Oeuvre surréaliste
Une Semaine de Bonté

Acheter

Plongez dans un univers déjanté grâce à l'œuvre de l'artiste allemand Max Ernst. Une Semaine de Bonté est un livre déconcertant, une œuvre d'art surréaliste unique en son genre, et c'est le moins que l'on puisse dire.

Réalisé en trois semaines à peine en Italie en 1934 alors que l'Allemagne, pays natal de Max Ernst, embrassait l'idéologie nazie, l'ouvrage Une Semaine de Bonté rassemble une étrange collection de 182 collages où l'humain côtoie la mythologie et le règne animal. On y trouve des femmes ailées et des hommes à tête de lion. La plupart de ces scènes spectaculaires montrent la mort, la détresse, l'esclavage, la nudité et la violence dans une vision déformée.

Oeuvre surréaliste de Max Ernst
Une Semaine de Bonté
Edition de 1963
Jean Jacques Pauvert, Paris

Une Semaine de Bonté fut publié à l'origine sous la forme d'une série de 5 pamphlets, chacuns tirés à moins de 1.000 exemplaires. Devenus depuis de réelles pièces de collection, ces pamphlets en édition originale sont hors de prix. Heureusement, depuis 1976, les éditions Dover Publications publient une réédition intégrale de l'édition de 1934. Cette nouvelle édition du livre, augmentée d'informations détaillées de l'éditeur expliquant ce qui se cache derrière la folie apparente de Max Ernst, est disponible pour moins de 15 €.

Max Ernst, originaire de la région de Cologne, est le grand maître du collage surréaliste. A partir d’images de catalogues et de romans à sensation, il a donné naissance à une série de créatures imaginaires exotiques et mis en scène des décors surprenants : serpents se prélassant dans une salle de séjour, aristocrates à tête de lion, torrents coulant à l'intérieur de maisons, mutants démoniaques et poitrines dénudées. Le thème principal demeure les oiseaux, pour lesquels Max Ernst a éprouvé une certaine fascination, tout au long de sa carrière littéraire et artistique.

Une Semaine de BontéUne Semaine de Bonté comporte 7 parties, une pour chaque jour de la semaine. Chacune illustre l'un des 7 éléments mortels selon Max Ernst, dont l'eau et le feu.

Au lendemain de la Première Guerre mondiale, l'art allemand eut une influence considérable sur le développement du dadaïsme et du surréalisme en général. Pourtant, le culte que vouait Max Ernst à l'étrange et au merveilleux n'était pas du goût des dirigeants nazis, et l'artiste, qui avait combattu pour l'Allemagne lors de la Première Guerre mondiale, dut fuir vers les Etats-Unis avant le début de la Seconde Guerre mondiale. C'est aux Etats-Unis qu'il participa au développement de l'expressionnisme abstrait, avec d'autres artistes européens tels que Marcel Duchamp et Marc Chagall. Pour les amateurs de surréalisme, nous vous proposons de découvrir également une autre œuvre de Max Ernst : La Femme 100 Têtes, réalisée en 1929.

 

Trouvez vos exemplaires d'Une Semaine de Bonté !

Vous aimez les oeuvres d'art hors norme ? Ne manquez surtout pas :

 


Livres rares



Editions originales