HOJO, TSUKASA SOUS UN RAYON DE SOLEIL T01

ISBN 13 : 9782355924835

SOUS UN RAYON DE SOLEIL T01

Note moyenne 4,03
( 34 avis fournis par Goodreads )
 
9782355924835: SOUS UN RAYON DE SOLEIL T01
Afficher les exemplaires de cette édition ISBN
 
 

Sous un rayon de soleil - nouvelle édition - Volume 1

Les informations fournies dans la section « Synopsis » peuvent faire référence à une autre édition de ce titre.

Revue de presse :

Chronique 1

On ne présente plus le génial Tsukasa Hojo, auteur de talent et conteur génial. Surtout connu pour ses grandes œuvres que sont Cat’s Eyes et City Hunter ou encore Family compo et Angel Heart, il est également l’auteur d’œuvre plus courtes et plus personnelles qui ont quelque chose de féerique...c’est le cas de « Sous un rayon de soleil », titre en seulement trois volumes qui saura vous enchanter !
Ki-oon nous fait le plaisir immense de nous proposer toutes ses séries courtes et One Shots dans une collection simplement intitulée « Les trésors de Tsukasa Hojo ». L’un des premiers à connaître cette nouvelle adaptation sera aussi l’un des plus réussis, à savoir « Sous un rayon de soleil ».

Paru après les titres l’ayant rendu célèbre, cette série apparaît plus personnelle, ici on ne trouve aucune violence, l’humour est beaucoup plus léger, moins gras, et surtout les histoires se veulent plus touchantes ! On sait tous à quel point l’auteur affectionne ce type d’histoire quelque peu larmoyante, cela se ressent au fil de sa carrière, son style évoluant de plus en plus dans ce sens, même dans sa dernière série, à savoir Angel Heart où justement il s’y perd un peu en jouant trop sur le coté larmoyant, quitte à tuer lui même l’effet voulu, l’aspect dramatique tournant vers quelque chose de mièvre et ridicule, cette ambiance ne collant pas forcément toujours au ton de la série.

Quoi qu’il en soit ici on se retrouve avec une série vraiment rafraîchissante, série où les histoires touchantes s’intègrent à merveille, où l’on suit la vie quotidienne d’une jeune fille étrange pouvant communiquer avec les végétaux et semblant abriter une autre personnalité en son sein. Ici l’héroïne, la jeune Sarah, est la pureté même et la gentillesse incarnée mais le personnage n’est pas lisse pour autant, elle cache quelques chose, un lourd secret que l’on n’apprendra pas dans ce tome... Le jeune garçon qui deviendra son meilleur ami est un peu cliché mais tellement attachant : l’archétype du gentil garçon râleur mais gentil ! Mais ce qui marque le plus c’est le père de Sarah qui est un copier-coller d’Umibozu (City Hunter), une énorme brute impressionnante mais d’une gentillesse et d’une timidité insoupçonné (ajoutez à cela qu’il a le même design), c’est donc forcément un personnage qui fait mouche !
Le seul bémol, c’est le prof qui adore prendre les jeunes filles en photo et qui collectionne les clichés dans des classeurs entiers, l’archétype même du pervers pédophile...c’est dur à croire mais l’auteur tente de le rendre comique et attachant...c’est très borderline, peut être qu’au Japon ce genre d’humour passe, mais en Europe c’est déjà moins le cas.

Toutes les histoires sont d’une simplicité étonnante, ce qui ne les empêche pas d’être touchantes, ou tout simplement belles, à l’image de la toute première, celle qui ouvre le tome, histoire qui permet d’introduire les personnages et nous conte un récit mettant en scène une jeune fille handicapée, histoire sur l’acceptation et le deuil (de son ancienne vie). Il est évident qu’il faut être en condition pour lire ce titre, si on sort d’une partie de Resident Evil ou de Gears of War, il est clair que la beauté du titre risque de nous passer à coté... ce serait vraiment dommage !
Hojo maîtrise donc mieux que jamais les émotions qu’il arrive à faire partager aux lecteurs qui ne peuvent qu’être séduits.

Il est à noter que l’on trouve déjà dans « Le temps des cerisiers », second recueil d’histoires courtes de l’auteur, le premier chapitre de « Sous un rayon de soleil », paru un an avant, on peu supposer que ce qui n’était qu’un histoire courte à la base, a inspiré l’auteur pour une série un peu plus longue !

Concernant l’édition de Ki-oon c’est une véritable réussite, de la couverture à la traduction en passant par le papier et les couleurs. En effet cette nouvelle adaptation bénéficie de quelques pages couleurs ainsi que de quelques pages en quadrichromie, pour un résultat saisissant.

Un chef d’œuvre de simplicité et de poésie, tout simplement, nuancée par un personnage qui n’a pas réellement sa place ici.
 
Erkael - 17/20
Chronique 2

Tsukasa Hojo est un auteur emblématique de toute une génération, connu et reconnu pour City Hunter, Cat’s Eye, et Angel Heart. Cependant, le maître s’est également fait remarquer il y a une dizaine d’année pour ses histoires courtes, en un ou quelques volumes. Après des années d’absence, Ki-oon réédite ces séries dans la collection Les Trésors de Tsukasa Hojo, avec notamment, l’objet de cette chronique, Sous un Rayon de Soleil, en trois volumes.

