Depuis des milliers d'années, les gens regardent le ciel et admirent les étoiles. Ils mesurent leurs mouvements et tentent d'en tirer des conclusions sur l'univers, ils essaient même d'y lire leur destin. Le « Nebra Sky Disc », vieux de 3600 ans, est considéré comme l'une des plus anciennes représentations du ciel au monde. Dès le IIème siècle, Claude Ptolémée publie dans l’Almageste, un traité de mathématique et d'astronomie où il représente une vision géocentrique du monde. Les données et les calculs de Ptolémée et de son prédécesseur Hipparque servent de base de cartes stellaires jusqu'au XVIème siècle, et sont souvent des représentations figuratives des constellations dans le ciel entier. L’Uranometria, un atlas des constellations réalisé par l'astronome allemand Johann Bayer en 1603 s’est basé sur la recherche précise de l'astronome danois Tycho Brahe. Il est considéré comme la première carte stellaire précise et affiche la première représentation fois des deux hémisphères sont représentés. 51 cartes stellaires représentent les 48 constellations classiques, le ciel de l'hémisphère sud avec 12 constellations nouvellement découvertes et deux planisphères du ciel du nord et du sud.

Après l'invention du télescope et la découverte connexe de milliers d'étoiles, qui n'a évidemment pas été faite à l'œil nu, l'astronome anglais John Flamsteed s’est vu obligé de créer un nouveau catalogue d'étoiles. Son Atlas Coelestis, publié à titre posthume en 1729, a également contribué à la propagation de la vision du monde héliocentrique.

En plus de ces deux atlas d’étoiles, il existe aussi de nombreux chefs-d'œuvre plus artistiques qui illustrent les connaissances astronomiques de leur temps. Par exemple, l'Harmonia Macrocosmica d'Andreas Cellarius ou l'Uranographia de J. E. Bode.

Notre sélection de cartes du ciel exceptionnelles

Collections sur le thème de l'astronomie

Ces articles peuvent aussi vous intéresser :