plaint du bas-ventre et écrit des choses pareilles».

Présentation de l'éditeur :

Un patient nommé Wagner est la première chronique médicale complète de la vie du compositeur, fondée sur un grand nombre de sources inédites en français. Loin du rapport médical et de son inévitable jargon, l'ouvrage propose un récit de la vie de l'artiste à la lumière de ses maux. La notion de « santé » envisage ici l'homme dans sa globalité physique et psychique, ainsi que dans son quotidien. L'anecdote est mise au service du portrait vivant d'un « patient » qui n'hésitait pas à dire de lui-même avec humour : « L'auteur de Lohengrin et Tristan est difficile à soigner ». Confronté aux tâtonnements de la médecine de son temps, Wagner se soigna le plus souvent avec excès en se soumettant à des cures hydrothérapiques et des régimes draconiens, recherchant toujours des médecins ou autres thérapeutes en marge de la communauté scientifique de l'époque, prêts à écouter ses plaintes diverses et multiples, à s'occuper de lui avec sollicitude et capables de comprendre la nature essentiellement psychosomatique de la plupart de ses ennuis de santé. Jusqu'à sa mort des suites d'un infarctus du myocarde, notre « patient » eut une santé plutôt robuste, mais la maladie, sous des formes variées et souvent banales, lui fut assez familière tout au long de sa vie pour être un facteur de perturbation chronique, sans que ses facultés créatrices en fussent altérées. Cet ouvrage constitue une mine d'informations sur la relation d'un créateur à son corps, les pratiques, traitements et discours de l'époque relativement aux aspects physiques, physiologiques, prépsychanalytiques, et plus précisément sur les rapports à la médecine et au corps du génie - toujours sacralisé - auquel nous semblons aujourd'hui encore refuser contingence et quotidienneté.

Les informations fournies dans la section « A propos du livre » peuvent faire référence à une autre édition de ce titre.

Meilleurs résultats de recherche sur AbeBooks

1.

Christian Merlin; Pascal Bouteldja
Edité par Symétrie (2014)
ISBN 10 : 2914373937 ISBN 13 : 9782914373937
Neuf(s) Quantité : 3
Vendeur
Gallix
(Gif sur Yvette, France)
Evaluation vendeur
[?]

Description du livre Symétrie, 2014. État : Neuf. N° de réf. du libraire 9782914373937

Plus d'informations sur ce vendeur | Poser une question au libraire

Acheter neuf
EUR 40
Autre devise

Ajouter au panier

Frais de port : EUR 12
De France vers Etats-Unis
Destinations, frais et délais

2.

Christian Merlin; Pascal Bouteldja
Edité par SYMETRIE (2014)
ISBN 10 : 2914373937 ISBN 13 : 9782914373937
Neuf(s) Paperback Quantité : 2
Vendeur
Evaluation vendeur
[?]

Description du livre SYMETRIE, 2014. Paperback. État : NEUF. Un patient nommé Wagner est la première chronique médicale complète de la vie du compositeur, fondée sur un grand nombre de sources inédites en français. Loin du rapport médical et de son inévitable jargon, l'ouvrage propose un récit de la vie de l'artiste à la lumière de ses maux. La notion de " santé " envisage ici l'homme dans sa globalité physique et psychique, ainsi que dans son quotidien. L'anecdote est mise au service du portait vivant d'un " patient " qui n'hésitait pas à dire de lui-même avec humour : " L'auteur de Lohengrin et Tristan est difficile à soigner ".Confronté aux tâtonnements de la médecine de son temps, Wagner se soigna le plus souvent avec excès en se soumettant à des cures hydrothérapiques et des régimes draconiens, recherchant toujours des médecins ou autres thérapeutes en marge de la communauté scientifique de l'époque, prêts à écouter ses plaintes diverses et multiples, à s'occuper de lui avec sollicitude et capables de comprendre la nature essentiellement psychosomatique de la plupart de ses ennuis de santé. Jusqu'à sa mort des suites d'un infarctus du myocarde, notre " patient " eut une santé plutôt robuste, mais la maladie, sous des formes variées et souvent banales, lui fut assez familière tout au long de sa vie pour être un facteur de perturbation chronique, sans que ses facultés créatrices en fussent altérées.Cet ouvrage constitue une mine d'informations sur la relation d'un créateur à son corps, les pratiques, traitements et discours de l'époque relativement aux aspects physiques, physiologiques, prépsychanalytiques, et plus précisément sur les rapports à la médecine et au corps du génie - toujours sacralisé - auquel nous semblons aujourd'hui encore refuser contingence et quotidienneté. - Nombre de page(s) : 328 - Poids : 608g - Genre : Musique. N° de réf. du libraire N9782914373937

Plus d'informations sur ce vendeur | Poser une question au libraire

Acheter neuf
EUR 40
Autre devise

Ajouter au panier

Frais de port : EUR 16
De France vers Etats-Unis
Destinations, frais et délais