L'Italie par elle-même : Lieux de mémoire italiens de 1848 à nos jours

 
9782728803521: L'Italie par elle-même : Lieux de mémoire italiens de 1848 à nos jours
Afficher les exemplaires de cette édition ISBN
 
 
Extrait :

Que le lecteur français tienne compte avant tout des différences profondes qui caractérisent les cheminements historiques respectifs de l'Italie et de la France. Je dis bien Italie, ce qui sous-entend qu'il existe une Italie avant l'Italie, c'est-à-dire non seulement une Nation avant l'État national (le royaume d'Italie ne naît qu'en 1861), mais également des éléments et des ferments de représentation ainsi que des autoreprésentations unitaires, avant même que ne se forme, entre le XVIIIe et le XIXe siècle, toute idée de nation. Ces éléments sont sous-jacents aux États pré-unitaires ; ils renvoient à des périmètres différents et à des espaces - culturels, professionnels, ludiques, etc. - plus vastes que ceux délimités par les frontières et les douanes intérieures.

L'Italie avant le royaume d'Italie

Cela fait des siècles que l'on discute pour savoir en quoi consiste réellement cette unité péninsulaire supposée, quel est son poids réel (et pour qui), surtout depuis que ces évocations unitaires - tout particulièrement sous la poussée de la Révolution française et de Napoléon -ont commencé à se transformer en projet politique. Mais pour autant qu'elles peuvent avoir du poids, ce qui pèse tout aussi fortement sont la division politique, les fractures territoriales, la variété des dynasties, les formes institutionnelles et les codes ; sans oublier des siècles de guerres et de conflits entre Italiens. Avant la patrie propre au XIXe siècle, il n'y a pas de grand État unitaire, sinon national du moins absolu, patrimoine du souverain et néanmoins en mesure de jouer le rôle de fondement solide pour le sentiment national à venir, constituant pour la suite des générations des liens et des formes de communauté, qu'elles soient territoriales ou d'un autre type. Rome et Naples, Florence et Turin, Milan et Venise sont économiquement, politiquement et militairement en concurrence dans le cadre de cet espace italien par ailleurs perçu comme unitaire. Nous sommes bien loin des différences régionales de la Bretagne, de la Provence ou d'autres zones qui, en France, cultivent des identités propres, au-delà de la suprématie parisienne. Il n'y a jamais eu un Paris italien. Rome n'est pas Paris, et ne l'a jamais été ; et elle l'est encore moins durant la période d'unification nationale. Quand le mouvement se propage, comme il est ordinaire, à partir d'une multiplicité de centres, il trouve un facteur de centralisation diplomatique et militaire dans l'un des sept États pré-unitaires - le Piémont, l'ancien duché de Savoie, désormais promu au statut de royaume de Sardaigne - et en Rome, à la fois ressource symbolique et - en tant que capitale de l'État pontifical du pape-roi - principal noyau de résistance intérieure. Situation plus difficile à gérer, et qui se prolongera dans le temps, que l'Empire des Habsbourg lui-même, c'est-à-dire que la domination de la péninsule par cette Autriche à laquelle le congrès de Vienne a destiné la péninsule, où elle règne directement, comme dans le royaume lombardo-vénitien (avec Milan et Venise), ou indirectement, par des branches collatérales de la dynastie, à travers de petits États satellites tels que le grand-duché de Toscane (avec Florence) et les duchés exigus de Modène, de Parme et de Plaisance ; de Naples à Palerme, dans le royaume des Deux-Siciles, règnent en revanche les Bourbons. Mais en 1821, la politique de la Sainte-Alliance autorisera la puissance «mandataire» (c'est-à-dire les troupes autrichiennes) à rétablir l'ordre «légitime» de la Restauration à Naples, et ce jusqu'à Turin, bientôt capitale du Risorgimento, et à menacer de l'imposer çà et là pendant plusieurs décennies à tout ferment libéral, depuis ses diverses places fortes. À partir de 1849, et pour différentes raisons, c'est aussi la France de Louis-Napoléon, bientôt Napoléon III, qui pratiquera une politique interventionniste sur la péninsule, alternant répression et protection. On peut dès lors comprendre comment et pourquoi l'indépendance nationale à l'égard de l'étranger va devenir la hantise et le moteur des patriotes des différents courants, en liaison directe avec une extension territoriale régentée par cette «unité» qui rendrait enfin effective l'indépendance. On comprend aussi pourquoi nombre de partisans de Giuseppe Mazzini - le Père de la patrie -, dont le plus illustre représentant sera Giuseppe Garibaldi, renoncèrent, du moins en cette période, à la République : en raison de ces objectifs jugés prioritaires que sont l'unité et l'indépendance d'un État italien.

Présentation de l'éditeur :

L'Italie a-t-elle enfin réussi à faire ses Italiens ? Seul le portrait des Italiens peints par eux-mêmes pouvait laisser espérer une réponse. Ce volume issu de la grande entreprise collective dirigée par Mario Isnenghi sur les Luoghi della memoria (" Lieux de la mémoire ") en Italie témoigne de l'évolution du processus de construction de l'identité du pays. Vieille nation et jeune Etat, l'Italie contemporaine née au milieu du XIXe siècle a trouvé ses dates fondatrices, imaginé ses lieux symboliques et façonné ses héros ou anti-héros mythiques. En l'espace de 150 ans, des traditions italiennes nouvelles ont été inventées puis violemment contestées, l'histoire exaltée puis réprouvée. Bref, les Italiens ont vécu. C'est cet itinéraire de vie commune - où s'entremêlent société civile, histoire culturelle, pouvoirs et religion -, du Risorgimento à la République en passant par le fascisme et les guerres, qui est ici restitué. Des milieux, des événements, des hommes et des symboles (la place, le cinéma, la mafia, les Cinq Journées de Milan, Garibaldi, Mussolini, l'Amérique...) sont présentés sous un jour nouveau au lecteur français soucieux de comprendre, en dépassant les stéréotypes, l'histoire et l'univers de ses voisins européens.

Les informations fournies dans la section « A propos du livre » peuvent faire référence à une autre édition de ce titre.

EUR 33,11

Autre devise

Frais de port : EUR 38,36
De Royaume-Uni vers Etats-Unis

Destinations, frais et délais

Ajouter au panier

Autres éditions populaires du même titre

9782728805020: L'Italie par elle-même : Lieux de mémoire italiens de 1848 à nos jours

Edition présentée

ISBN 10 : 2728805024 ISBN 13 : 9782728805020
Editeur : Rue d'Ulm, 2013
Couverture souple

Meilleurs résultats de recherche sur AbeBooks

Image de l'éditeur

1.

Isnenghi, Mario/ Collectif
Edité par Rue d'Ulm (2006)
ISBN 10 : 2728803528 ISBN 13 : 9782728803521
Neuf Paperback Quantité disponible : 1
Vendeur
Revaluation Books
(Exeter, Royaume-Uni)
Evaluation vendeur

Description du livre Rue d'Ulm, 2006. Paperback. Etat : Brand New. French language. 7.95x5.91x1.10 inches. In Stock. N° de réf. du vendeur zk2728803528

Plus d'informations sur ce vendeur | Contacter le vendeur

Acheter neuf
EUR 33,11
Autre devise

Ajouter au panier

Frais de port : EUR 38,36
De Royaume-Uni vers Etats-Unis
Destinations, frais et délais