Livraison gratuite
Les 10 livres vendus les plus chers du mois
Magie et ésotérisme

Magazine Bokks numéro 14

Le bon niveau d’inégalité

Nul ne l’ignore, l’égalité réelle est un mythe. Si tous les hommes étaient égaux, ils seraient des clones génétiques et leur cerveau ne serait pas affecté ni même influencé par l’environnement et les expériences traversées. Il n’y aurait pas de sexe ni d’âge, ni beaux ni laids, pas de maladie ni d’accident individuel. Bref, un cauchemar de science-fiction ! Mais depuis que l’homme est sapiens, il a un sens du juste et de l’injuste.

« Tous les hommes ont reçu de Zeus le sentiment de la justice, car si c’était seulement un petit nombre d’entre eux, il n’y aurait pas de cités », observe Socrate. Pour assurer leur équilibre, les sociétés les plus anciennes ont donc instauré et codifié des droits : pour une catégorie sociale donnée, il y avait une égalité des droits. Après quoi est venue progressivement l’idée d’étendre cette égalité sélective des droits à l’ensemble de la société. Ce fut l’ambition démocratique, toujours d’actualité. L’abolition de l’esclavage et le vote des femmes s’inscrivent dans cette histoire.

Pourtant, dès le siècle des Lumières, certains perçurent que, dans une société marchande, décréter l’égalité des droits ne pouvait suffire à empêcher de très fortes inégalités de fait, portant atteinte au sens de la justice et susceptibles de menacer la paix sociale. L’aspiration communiste est née de cette constatation. Les sociétés riches qui ont su préserver la démocratie ont instauré dès la fin du XIXe siècle des dispositifs compensatoires et protecteurs destinés tant à limiter ces inégalités réelles qu’à favoriser la croissance économique. Différents types d’États-providence se sont mis en place, tolérant différents niveaux d’inégalité sociale. La question que le magazine Books pose dans ce dossier est celle-ci : un type d’État-providence vaut-il mieux qu’un autre, du point de vue de la justice sociale et de l’efficacité économique ? Autrement dit, y a-t-il un bon niveau d’inégalité sociale ?

 

Dossier : Y a-t-il un bon niveau d'inégalité sociale ?

 

Questions sur une vague narcissique

Quand l’égalité fait le bonheur

Dans un livre événement, deux chercheurs anglais pensent avoir démontré que les pays les plus égalitaires sont aussi ceux où il fait meilleur vivre. Espérance de vie, santé, criminalité, niveau d’instruction : tous les indicateurs présentés vont dans le même sens. L’ouvrage est souvent convaincant. Mais, en fin de compte, que vaut la démonstration ? Les auteurs ne semblent pas avoir résisté aux sortilèges de l’utopie.

 

 

 

Les métamorphoses de Facebook

« Ce qui est en cause, c’est le type d’État-providence »

Comme le montrent les auteurs de The Spirit Level, beaucoup d’indicateurs de bien-être sont corrélés au niveau d’inégalité sociale. Mais ils ont tort de faire des inégalités la cause unique du mal-être des sociétés. Ils ont même tort d’y voir une cause tout court. En amont des inégalités, il faut analyser la nature de l’État-providence.

 

 

 

« Ami », vous avez dit « ami »?

Le cœur simple de Flaubert

Loin de ce que l’on cherche à faire croire aux élèves de collège, la nouvelle de Flaubert n’est pas un récit ironique sur les croyances grotesques d’une pauvre fille de la campagne. C’est une émouvante et superbe leçon d’empathie. Le témoignage d’une faculté perdue, celle de se projeter dans l’imaginaire d’un autre qui vous est étranger.

 

 

La bataille pour le droit à l’oubli

Ainsi lisait Borges

Il ne lisait en entier presque aucun livre, mais les annotait à profusion. Lorsqu’il quitta la direction de la Bibliothèque nationale de Buenos Aires, en 1973, le géant de la littérature argentine légua à l’institution un millier de ses ouvrages. Deux employés les ont retrouvés et étudiés.

 

 

Les livres du jour

A Short story of cahiers du cinéma
A Short story of cahiers du cinéma
Emilie Bickerton
Témoin et acteur d’un demi-siècle de vie intellectuelle parisienne, les Cahiers ont perdu leur voix, à en croire l'essayiste britannique Emilie Bickerton.
Mat échec
Mat échec
Javier Pastor
L’Espagnol Javier Pastor a conçu un récit en forme de palindrome pour mettre en scène les déchirements d’un couple en crise.

Le fil et les traces ; vrai faux fictif
Le fil et les traces, vrai faux fictif
Carlo Ginzburg
Quelle relation s’instaure dans la connaissance historique entre le vrai, le faux et le fictif ? Comment s’entrelacent-ils ?

Simon Wiesenthal, l'homme qui refusait d'oublier
Simon Wiesenthal, l'homme qui refusait d'oublier
Tom Segev
La biographie du plus célèbre chasseur de nazis révèle les ambiguïtés de cette figure qui fut autant admirée que critiquée.

Vies ordinaires en Corée du Nord
Vies ordinaires en Corée du Nord
Barbara Demick
Hypnotisés que nous sommes par les provocations du dictateur Kim Jong-il, nous en viendrions presque à oublier l’existence des Coréens ordinaires, sur lesquels ne filtre jamais aucune information. Ils prennent enfin la parole dans le livre de Barbara Demick.

Cette fois, c'est different : huit siècles de folie financière
Cette fois, c'est different : huit siècles de folie financière
C.Reinhart, K. Rogoff
Deux économistes américains retracent 800 ans de bulles spéculatives dans 66 pays. Et montrent qu’elles suivent toujours le même schéma.

Satan à Goray
Satan à Goray
Isaac Bashevis Singer
Publié à Varsovie en 1932, le premier roman du grand écrivain de langue yiddish Isaac Bashevis Singer, prix Nobel de littérature en 1978, est enfin traduit en français. Ressuscitant le folklore juif médiéval, Satan à Goray nous plonge dans l’atmosphère inquiétante d’un village polonais au milieu du XVIIe siècle.

La Tyrannie de la penitence : Essai sur le masochisme occidental
La Tyrannie de la penitence : Essai sur le masochisme occidental
Pascal Bruckner
La version anglaise du dernier essai politique de Pascal Bruckner consacré au « masochisme » de l'Occident fait un tabac outre-Atlantique et outre-Manche. Pour d’assez bonnes raisons.

Indignation
Indignation
Philip Roth
Tout semblait destiner le jeune Marcus­ Messner à une existence médiocre et sans histoires. Étudiant consciencieux, surprotégé par son père, le héros d’Indignation, le dernier roman de Philip Roth qui vient de sortir chez Gallimard, diffère des personnages précédents de l'écrivain américain par son caractère passif et accommodant.

Les chants perdus de l'odyssée
Les chants perdus de l'odyssée
Zachary Mason
Premier roman d’un jeune mathématicien américain, Les Chants perdus de l’Odyssée, sortis ce mois-ci chez Jacqueline Chambon, signent la plus époustouflante réécriture du poème d’Homère depuis James Joyce.