Livres censurés au XVIIIème siècle

« Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai jusqu’à la mort pour que vous ayez le droit de le dire. » Dans cette citation, Voltaire, écrivain et philosophe, s’oppose farouchement à la censure et prône la liberté d’expression.

Le XVIIIe siècle, ou « siècle des Lumières », a été marqué par l’instauration en 1742 d’un corps de censeurs royaux contrôlant toutes nouvelles publications. Les auteurs ne jouissaient donc plus de leur liberté de pensée et d’esprit, mais étaient soumis à l’arbitrage de ces juges qui s’acharnaient contre les philosophes tels Diderot, Voltaire, Rousseau ou encore Montesquieu.


Cependant, pour notre plus grand bonheur, ces grands maîtres de la pensée réussirent à contourner la censure à leurs risques et périls.

Deux subterfuges étaient utilisés par ces écrivains intrépides : le premier consistait à imprimer leurs œuvres à l’étranger, comme ce fut le cas des Lettres Persanes et l'Esprit des Lois de Montesquieu, qui ont été publiées anonymement en Hollande. Le deuxième stratagème était de publier leurs ouvrages en France après falsification. Découvrez notre sélection d’ouvrages interdits ou modifiés ayant défié l'autorité en leur temps.


D'autres livres censurés


Quelle est votre oeuvre préférée ?

Ces articles peuvent aussi vous intéresser