Dictionnaire étymologique et historique du français

Note moyenne 0
( 0 avis fournis par Goodreads )
 
9782035853035: Dictionnaire étymologique et historique du français
Afficher les exemplaires de cette édition ISBN
 
 
Extrait :

Histoire du lexique, le fonds primitif et les emprunts

Le fonds primitif de la langue française, antérieur aux premiers témoignages écrits, est issu, par une évolution ininterrompue de la prononciation, du latin populaire parlé en Gaule à la fin de l'Empire romain.
Le fonds gaulois est certes plus ancien, mais il est très pauvre et se réduit à quelques dizaines de termes ruraux (charrue, chêne, glaner, sillon, etc.).
La pénétration germanique, commencée au IIIe s. par l'immigration des mercenaires militaires et des travailleurs ruraux, s'accélère avec les invasions et s'intensifie avec l'installation des Francs, qui, avant d'adopter la langue des vaincus (la fusion définitive ne date que du Xe s.), ont donné aux divers parlers romans de l'ancienne Gaule de nombreux termes relatifs à la guerre et aux institutions (franc, guerre, honte, riche, etc.). L'apport des invasions normandes (Xe-XIe s.) s'est limité aux parlers régionaux de la Normandie.
À ces éléments de base du vocabulaire sont venus s'ajouter, au cours des siècles, des apports dont l'origine géographique et la richesse varient selon les circonstances historiques : le plus important est l'apport des emprunts au latin, qui n'a pas cessé d'être productif, depuis l'époque (IXe s.) où la langue vulgaire a commencé à s'enrichir de termes directement puisés à la langue des clercs, et notamment au latin ecclésiastique, puis au latin scolastique et scientifique du Moyen Âge. Ainsi se sont formés les lexiques abstraits, indispensables aux sciences et aux techniques modernes, peu abondants dans le fonds primitif, qui ne constituait à l'origine qu'un langage de paysans et d'artisans. Dans de nombreux cas, le mot d'emprunt, qui reproduit la forme latine, double un mot primitif de même origine, mais dont l'évolution phonétique masque l'étymologie. Ces doublets étymologiques ne sont pas des doublets sémantiques : ex. hôtel/hôpital ; écouter/ausculter ; parole/parabole ; raide/rigide ; frêle/fragile ; entier/intègre, etc.
Ce mouvement d'emprunts au latin s'accrut, dans la première moitié du XVIe s., d'un mouvement parallèle d'emprunts au grec. Déjà, au XIVe s., la source grecque s'était fait jour à travers les traductions latines d'Aristote, chez Oresme, évêque de Lisieux et l'un des plus importants traducteurs du Moyen Âge. À partir du XVIe s., sous l'influence des progrès scientifiques et du développement de l'humanisme érudit, le grec, langue de médecins aussi bien que de philosophes et de poètes, a fourni un grand nombre de mots nouveaux (phrase, thèse, mythe, économe, politique, etc.), souvent dérivés ou composés, qui sont d'autant mieux intégrés à la langue qu'ils avaient souvent subi une transposition latine avant d'être francisés.
Dès avant le XIIe s., les relations commerciales instaurées entre les ports de la Provence et du Languedoc, d'une part, l'Afrique du Nord et le Proche-Orient, d'autre part, avaient fait pénétrer dans les parlers d'oc, puis, partiellement, dans les parlers d'oïl, des mots orientaux, arabes ou byzantins. Le phénomène s'est accru au temps des croisades. L'italien a pu jouer également un rôle d'intermédiaire ; de même, le latin scientifique, en raison de l'avancement des mathématiques et de la médecine dans le monde arabe. Ainsi nous sont parvenus des mots d'usage constant, tels que chiffre, zéro (issus de deux transcriptions différentes de sifr, «zéro», proprement «vide»), amiral, alchimie, algèbre, etc.
Le vocabulaire français compte également une grande quantité de termes issus des langues étrangères modernes, au gré des influences économiques et culturelles qui se sont exercées de manière prépondérante sur la communauté française. L'italien, dont les apports principaux se situent au moment des guerres d'Italie et de l'entrée des princesses italiennes dans la famille royale (XVIe-début du XVIIe s.), et lors du succès de la musique italienne (XVIIIe s.), a fourni de nombreux mots aux lexiques de la guerre (attaquer, brigade, canon, citadelle, etc.), de la vie mondaine (cortège, courtisan, page), du commerce (banque, crédit faillite) et de l'art (fresque, pittoresque, concerto, ténor, etc.)

Présentation de l'éditeur :

Le Dictionnaire Étymologique et Historique du français retrace l’origine et l’évolution de plus de 52 000 mots.

· Comprendre la langue d’aujourd’hui à travers celle d’hier : pour chaque mot sont proposés sa première attestation dans la langue, son origine directe et sa filiation (dérivés et composés) 
· Un dictionnaire innovant 
- 250 notices historiques 
- un index malin pour faciliter les recherches

Les informations fournies dans la section « A propos du livre » peuvent faire référence à une autre édition de ce titre.

Acheter D'occasion
Befriedigend/Good: Durchschnittlich... En savoir plus sur cette édition
EUR 33,98

Autre devise

Frais de port : EUR 45
De Allemagne vers Etats-Unis

Destinations, frais et délais

Ajouter au panier

Meilleurs résultats de recherche sur AbeBooks

Image de l'éditeur

1.

Mitterand, Henri; Dubois, Jean; Dauzat, Albert
Edité par Larousse (2011)
ISBN 10 : 2035853036 ISBN 13 : 9782035853035
Ancien ou d'occasion Couverture rigide Quantité disponible : 1
Vendeur
medimops
(Berlin, Allemagne)
Evaluation vendeur

Description du livre Larousse, 2011. Befriedigend/Good: Durchschnittlich erhaltenes Buch bzw. Schutzumschlag mit Gebrauchsspuren, aber vollständigen Seiten. / Describes the average WORN book or dust jacket that has all the pages present. N° de réf. du vendeur M02035853036-G

Plus d'informations sur ce vendeur | Contacter le vendeur

Acheter D'occasion
EUR 33,98
Autre devise

Ajouter au panier

Frais de port : EUR 45
De Allemagne vers Etats-Unis
Destinations, frais et délais