Books

Books, un concept nouveau qui n'existe nulle part ailleurs.

Partout dans le monde paraissent des livres de qualité rédigés par des auteurs qui ont consacré des mois, des années parfois, pour mener une recherche, construire une réflexion, proposer un point de vue novateur… Le magazine Books offre une autre vision de l'actualité, de la culture et des enjeux internationaux, en explorant ces livres venus de tous les continents.

Découvrez-les dans Books, puis retrouvez-les sur AbeBooks !

Pourquoi le titre Books ?
Le mot "book" n'est pas encore entré dans le Dictionnaire de l'Académie, mais il est dans le Nouveau Petit Robert de la langue française et tous les locuteurs du français savent ce qu'il signifie. Nous cherchions un titre sobre, efficace, qui sonne "international" ; je crois que nous l'avons trouvé.

Quelle est la vocation de Books ?
Books se propose d'éclairer les sujets du jour et la condition humaine en exploitant la lumière des livres.

À l'ère d'Internet, le livre est parfois présenté comme un objet du passé. C'est une illusion. Le contenant n'est pas le contenu. Stèle, rouleau, parchemin, papier, e-book ou fichier électronique, voilà le support. Le livre, lui, est immatériel. Il est l'espace clos, étendu mais contraint, où s'inscrivent les mots d'une oeuvre de l'esprit.

Loin d'être un objet du passé, le livre est comme la main, un attribut de l'homme.

Roman, essai ou synthèse, il est appelé à rester le lieu privilégié de la réflexion approfondie. À l'ère de la vitesse, de l'éphémère, du repli sur soi, mais aussi de la mondialisation, de la propagation planétaire des ondes de choc économiques, politiques, culturelles, le livre apporte la lenteur, le recul.

Choisir le livre comme outil de décryptage est une idée simple, naturelle. C'est l'idée de Books.

Olivier Postel-Vinay Fondateur,
Directeur de la publication

Sommaire du numéro actuel

Les années noires du Pérou
Les années noires du Pérou
Une décennie d’affrontements, 69 000 morts. La mémoire de la lutte qui opposa dans les années 1980 les maoïstes du Sentier lumineux à l’armée péruvienne a longtemps été refoulée. Jeune écrivain et journaliste, Santiago Roncagliolo, s’est emparé du sujet via un genre hybride : celui du "roman non fictionnel", consistant à personnaliser l’Histoire en traitant des personnages réels comme des figures romanesques. Son livre La Cuarta espada (La quatrième épée) est aujourd’hui bestseller dans son pays. Books a consacré au livre un article de son numéro d’avril et rencontré Santiago Roncagliolo à l’occasion du Salon du livre d’Amérique latine, qui se tient à Paris (Cité internationale des arts) jusqu’au 17 mai.

 

Dossier : Pourquoi les démocraties torturent
Pourquoi les démocraties torturent
Pourquoi les démocraties ont-elles recours à la torture ? Un avocat australien expose les "progrès" réalisés dans l’art de la "torture propre", qui ne laisse pas de traces physiques. Un Américain d’origine iranienne revient sur l’exemple français en Algérie. Les principaux protagonistes de la mise en place d’une "politique de torture" à Guantanamo affichent leur bonne conscience. Pour finir, nous présentons les études universitaires qui montrent, expériences à l’appui, que l’homme ordinaire est capable de se comporter en bourreau. Après la révélation en 2004 des tortures pratiquées à la prison d’Abou Ghraib, le peintre colombien Fernando Botero a décidé de se consacrer à la représentation de l’horreur. En un an, il a peint cinquante toiles, tirées des photographies prises par les soldats américains et de leurs témoignages. Elles sont rassemblées dans un livre, Abu Ghraib, paru chez Prestel.

Entretien : Camille Limoges : "L’autonomie universitaire n’est pas ce que croient les Français"

Entretien : Camille Limoges
Une bonne université doit laisser à chaque département la liberté de choisir ses étudiants et de recruter et évaluer ses enseignants-chercheurs. L’université, non le système des grandes écoles et des instituts de recherche publics, doit être le centre de gravité de l’enseignement supérieur et de la recherche.

