Articles liés à Les chats: Histoire, moeurs, observations, anecdotes

Les chats: Histoire, moeurs, observations, anecdotes

 
9782919351046: Les chats: Histoire, moeurs, observations, anecdotes
Afficher les exemplaires de cette édition ISBN
 
 
Extrait :

Extrait de la préface

À mon ami Jules Troubat

Il peut paraître singulier que de longues études soient consacrées à un simple individu, au chat, qui, quoique résumant une partie des facultés des félins, ne saurait cependant donner une idée complète des êtres plus considérables de la même race; mais les habitudes sédentaires de l'animal permettent à l'homme de cabinet de l'étudier à tout instant, sans interrompre son travail. De l'atelier des alchimistes, le chat a passé chez les écrivains ; il fait partie de leur modeste intérieur, et il offre ceci de particulier avec les gens de lettres, qu'il a presque autant de détracteurs que si lui-même, chat, écrivait.
Comme tous les êtres qui provoquent les caresses, qui en donnent et en reçoivent, comme les femmes, si le doux animal a été beaucoup aimé par les uns, il ne lui a pas été pardonné par les autres, surtout par les métaphysiciens.
Beaucoup avoueraient, avec le P. Bougeant, dans le livre peu amusant de l'Amusement philosophique sur le langage des bêtes, que «les bêtes ne sont que des diables», et qu'à la tête de ces diables marche le chat.
Descartes fait de tout animal un automate. Pour combattre cette affirmation, il faudrait déployer un grand attirail de métaphysique, vers laquelle je ne me sens pas porté. Je préfère d'autres natures d'esprits : Aristote, Pline, Plutarque, Montaigne, qui assoient leurs doutes sur des faits, prouvés par la raison et l'observation.
Les naturalistes, ceux sur lesquels il est commode au bon sens de s'appuyer, tiennent pour l'intelligence chez les animaux, à commencer par le père de l'histoire naturelle. «L'ensemble de la vie des animaux, dit Aristote, présente plusieurs actions qui sont des imitations de la vie humaine. Cette exactitude, qui est le fruit de la réflexion, est encore plus sensible chez les petits animaux que chez les grands.»
Nous voilà loin des automates de Descartes.
Avec Montaigne, on n'a que l'embarras du choix. Les Essais sont le plus riche arsenal en faveur de l'intelligence des bêtes. Presque à chaque page, Montaigne se plaît à rabattre le caquet de l'homme. «C'est par vanité, dit-il, que l'homme se trie soy mesme et sépare de la presse des aultres créatures, taille les parts aux animaux ses confrères et compaignons, et leur distribue telle portion de facutz et de forces que bon lui semble.»
Les animaux confrères de l'homme, voilà ce qu'écrivait le sceptique qui a fait passer tant de hardiesses sous le couvert de la bonhomie.
Montaigne accorde la prudence aux abeilles, le jugement aux oiseaux; il ne doute pas que l'araignée qui file sa toile délibère, pense et décide. Cette prudence, ce jugement, ces délibérations, ces pensées, ces décisions demanderaient aux métaphysiciens, qui ne connaissent guère les animaux, des volumes de controverse.
Ces songe-creux, qui ne regardent ni le ciel ni les étoiles, se sont rarement inquiétés de ceci : à quoi pense l'animal qui pense ?

Présentation de l'éditeur :

Publié pour la première fois en 1868, ce texte de Champfleury est devenu un incontournable de la littérature «féline». Nous avons ici un texte très complet sur l'animal de compagnie par excellence.
S'attachant dans un premier temps à l'image du chat dans l'antiquité puis au Moyen Âge, il brosse ensuite un inventaire de ses représentations dans les arts et traditions populaires, la peinture, et naturellement la littérature.
On y trouve aussi quelques portraits de grands et célèbres amoureux des chats, comme Mahomet, Richelieu ou Chateaubriand...
Par petites touches, Champfleury parvient à une quasi-exhaustivité du chat dans tous ses états. Ce livre est un véritable chant d'amour à l'animal dont il disait : «Comme tous les êtres qui provoquent les caresses, qui en donnent et qui en reçoivent, comme les femmes, si le doux animal a été beaucoup aimé par les uns, il ne lui a pas été pardonné par les autres, surtout par les métaphysiciens.»

À propos de l'auteur :

Jules Husson, dit Champfleury (1821-1889), est l'un des esprits les plus curieux et originaux de son temps. On lui doit notamment une monumentale Histoire de la caricature antique et moderne, et une Histoire des faïences patriotiques sous la Révolution (1866). Membre d'honneur de l'Institut Métapsychique International (IMI), il a écrit de nombreux livres, parmi lesquels Phénomènes psychiques au moment de la mort, réédité aux éditions Le Temps Présent.

Les informations fournies dans la section « A propos du livre » peuvent faire référence à une autre édition de ce titre.

(Aucun exemplaire disponible)

Chercher:



Créez une demande

Si vous ne trouvez pas un livre sur AbeBooks, nous le rechercherons automatiquement pour vous parmi les livres quotidiennement ajoutés au catalogue.

Créez une demande

Autres éditions populaires du même titre

9781977909541: Les chats : Histoire, moeurs, observations, anecdotes.

Edition présentée

ISBN 10 : 197790954X ISBN 13 : 9781977909541
Editeur : CreateSpace Independent Publishi..., 2017
Couverture souple

9781726251976: Les chats: Histoire, moeurs, observations, anecdotes

Create..., 2018
Couverture souple

9782012574137: Les chats : histoire-moeurs-observations-anecdotes (Éd.1869)

Hachet..., 2012
Couverture souple

9780666566744: Les Chats: Histoire, Moeurs, Observations, Anecdotes (Classic Reprint)

Forgot..., 2018
Couverture rigide

9780259857778: Les Chats: Histoire, Moeurs, Observations, Anecdotes (Classic Reprint)

Forgot..., 2018
Couverture souple