Livraison gratuite
Les 10 livres vendus les plus chers du mois
Littérature russe

Magazine Bokks numéro 14

Books et Facebook

Un peu en avance sur le beaujolais, le Books nouveau est arrivé. Il change d’habits, mais le moine est le même. Le format se prête mieux à la mise en place en kiosque et en librairie. Il pose toujours un problème pour certains sacs à main, mais facilite la lecture au lit et dans les transports. Il favorise la conservation de la collection (contrairement au beaujolais, les saveurs de Books gagnent à vieillir). Sur l’essentiel, le concept ne change pas. L’idée est toujours d’éclairer sa lanterne en s'appuyant sur les livres récents ou moins récents parus à travers la planète (y compris en France) et sur les meilleurs articles trouvés à propos de ces livres. Deux petites entorses à la règle sont commises : il est demandé à un auteur étranger de commenter un livre français qui fait débat (voir p. 78, sur de Gaulle) et, le cas échéant, un article exceptionnel indirectement lié à un ouvrage est publié (p. 32, sur l’amitié). Autre innovation, Books étend sa veille aux traductions récentes en Français (p. 92, « En librairie »).
Le dossier sur Facebook et les réseaux en ligne est fidèle à l’ambition de Books. Le magazine donne à penser sur un sujet aussi important que difficile à analyser. Comment expliquer qu’un milliard d’êtres humains aient pris la peine de se créer une page personnelle pour communiquer sur Internet ? Quelle est la signification, quelle est la portée d’un tel phénomène ?
D’une certaine façon, Books est antinomique de Facebook. Le réseau en ligne favorise le contact facile, l’immédiateté, l’impulsivité, la réaction à fleur de peau. Il contribue davantage au renforcement des préjugés et des idées de chacun qu’à leur remise en cause. Books est une invitation à la lenteur réflexive, à la prise de distance. C’est une autre forme de plaisir. Quelques points communs peuvent être relevés, cependant. La jeunesse de Books, d’abord. Comme le succès de Facebook, celui de Books (toutes proportions gardées !) nous dit quelque chose sur notre temps. La fidélité à Books témoigne aussi du sentiment d’appartenir à une certaine communauté d’esprits. Or Facebook est un agrégat de communautés d’esprits. D’où le point commun le plus évident : le désir d’avoir beaucoup d’amis. »

 

 

Dossier : Facebook, myspace, twitter... 500 millions d’amis

 

Questions sur une vague narcissique

Questions sur une vague narcissique

Les choses sont allées très vite. Vraiment très vite. En quelques années, le temps de dire ouf. Et voilà. D’un seul coup, plus d’un milliard d’humains ont choisi de s’inscrire sur un réseau social en ligne. Pour ceux qui ne savent pas très bien de quoi il s’agit (il en reste), expliquons-le en deux mots. Le réseau offre à chacun (de 7 à 97 ans) la possibilité de créer sa page Web personnelle...

 

 

 

Les métamorphoses de Facebook

Les métamorphoses de Facebook

Le succès originel de Facebook a été bâti sur le snobisme narcissique de potaches de Harvard. Bien que le site compte désormais plus de 500 millions d’« amis », cette réalité psychosociale est toujours à l’œuvre. À ceci près que le réseau est désormais squatté par les parents, et a tendance à s’aseptiser. Les pages ressemblent de plus en plus à des pelouses de pavillons de banlieue. Un paradis pour les publicitaires et les politiciens.

 

« Ami », vous avez dit « ami »?

« Ami », vous avez dit « ami »?

Facebook et les autres réseaux sociaux accélèrent le processus d’affadissement du concept d’amitié, engagé depuis longtemps. Parents et enfants, employeurs et employés, tout le monde est l’ami de tout le monde. Et quand nous avons 768 « amis » en ligne, en avons-nous un seul? Retour sur les métamorphoses de l’amitié en Occident, de l’Antiquité à nos jours, en passant par Montaigne.

 

 

La bataille pour le droit à l’oubli

La bataille pour le droit à l’oubli

Les réseaux sociaux aidant, nos faits et gestes les plus anodins ou ce que les autres disent de nous sont désormais gravés dans le marbre de la mémoire numérique collective. Il est de plus en plus facile d’exhumer des détails compromettants, vrais ou faux, bien ou mal interprétés, sur un candidat à une embauche ou une personne qu’on cherche à discréditer. Le droit à l’oubli est devenu l’enjeu d’une sourde bataille technologique et sociétale.

Les livres du jour

Sound Kapital
Sound Kapital
Matthew Niederhauser
Branchés, tatoués, déjantés… Bon nombre des musiciens photographiés dans Sound Kapital passeraient inaperçus dans les rues de Londres ou de Berlin. Mais, à Pékin, ils surprennent encore.
Guilded stage
Gilded stage
Daniel Snowman
En digne César, son neveu Louis Napoléon ordonna la construction du palais Garnier. Mais lorsque celui-ci ouvrit ses portes en 1875, Napoléon III avait lui-même disparu de la scène. Le goût des puissants pour l’opéra n’en perdura pas moins...

Soweto blues
Soweto blues
Gwen Ansell
S’appuyant sur plus de 80 heures d’interviews avec les musiciens du pays, Soweto Blues interroge le rôle joué par la musique pendant les "années noires" de l’histoire du pays.

Popstrology
Popstrology
Ian Van Tuyl
De sa courte notice biographique, on déduit que Ian Van Tuyl est depuis toujours mordu de variétés. On ignore, en revanche, comment lui est venue l’idée d’inventer la "popstrology", mélange de pop et d’astrologie.

Parisians de Graham Robb
Parisians
Graham Robb
Faire revivre et découvrir le Paris profond de ces deux cents cinquante dernières années, tel est le projet réussi de Graham Robb, qui pose son regard amusé d'Englishman sur une inépuisable réalité.

Les veuves d'Eastwick de John Updike
Les Veuves d'Eastwick
John Updike
Un peu plus d’un an avant sa mort, John Updike avait publié Les Veuves d’Eastwick, renouant ainsi avec Alexandra, Jane et Sukie, les trois héroïnes explosives d’une précédente fable drolatique, Les Sorcières d’Eastwick, paru en 1984.

Comment partir de Upamanyu Chatterjee
Comment partir
Upamanyu Chatterjee
Chatterjee est célèbre pour son regard satirique sur la société indienne. Cette fois, le personnage principal, Jamun, est un quadragénaire dépressif. Ce roman évoque les petites atrocités quotidiennes qui font l’Inde contemporaine, où règnent corruption, petitesse et absurdité.

Le Don de la vie de Fernando Vallejo
Le Don de la vie
Fernando Vallejo
Alternant colère, tendresse et désespoir, El don de la vida est habité par les obsessions de Vallejo : la ville de Medellín, le sexe, la haine de l’Église, le désir des garçons.

Et puis il y a ça de Bill Wasik
Et puis il y a ça
Bill Wasik
Ce journaliste de Harper’s s’est placé au cœur des mutations de l’information engendrées par Internet. Et s’il reste tout acquis à la cause numérique, Wasik n’en met pas moins en garde contre les risques associés à nos nouveaux comportements.

Les Jeunes filles de Henry de Montherlant
Les Jeunes filles
Henry de Montherlant
La réédition en anglais d'un roman mineur de Montherlant pose la question de savoir pourquoi l'auteur des Jeunes Filles est à ce point discrédité.