Eugène Ducretet : Pionnier français de la Radio

Note moyenne 0
( 0 avis fournis par GoodReads )
 
9782950525536: Eugène Ducretet : Pionnier français de la Radio
Extrait :

Ducretet avait compris aussi la nécessité d'une antenne rayonnante au transmetteur car pour ses premières expériences entre l'atelier et le Panthéon, il avait dressé un mât portant une antenne, un fil vertical, sur le toit de son immeuble. Il en signale les avantages dans sa communication du 8 novembre 1898 à l'Académie des Sciences. Le 27 février 1901, Eugène Ducretet écrivit au ministre de la marine russe pour accuser réception des insignes de commandeur de Saint-Stanislas - « il serait de toute justice que le gouvernement français accorde la croix de la Légion d'Honneur au savant professeur A. Popoff de Cronstadt - c'est grâce aux travaux de Popoff en 1895 que j'ai pu créer des appareils de télégraphie sans fil que je perfectionne tous les jours sous sa collaboration. Je considère M. A. Popoff comme le véritable inventeur de la télégraphie sans fil et ses travaux, publiés en 1895, ne peuvent être discutés. » Cette entente avec Popoff durera jusqu'au décès de ce dernier et le 3 mars 1908, Ducretet solde le compte de royalties à Madame Popova : « Le brevet français va être abandonné car les postes actuels ne sont plus les mêmes, en accord avec Monsieur Popoff ». Toutefois, les expérimentations régulières de Ducretet dataient de plus loin. Cela certifie la réalité des constructions destinées à la télégraphie sans fil par celui-ci. Le 8 juillet 1898, Eugène Ducretet donnait une conférence sur la Télégraphie hertzienne sans fil devant la Société d'Encouragement pour l'Industrie Nationale. Devant cet aréopage mi-scientifique, mi-industriel, Ducretet explique la différence de la télégraphie sans fil avec la télégraphie sur fils conducteurs. On était vraiment dans le temps de la découverte et on constate à la lecture du texte de cette conférence le rôle pédagogique de Ducretet. Par la progression de l'exposé, il est notoire que Ducretet ne laisse rien des nouvelles expériences dans l'obscurité afin que tous comprennent le sens de la conférence. Après les généralités sur les travaux de Hertz et de ses successeurs, il cite Tesla et il parle déjà de la résonance des circuits et de la self-induction variable. Il indique les expériences de Popoff en 1895 et de Marconi en 1896, tous les deux employant le radioconducteur de Branly découvert en 1890. Il y signale aussi les expériences de 1893 par Lodge et par Le Royer et Van Berchem. Après ces préalables, Ducretet montre son relais télégraphique sensible qui, dit-il, remplace le galvanomètre utilisé par Branly pour manifester l'action du radioconducteur. Ainsi avec ce relais et le radioconducteur assorti d'une sonnerie dont le marteau frappe le tube, on peut actionner un enregistreur de Morse si l'on a pris soin de relier électriquement le radioconducteur, d'un côté à la terre et de l'autre à une antenne. Il prend les travaux de Popoff pour référence à ce propos. Ducretet précise ce qui suit et que nous reprenons in-extenso en raison de l'importance de l'idée qui prendra force plus tard, celle de l'accord des circuits sur une fréquence déterminée ou syntonie. "Le conducteur métallique isolé, amené à l'appareil récepteur, est un véritable collecteur des ondes électriques lancées dans l'espace ; celui du transmetteur jouant le rôle de radiateur. Pour les postes doubles, le conducteur isolé joue alternativement les deux fonctions : radiateur et collecteur. Leur longueur varie suivant la distance à franchir et elle doit être accordée : à cet effet, une bobine de self-induction, bien isolée, ou un résonateur à haute fréquence de M. le Dr Oudin (notice spéciale), tous deux à réglage, ajoutés au transmetteur, donnent de bons résultats. En le disposant convenablement, ainsi que je l'ai employé, le résonateur de M. le docteur Oudin supprime le caractère dangereux des étincelles qui peuvent jaillir du fil radiateur, et il donne aux ondes hertziennes une plus grande portée dans l'espace. Cette manière d'exprimer les avantages de la résonance nous met, mentalement, dans la situation d'un technicien en T.S.F. de 1898. Ducretet rapporte ces avantages au bon accord entre les oscillations produites par l'éclateur-oscillateur et le circuit de l'antenne-radiateur. Ainsi, au lieu de provoquer des étincelles dangereuses qui sont autant d'énergie perdue au détriment de l'émission dans l'espace, l'essentiel de cette énergie est rayonné par antenne. La portée des ondes s'en trouve augmentée. Il rejoint là Oliver Lodge. Plus loin dans sa conférence, Ducretet rapporte des propos tenus aussi bien par Popoff, Slaby ou Tissot sur la portée des transmissions. « La longueur des fils (collecteur ou radiateur) dépend de la distance à franchir ». Il fonde sa connaissance sur l'avis de personnalités scientifiques de haut niveau.