Sarah Nishikujo est une jeune fille qui possède un don exceptionnel : celui de communiquer avec les végétaux. Elle déménage de ville en ville avec son père afin ne pas se faire remarquer. Alors qu’elle arrive dans un village, elle arrête de justesse Tatsuya, un jeune garçon, qui veut abattre un arbre, qu’il estime responsable de l’infirmité de sa sœur. Après quelques disputes, les deux jeunes gens deviennent rapidement amis. Ensemble, ils vont découvrir que les végétaux de ce petit village ont beaucoup de choses à raconter.

On l’aperçoit déjà dans City Hunter et Cat’s Eye : Hojo aime croquer des personnages dans une situation tranche-de-vie, où le quotidien est réservé de surprises. Cette envie prend tout son sens dans Sous un Rayon de Soleil, où simplicité rime avec émotion. Les deux personnages principaux, Tatsuya et Sarah, sont des protagonistes tout-à-fait charmants, et à travers lesquels l’auteur s’exprime le mieux. Il parvient à leur donner une vraie pêche, un vrai charisme qui les rend de suite sympathique aux yeux du lecteur.

Par ailleurs, il arrive parfaitement à ajouter une sorte d’enjeu, une petite tension qui maintient le lecteur en haleine, grâce à son talent de narrateur : les gens vont-ils découvrir le secret de Sarah ? Certains végétaux menacés vont-ils être préservés ? Car, même s’ils ne parlent pas, même s’ils n’ont pas d’expression particulière, Hojo a arrive à insuffler une émotion à travers le portrait des végétaux de ces premiers chapitres, qui ont tous une histoire, parfois tragique. Ce qu’on retiendra également comme bon point, c’est le dessin de l’auteur, vraiment de toute beauté et dont l’esthétisme du trait et des plans apporte beaucoup au manga. Une fois encore, ce sont les visages féminins qui sont mis à l’honneur, notamment celui de Sarah et de l’esprit de la forêt. Les décors, notamment les forêts, sont dessinés à la perfection.

S’il y a toutefois quelques réserves à émettre, elles résident dans les intrigues sentimentales. Une partie de ce tome est dédiée à l’amourette d’enfant d’une camarade de classe de Tatsuya, et aux sentiments du père de Sarah pour une cliente de son commerce de plantes. Certains adhéreront au style très fleur bleue qu’Hojo a toujours eu, mais en tout cas, ici, il ne révolutionne en rien les histoires de romance et on peine à y croire tant le ton se rapproche du niais. Enfin, un personnage demeure étrange : Oki, l’instituteur. Sa façon de prendre et de collectionner des photos de jeunes filles de primaire est tellement voyante et malsaine qu’on se demande encore pourquoi il est décrit avec tant de légèreté. Visiblement, il s’agit d’humour. Mais un humour quelque peu de mauvais goût...

Hormis, ces petits soucis, Sous un Rayon de Soleil reste une lecture attendrissante, chaleureuse et qui ravira aussi bien les fans les plus fidèles d’Hojo que les curieux.

Pour fêter le retour des histoires courtes d’Hojo, les éditions Ki-oon nous rendent une superbe copie. Comme d’habitude, le papier et la traduction sont d’une qualité irréprochable, et le tome est gratifié de pages couleur du plus bel effet, en plus. Les nouvelles illustrations choisies ainsi que la typographie du titre donne un vrai coup de jeune à l’aspect visuel de la série, dont la couverture originale a bien vieilli.
 
Raimaru - 16/20
(Critique de www.manga-news.com)

Présentation de l'éditeur :

En apparence, Sara Nichikujo est une fillette absolument normale, qui suit un père fleuriste dans ses nombreux déménagement. Mais elle cache un double secret : non seulement elle a le pouvoir de communiquer avec les végétaux, mais en plus elle s’est arrêtée de grandir. Elle est donc contrainte de changer régulièrement d’école pour éviter d’éveiller les soupçons. Un grain de sable finit par se glisser dans cet engrenage bien huilé lorsqu’elle fait la rencontre du jeune Tatsuya Kitazaki. Le garçon rend responsable de l’infirmité de sa soeur un arbre… qu’il a dédidé d’abattre ! Tout l’humour et la poésie de Tsukasa Hôjô transparaissent dans cette fable en 3 tomes, tissée autour d’un thème tout simple, la nature, dont l’auteur s’empare à sa manière inimitable. Une nouvelle édition retraduite des trésors de Tsukasa Hôjô, ces histoires courtes où l’auteur du mythique City Hunter explore des thèmes plus personnels. Des oeuvres de coeur, sublimées par le style unique d’un des maîtres du manga !

Les informations fournies dans la section « A propos du livre » peuvent faire référence à une autre édition de ce titre.

Frais de port : EUR 16,90
De France vers Etats-Unis

Destinations, frais et délais

Ajouter au panier

Meilleurs résultats de recherche sur AbeBooks

Image de l'éditeur

1.

Hojo, Tsukasa
Edité par KI-OON (2013)
ISBN 10 : 235592483X ISBN 13 : 9782355924835
Neuf Couverture souple Quantité disponible : 4
Vendeur
Gallix
(Gif sur Yvette, France)
Evaluation vendeur

Description du livre KI-OON, 2013. Etat : Neuf. N° de réf. du vendeur 9782355924835

Plus d'informations sur ce vendeur | Contacter le vendeur

Acheter neuf
EUR 7,90
Autre devise

Ajouter au panier

Frais de port : EUR 16,90
De France vers Etats-Unis
Destinations, frais et délais