La guerre civile est déclarée

 
9782918135760: La guerre civile est déclarée
Extrait :

Le mec l'aborde brutalement, hey mec. Il va lui proposer l'embrouille ou un truc illicite. Rue déserte, la nuit. Alors lui, il approche son front au bord de la casquette de l'autre, les yeux calés dans les siens. Ouais ? Dis, ça t'intéresse une machine à café ? Je bois pas de café. Ah ok, salut, bonne soirée. Bonne soirée a toi aussi. Faire peur à celui qui veut faire peur, ça c'est son truc. Il se déplace toujours avec un livre épais de Shakespeare à la main, histoire de défoncer la gueule du premier agresseur. Le truc est très abîmé, mais il n'a jamais abîmé personne avec ça, il a vingt-huit ans et il ne s'est jamais vraiment battu. Les livres, il les lit rarement, il résume leur utilité à celle d'une arme. Et puis, le peu qu'il en connaisse, il trouve que les écrivains la ramènent trop en général, ces types ont zappé que les gens ne lisent que pour s'endormir. Voilà ce qu'il en dit.
Ses parents l'ont baptisé Anthony mais il préfère se faire appeler Arnaud, son second prénom. Un héritage du côté de son oncle, son parrain, celui qui bosse chez Citroën à l'usine de la Janais. Un homme soudé une vie entière aux lignes de montage, à encastrer des éléments de plastique et de métal, sous la vigilance de la productivité.
Il a quelqu'un, elle s'appelle Estelle. Il a quitté quelqu'un d'autre pour elle. Une Stéphanie qui téléchargeait des films toute la journée en faisant cramer des bougies à la cannelle. Il se souvient très bien de ce qu'il pensait de leur relation après deux mois seulement passés ensemble, il se disait qu'ils étaient parfaits l'un pour l'autre, parfaitement incompatibles. Elle n'avait pas duré longtemps la période où ils avaient été si bien, l'un contre l'autre, à s'effleurer du bout des sentiments. Cette histoire avait quand même tenu deux ans trois quarts, il n'avait pas su comment la quitter. Il s'était même posé la question du suicide, ça lui paraissait plus facile que de la laisser. Il ne voulait pas la blesser, cette Stéphanie aurait pu se couper un bras pour lui. A l'époque, il avait même songé à s'engager dans l'armée pour partir à la guerre. La lâcheté fait faire de sacrées conneries quand même. Ses parents auraient pu perdre leur fils en Afghanistan à cause d'une fille fragile. Mais il n'est jamais parti courir dans le désert comme une charogne en guerre, il savait qu'une fois là-bas, ce n'était pas si simple de se faire percer la peau. Il aurait pourtant bien aimé que d'autres choisissent à sa place, si possible des ennemis, qu'on le ramène dans un rectangle sous un drapeau. Mais non, il ne s'est pas engagé, ni dans l'armée ni avec Stéphanie. Il l'a larguée un soir au jardin du Thabor, devant la volière des inséparables. Il l'a revue une seule fois depuis, un samedi, à la tombée du jour, il faisait de l'essence au Centre Aima, à la pompe de chez Carrefour. Les diodes lumineuses du tableau indiquaient qu'il avait déjà enfilé vingt bons litres dans son réservoir, quand la bagnole de Stéphanie était venue se coller au tuyau d'en face. Il l'avait regardée, complètement déboîté, incapable d'articuler un truc gentil, rien, même pas une saloperie. Il était remonté dans sa caisse, une sous-marque de Renault délocalisée en Roumanie. Il n'avait pas allumé la radio, songeant plutôt à ce qu'avait été la vie avec elle, songeant à ce qu'aurait été la vie avec elle. Il s'était évaporé dans la nuit, la ville de Rennes lui semblait assez grande pour vivre aux côtés de ses ennemis ou pour coexister à un quart d'heure de route d'un coeur massacré.

Présentation de l'éditeur :

Cet homme a peur. Non pas de l'inconnu, mais de ce qu'il connaît trop bien : la tyrannie du lieu de travail, les lâchetés diverses de ses congénères, la ruine programmée de l'humanité. Pourtant, il est bien inséré dans la société. Mais en apparence seulement. Car Arnaud suffoque. Il crève de cette incandescence qui brûle ses forces : la peur. La peur qu'il veut faire basculer dans le camp adverse. Autonome. Grain de sable. Décidé à affronter, seul, les forces, les règles et les rouages de notre société. Ni ses parents, ni sa copine Estelle, ni ses relations ne peuvent soupçonner sa détermination. À Rennes, cadre urbain de ce roman de la rupture, Arnaud, depuis longtemps, travaille à son invisibilité. À son effacement. Aucune aspérité, aucun caractère distinctif. Camouflage maximum. «Je sais déjà que je vais tromper la vigilance des autorités. Elles pourront bien me traquer. Je suis invisible.»
La grenade est armée, la goupille est chaude dans sa main, le décompte est entamé.

L'auteur Christophe Paviot est né en 1967 près de Rennes. Il a déjà connu plusieurs vies : il a failli devenir pompier comme son père, a travaillé comme docker dans le port de Valparaiso, puis dans une ferme de crocodiles en Australie. Il est aujourd'hui directeur artistique dans une grande agence de publicité parisienne.

Les informations fournies dans la section « A propos du livre » peuvent faire référence à une autre édition de ce titre.

Meilleurs résultats de recherche sur AbeBooks

1.

Christophe Paviot
ISBN 10 : 2918135763 ISBN 13 : 9782918135760
Neuf(s) Quantité : 20
Vendeur
BWB
(Valley Stream, NY, Etats-Unis)
Evaluation vendeur
[?]

Description du livre État : New. Depending on your location, this item may ship from the US or UK. N° de réf. du libraire 97829181357600000000

Plus d'informations sur ce vendeur | Poser une question au libraire

Acheter neuf
EUR 24,04
Autre devise

Ajouter au panier

Frais de port : Gratuit
Vers Etats-Unis
Destinations, frais et délais

2.

Christophe Paviot
Edité par Dialogues.fr (2013)
ISBN 10 : 2918135763 ISBN 13 : 9782918135760
Neuf(s) Quantité : 3
Vendeur
Gallix
(Gif sur Yvette, France)
Evaluation vendeur
[?]

Description du livre Dialogues.fr, 2013. État : Neuf. N° de réf. du libraire 9782918135760

Plus d'informations sur ce vendeur | Poser une question au libraire

Acheter neuf
EUR 19,90
Autre devise

Ajouter au panier

Frais de port : EUR 12
De France vers Etats-Unis
Destinations, frais et délais