Biographie de l'auteur :

: L'auteur, Jean-Claude Montagné est né à Biarritz (Pyrénées Atlantiques) en fin 1922. Très jeune, il s'intéresse à la T.S.F. au point de suivre la préparation aux écoles d'Arts et Métiers en même temps que des cours du soir à l'École Centrale de T.S.F. dont il obtient le diplôme de sous-ingénieur en 1939; la déclaration de la guerre et la difficulté matérielle familiale l'obligent à suspendre ses études pour entrer dans la vie professionnelle. Il s'inscrit alors en auditeur libre au C.N.A.M.. Appelé au S.T.O. au début de 1943, il refuse de travailler pour l'ennemi, passe la frontière des Pyrénées et s'engage dans l'Armée de l'Air en Afrique du Nord après une longue et pénible incarcération dans les prisons espagnoles. Il suivra le cheminement de la 1ère Armée comme officier de Transmissions et du Chiffre d'une Brigade de bombardement jusqu'en 1946 où il sera démobilisé à sa demande. De retour dans la vie civile et professionnelle, il reprend des études au Conservatoire National des Arts et Métiers qui lui vaudront l'attribution de la médaille du C.N.A.M. en 1950 pour ses résultats au cours de Téléphonovision du Pr Huguenard. En 1953, il crée une entreprise personnelle, continue de s'occuper de radio et de télévision, mais développe son activité vers le matériel électronique destiné à la recherche médicale et pharmacologique. Il est à l'origine de l'évolution des appareils pour l'électrophorèse utilisés en analyse biologique et que continue de fabriquer en France la société APELEX sous la direction d'un de ses fils. Retraité, il ce consacre à l'Histoire et préside l'A.E.A. ! Les Radiophiles français qui regroupe des collectionneurs intéressés par l'histoire. Radioamateur F6ISC, sa licence fut obtenue en 1947. L'histoire de ce qui fut son métier l'avait toujours captivé et le moment de la retraite fut bienvenu pour conduire ce travail, non pas en ingénieur, mais en auteur qui veut y intéresser "l'honnête homme" ainsi qu'on disait jadis. Le parcours d'Eugène Ducretet est si semblable à celui qu'a connu l'auteur que ce dernier l'a ressenti comme un lointain parent. De plus, Eugène Ducretet est né un 27 novembre, l'auteur un 29 novembre, peut être que les Sagittaires du premier décan peuvent se comprendre ?

Les informations fournies dans la section « A propos du livre » peuvent faire référence à une autre édition de ce titre.

Acheter D'occasion Afficher le livre

Frais de port : EUR 9
De France vers Etats-Unis

Destinations, frais et délais

Ajouter au panier

Meilleurs résultats de recherche sur AbeBooks

1.

MONTAGNE Jean-claude
Edité par Montagné, Bagneux (1998)
ISBN 10 : 2950525539 ISBN 13 : 9782950525536
Ancien(s) ou d'occasion Broché Quantité : 1
Vendeur
L'ENCRIVORE (SLAM-ILAB)
(VENDOME, France)
Evaluation vendeur
[?]

Description du livre Montagné, Bagneux, 1998. Broché. État : Très bon. In8. 191 pages - broché - très bon état. N° de réf. du libraire Zn2

Plus d'informations sur ce vendeur | Poser une question au libraire

Acheter D'occasion
EUR 16
Autre devise

Ajouter au panier

Frais de port : EUR 9
De France vers Etats-Unis
Destinations, frais et délais