Géopolitique : Le dangereux calcul du Pakistan

Le dangereux calcul du Pakistan
En s’appuyant sur les talibans pour contrer son ennemi mythique, l’Inde, le Pakistan a créé les conditions de son possible effondrement.

Le livre du jour

Jeudi 14 mai 2009
La vie est dans les romans

Le Faiseur de mer
Le Faiseur de mer, par Christoph Braendle

Tout se passe comme si la crise financière avait suspendu la crise climatique, regrette l’un des critiques vedettes de l’hebdomadaire culturel allemand Die Zeit. Mais, dans la réalité, il n’en est évidemment rien. Pour ne pas l’oublier, Jens Jessen recommande la lecture de Christoph Braendle.

 

Mercredi 13 mai 2009
Un peu de sang neuf

Morale et chaos. Principes d’un agir sans fondement
Morale et chaos. Principes d’un agir sans fondement , par Pierre Caye

Pourquoi n’y a-t-il plus de vraie grande querelle idéologique ? Si Die Zeit pose à nouveau cette question un peu bateau, c’est parce qu’il la conjugue avec celle-ci : quelles voix font entendre les intellectuels français en pleine crise ? L'hebdomadaire allemand se penche notamment sur le travail de François Ruffin et Pierre Caye.

Mardi 12 mai 2009
Sarkozy selon saint Badiou

Le sens de Sarkozy
Le sens de Sarkozy, par Alain Badiou

Alain Badiou est sans doute le philosophe le plus important et le plus original œuvrant en France aujourd’hui, lit-on sur la fiche de présentation d’un de ses livres traduits en anglais.

Lundi 11 mai 2009
La Martinique d’André Breton

Martinique charmeuse de serpents
Martinique charmeuse de serpents, par André Breton

André Breton, qui n’aimait pas le régime de Vichy, embarqua à Bordeaux en mars 1941 pour rejoindre les États-Unis. Le bateau partait pour la Martinique. Breton passa trois semaines sur l’île, assez pour en tirer un livre, Martinique charmeuse de serpents (allusion au tableau du Douanier Rousseau, La Charmeuse de serpents), qui vient d’être traduit en anglais.
Dimanche 10 mai 2009
Paris au temps des attentats anarchistes

Le club de la dynamite
Le club de la dynamite, par John Merriman

On l’a un peu oublié aujourd’hui, l’anarchisme fut, dans les années 1890, une affaire sérieuse. Il coûta la vie à plusieurs chefs d’État. L’un de ses hérauts fut Émile Henry, dont l’historien américain John Merriman, passionné par le terrorisme de la fin du XIXème siècle français, retrace l’histoire dans The Dynamite club.
Samedi 9 mai 2009
Le mur dans les têtes

Le mur
Le mur, par Frederick Taylor

Le prochain anniversaire des vingt ans de la Chute du mur de Berlin suscite une multitude d’ouvrages en Allemagne. Leur diversité témoigne de la place que le mur continue d’occuper dans les esprits et de la variété des relectures que provoque l’évocation de son effondrement dans la nuit du 9 novembre 1989.
Vendredi 8 mai 2009
Ces anglais nostalgiques de l'Inde

Les sahibs qui aimaient l’Inde
Les sahibs qui aimaient l’Inde, par Khushwant Singh

Fascination, attachement et bonheur, voilà comment Lord Mountbatten, dernier vice-roi de l’Inde britannique et premier gouverneur général de l’Inde indépendante, résume en trois mots sa relation avec le pays. Ces propos sont rapportés dans le livre Sahibs who loved India de Khushwant Singh.
Lundi 23 mars 2009 :
Révolution verte Made in USA

Chaud, plat et surpeuplé : pourquoi le monde a besoin d’une révolution verte
Chaud, plat et surpeuplé : pourquoi le monde a besoin d’une révolution verte, par Thomas L. Friedman

Il nous faut une révolution verte, et vite. Tel est le message de Thomas Friedman, journaliste en vue du New York Times, qui passait jusqu’alors pour un apôtre du libéralisme. Il appelle désormais les Etats-Unis à changer radicalement de modèle énergétique… pour sauver le monde.