Rendez-vous à l'exposition universelle

par Sandra Hindman

Le téléphone, la grande roue de Ferris, les premières toilettes publiques, la télévision, la tour Eiffel, l’incubateur, la machine à rayons X, même le lave-vaisselle – voici un petit échantillon des « nouveautés » dévoilées en primeur aux expositions universelles. Mais un livre ? Quel livre pourrait concurrencer une nouveauté scientifique telle que le téléphone de Alexander Graham Bell ou la merveille architecturale qu’est la tour Eiffel de Gustav Eiffel ?

Comment un livre peut être en compétition face à ces exploits remarquables ? Un tel livre existe bel et bien : Le premier (et le seul) livre tissé jamais conçu a été dévoilé à l’exposition universelle de Paris de 1889.

Livre de Prières Tissé, France, Lyon, 1886-1887

Plantons le décor. Montée pour célébrer la prise de la Bastille et le centenaire de la République Française, l’exposition universelle de Paris de 1889 était une vitrine pour attirer les visiteurs. Son symbole, la tour Eiffel, a entraîné des réactions déchainées de la part des visiteurs méprisants, la qualifiant d’« étourdissante et ridicule…comme une grande cheminée noire. » Elle a pourtant attiré énormément de visiteurs. Cette exposition universelle a été l’un des plus grands succès de tous les temps, établissant le record à 397 000 visiteurs en un jour. Elle est restée dans l'histoire pour ses rencontres exotiques, ses villages coloniaux et sa musique d'Asie du Sud-Est. Claude Debussy y aurait entendu la musique javanaise gamelan pour la première fois. De son côté, le pavillon mexicain présentait un palais aztèque.

Expositions universelles

Les expositions universelles ont été conçues pour dévoiler les nouvelles inventions et au cours du XIXème et du début du XXème siècles, elles se concentrent principalement sur l'industrialisation. Les nations participantes ont souvent construit des pavillons élaborés pour afficher leurs progrès. L'Exposition Universelle de 1889 a eu lieu du 6 mai au 31 octobre 1889. Elle a utilisé un chemin de fer de 3 km pour transporter les visiteurs à travers le site. La Tour Eiffel et le pavillon de la Galerie des machines étaient des attractions clés, la Galerie étant le plus grand espace intérieur au monde à l'époque (115 x 420 mètres).

Représentant les américains, Buffalo Bill a recruté Annie Oakley, une tireuse haute en couleurs et à la précision redoutable pour son show Wild West, faisant toujours salle pleine. Exposé dans la section française mais venu d’Inde, le Diamant Impérial ou « Great White Diamond » (magnifique diamant blanc), surnommé ensuite le plus gros diamant du monde, était une attraction centrale. L'identité politique et culturelle a rivalisé avec la science et la modernité pour créer un événement spectaculaire. L’exposition a duré près de six mois et a attiré environ 32 millions de visiteurs avant sa clôture officielle.

Connue pour ses textiles, la ville de Lyon a eu l’idée de créer un livre tissé pour l’exposition. Les artisans locaux ont programmé des métiers à tisser Jacquard (ces machines inventées en 1804 qui utilisent des cartes perforées en séquence continue pour tisser des motifs complexes) avec des centaines de cartes perforées (une seule carte était nécessaire pour une rangée de fil) pour réaliser un livre de prières de 58 pages connu sous le nom de Livre de Prières Tissé d'après les enluminures des manuscrits du XIVe au XVIe siècle.

Près de 2 ans et environ 50 essais ont été nécessaires avant d’obtenir une copie réussie. Le tissu était étroitement tissé de fins fils de soie grise et noire. Les pièces fragiles de soie ont ensuite été soigneusement pliées en deux et collées sur une feuille de carton pour donner le raidissement nécessaire au matériau délicat. La reliure a été réalisée sur mesure par les meilleurs artisans d’Art Nouveau à Paris.

Richement illustré avec des bordures sur chaque page et quatre grandes illustrations, le "Livre tissé" est remarquable non seulement pour sa technologie, mais également pour son design artistique. Les portraits des donateurs présents dans le "Livre tissé" reproduisent ceux d'un Livre d’Heures, fabriqué dans la ville flamande de Gand vers 1425, et aujourd’hui conservé au Walters Art Museum de Baltimore, dans le Maryland.

Livre de Prières Tissé, France, Lyon, 1886-1887, p. ix, Nativité et p. 16, la vierge et l'enfant entourrés d'anges jouant de la musique

Sa page de titre s'inspire d'une enluminure d’un manuscrit connu sous le nom de « Grandes Heures », commandé par le célèbre duc de Berry. D'autres images proviennent de tableaux de la Renaissance italienne : « Il tabernacolo dei Linaioli » attribué à Fra Angelico et la « Disputa » de Raphaël dans la « Stanza della Segnatura ». Chaque bordure est différente. Le designer s’est clairement inspiré de références médiévales et de la Renaissance - largement représentées dans les fac-similés chromolithographiques.

Pour les techniciens d'aujourd'hui, le livre tissé conserve une importance privilégiée qui a peu de rapport avec l'art. Les amateurs d'informatique se concentrent sur relation spéciale entre le livre et l'ordinateur. Les cartes perforées (ou le système de cartes perforées) utilisées pour les métiers Jacquard ont inspiré la célèbre « machine analytique » conçue par Charles Babbage (1791-1871), qui est considéré comme le « père de l'ordinateur ».

Livre de Prières Tissé, France, Lyon, 1886-1887

Les fabricants du « Livre tissé » ont utilisé la technologie de Babbage, mais ce n'est qu'en 1964 qu’IBM a dévoilé le premier ordinateur de bureau à l’Exposition Universelle de New York. IBM n’avait alors sûrement aucune idée que, 75 ans plus tôt, un prototype d’ordinateur, le Livre tissé, était déjà présenté à l’exposition universelle de Paris où, d'ailleurs, il a reçu le Grand Prix.

Cet article a été publié sur Textmanuscripts, le blog des Enluminures.

Sandra Hindman est l'une des principales spécialistes de l’enluminure de manuscrit médiéval et de la Renaissance. Professeur émérite d'histoire de l'art à Northwestern University elle est propriétaire de Les Enluminures. Sandra est l’auteur, co-auteur, ou éditrice de plus de 10 livres, ainsi que de nombreux articles sur l’histoire, les enluminures et anneaux médiévaux.

Découvrez le livre tissé Découvrir

Photos anciennes de l'exposition universelle de 1889 à Paris

Quel est votre souvenir le plus marquant de Paris ?