Jan Thirion Rose blême

ISBN 13 : 9782916330235

Rose blême

 
9782916330235: Rose blême
Extrait :

Gaétan

Un premier Mirage se faufila par un trou de souris. Mirage ou Rafale. Il ne connaissait pas les avions de chasse par leur prénom. Assourdi, il leva les yeux pour chercher la bête à travers les branchages. Il lui fallait au moins repérer le sillage blanc. Au début, une longue scarification se transformant en intestin grêle. Ensuite, ça se mélangerait à la masse graisseuse, ça fondrait dans le ciel bleu.
Il ne vit rien. Possible qu'avec les techniques modernes, les avions ne laissaient plus de traces. A l'ère des mach 2, 3, 4, on ne lâchait plus de gaz d'échappement comme avec une bagnole. Par contre, pour le boucan, du progrès restait à faire. Le second Mirage ou Rafale claqua dans ses oreilles qu'il ne boucha qu'à contretemps.
Exercice d'entraînement ou déclenchement d'une guerre ? On ne l'avait pas averti. Comme lui n'avait averti personne qu'il commençait ses manoeuvres au sol. Il était pareil au lombric à ses pieds. En tenue de camouflage. En mission de survie. Le lombric avait besoin de bouffer. Lui, pareil. Il avait besoin de fric. 3000 euros pour être précis, le prix de la franchise qu'il devait acquérir pour devenir conseiller MKD.
La côte n'en finissait pas. Il devait sans arrêt contourner les ronces. Entre la route sans issue et la maison, cette partie du bois restait sauvage. A se demander s'il n'aurait pas mieux fait d'arriver par l'entrée normale, en haut, rue Hérédia, au risque de perdre en discrétion ce qu'il aurait gagné en rapidité. Il se connaissait. Agiter les maracas des regrets, sa manie au moment d'entreprendre. Bossa nova du mauvais choix. Musique détestable des losers.
Une souche d'arbre dévia sa pensée. Forme humaine. Tête, bras soudés au corps, lignosité torturée, robe de feu fossile. Boxeur sonné par l'uppercut qui le jette au tapis. De l'art brut qui ne demanderait qu'à être scié à la base, à être fixé sur socle, à s'exposer en galerie, en attente d'un collectionneur fortuné. Dix comme ça, il pourrait se lancer dans un commerce juteux, installer un musée d'art moderne en plein air devant son bungalow. Pas besoin de se fouler. On ramasse ce qu'on trouve, on y colle l'étiquette pièce unique et un prix à trois, quatre, cinq milliers d'euros. Plus les zéros se succèdent, plus c'est de l'art. La réussite inversement proportionnelle au travail fourni. Suffit de voir ceux qui triment, qui demeurent à vie dans la mouise. Sauf que pour être estampillé artiste, hors réseau point de salut, lui avait expliqué une fille qui l'avait mauvaise. Elle peignait des portraits rongés aux trois quarts par un amas indéfinissable en relief. Qui n'est pas sur la liste de la DRAC n'a aucune chance d'être pris au sérieux. Et comment on fait pour être sur la liste de la DRAC ? Elle n'en savait rien. Son problème était là. Pas de DRAC, pas d'expo, pas de reconnaissance du public, pas de célébrité.
Il n'avait pas retenu la signification du sigle DRAC. Organisme versé dans l'art, à ce qu'il avait cru comprendre. Un rapport avec Dracula ? Les artistes sont des oiseaux de nuit, les musées leurs cimetières, les galeries leurs chapelles ardentes, la DRAC avait mission de faire la collecte de sang frais pour les alimenter.
Il avait oublié également son prénom. Au lit, elle sentait la nicotine. Il faisait l'amour avec une cigarette géante publicitaire. Le bandeau de tennis qu'elle portait à demeure pour tenir ses cheveux indiquait le côté du filtre.
Il se retourna pour revoir la sculpture naturelle. Changement d'aspect. On aurait dit un homme fauché par une balle, tombant dans le vide. Ou un pauvre artiste mordu au cou par la DRAC.

Présentation de l'éditeur :

Du Comminges au Roussillon, le souffle du vent raconte des histoires de sang noir. Gaétan Lamproie, un minable escroc, et Eric Lebalait, un flic véreux, en savent quelque chose, eux qui courent de combine en combine pour améliorer leur morne ordinaire. Mais comme ils ne sont pas partageux, ils vont devoir s'affronter à mort autour d'un paquet de lingots d'or. Gravite autour d'eux toute une faune de vendeurs de matériel médical bidon, de trafiquants de meubles volés, de policiers ripoux, de prostituées roumaines et de véritables chiens enragés écumant la région. Dans ce «sud-western» où les perdants et les morts ont toujours tort, on vit avec le mal, on frôle l'enfer, mais l'on verse parfois une larme sur la beauté d'une rose blême.

Ici, pas de sérial killer, pas de super flic, pas de mafia, seulement des personnages ordinaires qui s'enfoncent dans le noir avec leurs démons intérieurs pour unique compagnie.

Les informations fournies dans la section « A propos du livre » peuvent faire référence à une autre édition de ce titre.

(Aucun exemplaire disponible)

Chercher:



Créez une demande

Si vous ne trouvez pas un livre sur AbeBooks, nous le rechercherons automatiquement pour vous parmi les livres quotidiennement ajoutés au catalogue.

Créez une demande