Hitler : 30 janvier 1933 la véritable histoire

Note moyenne 4
( 3 avis fournis par Goodreads )
 
9782355932496: Hitler : 30 janvier 1933 la véritable histoire
Afficher les exemplaires de cette édition ISBN
 
 
Extrait :

Extrait de l'avant-propos

À sources nouvelles, nouvelles perspectives

La prise du pouvoir par Hitler a été très souvent racontée comme une entreprise outrageusement facilitée par les détenteurs de ce pouvoir. L'immense majorité des livres, plutôt qu'un siège longtemps indécis, racontent l'histoire d'une place-forte dont les remparts tombent soudain en poussière et qui se rend sans grand combat.
Il est vrai que la République dite de Weimar, du nom de la ville où son assemblée constituante avait siégé en 1919, ne s'est pas défendue très énergiquement contre la menace d'une dictature, et que d'autres candidats dictateurs (avant tout le général Kurt von Schleicher, ministre de la Guerre en 1932 et dernier chancelier avant Hitler) ont fort mal joué leurs chances. Mais ce qui restait à dire, c'est que Hitler avait déployé une grande habileté, non seulement pour exploiter ses atouts, mais pour neutraliser les leurs. La victoire est allée à celui qui l'a voulue le plus ardemment et construite le plus méthodiquement, surtout à partir de 1929.
Cet essai (mon seizième ouvrage sur le nazisme et sa guerre) est la première matérialisation d'un projet beaucoup plus vaste, né de la lecture du journal de Goebbels et de la prise de conscience que cette source exceptionnelle par sa qualité et son ampleur, mais d'un usage délicat, allait modifier l'histoire du Troisième Reich sur nombre de points essentiels. Il s'agit donc de hâter avec lenteur ce mouvement. Pour ce faire, un commentaire page par page de cette oeuvre en vingt-neuf tomes, afin de relever ses informations nouvelles et de constater ce qu'elles bousculent dans les représentations antérieures, s'impose... et dépasse les forces d'un seul homme. La période 1929-1933, celle où Goebbels (en tant que chef régional - Gauleiter - du parti nazi à Berlin et surtout en tant que responsable de la propagande du mouvement au plan national) consolide sa place dans le groupe dirigeant nazi et commence à rencontrer plus souvent son chef, est un bon point de départ.
Ce texte entre, dans cette étude, en résonance avec beaucoup d'autres. Pêle-mêle : la remarquable édition des articles et des discours de Hitler entre 1925 et 1933, publiée en six volumes de 1991 à 2000 par l'Institut d'histoire du temps présent de Munich, le toujours mystérieux Journal d'un général de la Reichswebr édité par des exilés en 1934, le journal (1930-1934) enfin paru en 2010 de Cari Schmitt, le plus célèbre des juristes allemands, spécialisé dans le droit constitutionnel et mêlé aux tribulations de l'année 1932, les mémoires d'Ernst Hanfstaengl, d'Otto Strasser, d'Alfred Rosenberg, d'Otto Dietrich, de Heinrich Brùning, de Leni Riefenstahl, de Heinrich Hoffmann, de Baldur von Schirach, d'Otto Meissner, de Brigid Hitler, de Hjalmar Schacht, les travaux récents sur ce même Schacht, sur Heinrich Himmler, sur Hermann Goring, sur William Patrick Hitler, neveu anglais d'Adolf, sur Reinhard Heydrich et Wilhelm Canaris, sur les généraux von Schleicher et von Hammerstein, sur le dirigeant SS Werner Best, sur l'agronome Walther Darré et bien d'autres.

Présentation de l'éditeur :

La prise du pouvoir par Hitler a été souvent racontée. Cependant toutes les études, avant celle-ci, en parlent comme d'un accident. Le char de la République de Weimar aurait versé dans le fossé. Voilà qui incite à scruter le comportement de son ou de ses pilotes. Quant au bénéficiaire de l'accident, Hitler, soit il n'y serait pour rien, soit il aurait tout au plus jeté des clous sur la route.

L'homme est fou et son dérangement mental se traduit notamment par un antisémitisme obsessionnel, d'une nature et d'un degré inédits. Cette folie donne une grande assurance à son porteur, persuadé que la Providence l'a désigné pour restaurer la grandeur de l'Allemagne et la porter vers des sommets. Loin de guetter les bévues des gouvernants pour en profiter, il les fait sciemment advenir, enfermant ces politiciens dans des alternatives entre le mal et le pire, exactement comme il en usera un peu plus tard avec les hommes d'État étrangers.
Il développe aussi une panoplie d'agents permettant de scruter, de contrôler et de duper en permanence ses rivaux. Le développement rapide du mouvement SS à partir de la nomination de Himmler à sa tête (1929) et la création en son sein d'un réseau de renseignement confié à Heydrich (1931), ainsi que la marginalisation politique des SA en dépit de leur croissance numérique, sont des éléments clés, jusqu'ici peu aperçus, de ce processus. De même le noyau dirigeant prend forme et ne bougera plus guère, avec la montée, outre Himmler et Heydrich, de Göring, de Goebbels et de Hess. Il y a entre ces personnages de solides inimitiés, que le maître contrôle pour que tout le monde tire dans le même sens en dépit d'une cacophonie apparente. Celle-ci contribue à masquer la pieuvre étouffante qui s'empare du Reich, pour le conduire vers des entreprises démesurées, mais longtemps réussies.

Biographe français d'Hitler (Grasset, 1999), auteur, parmi une vingtaine d'ouvrages, d'une étude sur sa vie privée (Les Tentatrices du diable, l'Archipel, 2005), François Delpla, normalien, docteur (HDR) en Histoire, est un spécialiste de la seconde Guerre mondiale.

Les informations fournies dans la section « A propos du livre » peuvent faire référence à une autre édition de ce titre.

(Aucun exemplaire disponible)

Chercher:



Créez une demande

Si vous ne trouvez pas un livre sur AbeBooks, nous le rechercherons automatiquement pour vous parmi les livres quotidiennement ajoutés au catalogue.

Créez une demande