AbeBooks Home

La Fine Pointe


Le blog d'AbeBooks sur les livres et la littérature

Recherche avancée Catalogue Livres Rares Vendeurs
Recherche avancée

Ayn Rand et le moteur du progrès social


AtlasNée le 2 février 1905 à Saint-Pétersbourg, Alissa Zinovievna Rosenbaum, connue sous le nom d’Ayn Rand, est une romancière et philosophe américaine d’origine russe. Ayant quitté son pays d’origine à l’âge de 21 ans, elle sera grandement impressionnée par l’architecture et la grandeur des bâtiments étant érigés au tournant du 20ème siècle dans les grandes villes aux Etats-Unis. Elles seront une véritable source d’inspiration pour la carrière littéraire d’Ayn Rand, grande admiratrice de la culture du dépassement de soi telle que préconisée dans le Nouveau Monde.

Quasi-inconnue en France, c’est en 1957 qu’elle deviendra une effigie du monde des affaires américain grâce à son best-seller Atlas Shrugged. On y retrouve une introduction à sa philosophie de l’Objectivisme, une doctrine selon laquelle la clé du progrès social se retrouve dans la découverte et le développement des habiletés de l’individu. Il revient donc à la responsabilité de chacun de trouver quelles sont ses forces et de les utiliser.

Détestée et critiquée par plusieurs, Ayn Rand s’est fréquemment attirée les foudres socialistes, associant sa pensée à l’égoïsme absolu, vertu suprême de l’Objectivisme. Cette dernière est, encore aujourd’hui, fréquemment citée par les parties politiques de droite aux Etats-Unis, justifiant sa philosophie pour l’adoption d’une politique du laisser-faire, c’est-à-dire une réduction maximale de la taille de l’Etat. Suivant la logique objectiviste, un Etat trop interventionniste serait un frein et une source de découragement pour le développement de l’individu et ses capacités.

Cependant, plusieurs partisans d’Ayn Rand soutiennent que sa pensée est fréquemment réinterprétée et que la haine anti sociale et la culture péjorative du ‘je’ que sa philosophie véhiculerait seraient le fruit d’une lecture trop courte de ses écrits. On retrouve dans son œuvre une grande discussion des conflits entre la passion, le devoir et les pièges des relations humaines. C’est notamment le cas dans son roman Fountain Head, où les deux personnages principaux, deux jeunes architectes du nom de Peter Keating et Howard Roark, se heurteront à des embuches de nature plutôt différentes au fil de leurs carrières. Peter cherche à être le meilleur architecte au monde et est prêt à tout faire pour y arriver. Howard en revanche n’a qu’un seul objectif : exercer sa passion pour l’architecture. Il ne s’intéresse pas du tout à ce que les autres pensent de lui, il ne veut vivre que de son art.

En 1959, on retrouve Ayn Rand pour la première fois à la télévision sur la chaîne CBS, dans un entretien plutôt musclé avec Mike Wallace critiquant vivement son penchant pour la main invisible d’Adam Smith:

Que pensez-vous d’Ayn Rand et ses écrits ? Est-elle aussi extrême qu’on le prétend ? N’hésitez pas à commenter !

Twitter Facebook Email
avatar