Le travail au XXIe siecle: Mutations de l'economie et de la societe au siecle des autoroutes de l'information

 
9782100027033: Le travail au XXIe siecle: Mutations de l'economie et de la societe au siecle des autoroutes de l'information
Afficher les exemplaires de cette édition ISBN
 
 
Revue de presse :

Et si, plutôt que d'être la source de tous nos maux, les nouvelles technologies de l'information et de la communication créaient des emplois et annonçaient des évolutions favorables pour les travailleurs? C'est la thèse de ce livre qui ouvre des perspectives optimistes mais réalistes sur l'avenir du monde du travail, bientôt composé d'entreprises virtuelles dont les employés se retrouveront sur réseau. -- Idées clés, par Business Digest

Repenser le salariat et l'emploi
De bonnes clés pour préparer l'avenir. Une enquête réalisée en 1993 par la Sofres montrait que 54% des décideurs pensent que le chômage est dû aux nouvelles technologies. Il y aurait, selon une conviction largement partagée dans notre société, une sorte de fatalité technologique. Informatique et robotique feraient progresser la productivité à un rythme tel que la machine économique aurait de moins en moins besoin de travail humain.

L'objectif de ce livre est précisément de montrer qu'il s'agit là d'une vision simpliste. D'abord parce que les nouvelles technologies de l'information et de la communication (les chercheurs disent NTIC ) créent indéniablement beaucoup d'emplois. Ensuite parce que le problème est moins quantitatif que qualitatif, explique Denis Ettig- hoffer, le président fondateur d'Eurotechnopolis Institut, dans son introduction. Les NTIC ont surtout pour effet de changer peu à peu les règles du jeu.
D'une logique d'économie de production (fondée sur l'accumulation de capital matériel), nous sommes en train de passer à une logique économique de coproduction (fondée sur une accumulation collective de matière grise, de capital immatériel).
Ce qui modifie la nature et le statut du travail. Les espaces et les temps de travail étant remis en question par l'usage généralisé de l'ordinateur et des réseaux, le salariat traditionnel va peu à peu laisser la place à une logique de service rendu. On peut alors imaginer que les entreprises se réorganisent autour de noyaux restreints de salariés, aux côtés desquels une multitude de collaborateurs viendront prendre place pour une mission donnée.

Reste à savoir comment recomposer une cohésion sociale face à des mutations aussi fondamentales. Les différentes études - d'un intérêt inégal, il est vrai - montrent qu'un gros effort de réflexion et d'imagination reste à faire si l'on veut adapter le travail, et tout le système de solidarité sociale, aux réalités de la nouvelle économie. Une problématique à méditer d'urgence! --Pierre Barrot-- -- L'Entreprise

Les informations fournies dans la section « A propos du livre » peuvent faire référence à une autre édition de ce titre.

Meilleurs résultats de recherche sur AbeBooks

Image de l'éditeur

1.

Blanc, Gérard ; Eurotechnopolis Institut
Edité par Dunod (1995)
ISBN 10 : 2100027034 ISBN 13 : 9782100027033
Neuf Couverture souple Quantité disponible : 1
Vendeur
Tamery
(Paris, France)
Evaluation vendeur

Description du livre Dunod, 1995. Couverture souple. Etat : Neuf. # Broché : 274 pages # Parution : 10 mai 1995 # Présensation par le magazine L'Entreprise : Repenser le salariat et l'emploi De bonnes clés pour préparer l'avenir. Une enquête réalisée en 1993 par la Sofres montrait que 54% des décideurs pensent que le chômage est dû aux nouvelles technologies. Il y aurait, selon une conviction largement partagée dans notre société, une sorte de fatalité technologique. Informatique et robotique feraient progresser la productivité à un rythme tel que la machine économique aurait de moins en moins besoin de travail humain. L'objectif de ce livre est précisément de montrer qu'il s'agit là d'une vision simpliste. D'abord parce que les nouvelles technologies de l'information et de la communication (les chercheurs disent NTIC ) créent indéniablement beaucoup d'emplois. Ensuite parce que le problème est moins quantitatif que qualitatif, explique Denis Ettig- hoffer, le président fondateur d'Eurotechnopolis Institut, dans son introduction. Les NTIC ont surtout pour effet de changer peu à peu les règles du jeu. D'une logique d'économie de production (fondée sur l'accumulation de capital matériel), nous sommes en train de passer à une logique économique de coproduction (fondée sur une accumulation collective de matière grise, de capital immatériel). Ce qui modifie la nature et le statut du travail. Les espaces et les temps de travail étant remis en question par l'usage généralisé de l'ordinateur et des réseaux, le salariat traditionnel va peu à peu laisser la place à une logique de service rendu. On peut alors imaginer que les entreprises se réorganisent autour de noyaux restreints de salariés, aux côtés desquels une multitude de collaborateurs viendront prendre place pour une mission donnée. Reste à savoir comment recomposer une cohésion sociale face à des mutations aussi fondamentales. Les différentes études - d'un intérêt inégal, il est vrai - montrent qu'un gros effort de réflexion et d'imagination reste à faire si l'on veut adapter le travail, et tout le système de solidarité sociale, aux réalités de la nouvelle économie. Une problématique à méditer d'urgence! --Pierre Barrot-- # Idées clés par le magazine Business Digest : Et si, plutôt que d'être la source de tous nos maux, les nouvelles technologies de l'information et de la communication créaient des emplois et annonçaient des évolutions favorables pour les travailleurs? C'est la thèse de ce livre qui ouvre des perspectives optimistes mais réalistes sur l'avenir du monde du travail, bientôt composé d'entreprises virtuelles dont les employés se retrouveront sur réseau. N° de réf. du vendeur ABE-7559610589

Plus d'informations sur ce vendeur | Contacter le vendeur

Acheter neuf
EUR 69,01
Autre devise

Ajouter au panier

Frais de port : EUR 9
De France vers Etats-Unis
Destinations, frais et délais