Magazines de mode en vogue au XIXème siècle

par Julie Jacquet

Les magazines de mode sont en théorie, comme tous les périodiques, des documents éphémères avec une date de péremption. Les Cosmopolitain, Vanity Fair, Vogue et autres, sont achetés, feuilletés, puis se retrouvent le plus souvent au fond d’une armoire avant d’être probablement jetés à la poubelle. Ou alors ils se retrouvent sur la table de la salle d'attente de votre dentiste.

Heureusement, certains nostalgiques se sont mis à les garder et à les collectionner. Mais attention, les magazines de mode du XIXème ne se trouvent pas chez n’importe quel antiquaire (ou dentiste) du coin.

Pour les collectionneurs qui débutent, les illustrations individuelles des magazines sont souvent les articles les plus accessibles. Ils se trouvent parfois dans des foires d’antiquaires, mais le plus souvent en librairie, et ne sont pas toujours encadrés. Les commerçants et antiquaires vendent les pages individuellement, ce qui est plus rentable.

Petit Courrier des Dames

Moniteur de la Mode

L'essor des magazines de mode

Le XIXème siècle marque le début des magazines de mode. Les magazines français étaient des références, en particulier le Petit Courrier des Dames. Les images étaient d’ailleurs souvent reprises par des magazines étrangers. Les illustrations du français Jules David sont d’abord apparues dans le Moniteur de la Mode à Paris. Il est ensuite parti travailler pour la concurrence pour la Revue de la Mode et pour le Moniteur des Dames et des Demoiselles, ainsi que pour des magazines en langue allemande. Ruth Bleckwenn, experte de l'histoire du costume du XIXème siècle, considère Jules David comme « probablement le meilleur artiste de ce genre dans la seconde moitié du XIXème siècle ».

Bien sûr il n’y a pas qu’en France que les magazines de mode florissaient, c’était également le cas au Royaume-Uni et en Allemagne, pionniers de la mode. Le milieu de la mode allemande était largement influencé par les publications de Vienne, tel que le magazine Wiener Moden Zeitung.

La technologie et la qualité

La technique prédominante avec laquelle les images de mode étaient réalisées est la gravure sur plaques de cuivre. Cependant, dès la fin du XVIIIème siècle, les images étaient réalisées à l’aquatinte, comme dans le Journal Gallery of Fashions. A partir du milieu du XIXème siècle, la technique de la gravure sur bois est utilisée pour la première fois, dans le magazine Bazar, datant de 1854. Cette méthode a rendu possible la réalisation de plus grandes éditions avec de larges images. Le coût de la production a alors baissé, les images n'étant plus imprimées séparément.

Le Moniteur des Dames et des Demoiselles

Revue de la Mode

A la fin du XIXème siècle, enfin, la phototypie marque le début de l'ère de la photographie de mode. Le magazine français La Mode Pratique est pionnier du genre.

Avec l'avènement des magazines de mode de masse, la qualité des illustrations diminue, avec moins de détails dans les vêtements et les accessoires, à l’exception des illustrations de Jules David. Durant ses 50 années de travail, il a réalisé de magnifiques œuvres d'art qui font l'objet de collections particulièrement intéressantes.

Pour finir, si vous souhaitez démarrer une collection, sachez que le collectionneur de magazines de mode averti préfère l’achat de volumes consolidés d’un journal plutôt que des numéros individuels. Et dû à la reliure des magazines entre eux, les images sont parfois coupées; il est donc important de vérifier ce détail à l'achat. Lorsqu’il s’agit de gravures colorées, pensez également à vérifier l’éclat et la qualité des couleurs.

Les Modes

La Mode Pratique