Mathurin Meheut, la Mer et les Marins (Broche)

Note moyenne 0
( 0 avis fournis par Goodreads )
)  
9782737364914: Mathurin Meheut, la Mer et les Marins (Broche)
Afficher les exemplaires de cette édition ISBN
 
 
Extrait :

UN ITINÉRAIRE ARTISTIQUE

DE LAMBALLE À PARIS, LES DÉBUTS D'UN DESSINATEUR
Lamballe est, à la fin du XIXe siècle, l'un de ces gros bourgs qui jouent au sein d'une Bretagne rurale le rôle de centres commerciaux et artisanaux. Charpentiers, tisserands, tanneurs, cordiers... Ici, ont vécu des dynasties d'artisans, écrira Florian Le Roy dans sa préface au livre Vieux Métiers bretons illustré pur Mathurin Méheut (1944). La vie sociale est rythmée par le calendrier des fêtes religieuses, pardons et assemblées, des marchés et des foires. Celle de la Sainte-Croix - communément nommée la Montbran, du nom du site qui surplombe la vallée du Frémur - marque au début septembre la fin des moissons et le retour à l'école des petits paysans ; elle est un rendez-vous important pour les éleveurs, en particulier de chevaux de trait. Foires et pardons sont dans cette société rurale des occasions de rencontres et de déploiement des costumes et des coiffes par lesquels les communautés se distinguent et rivalisent d'élégance.
À 15 kilomètres au nord de Lamballe, le petit port de Dahouèt, un des plus sûrs abris de la baie de Saint-Brieuc, accueille des caboteurs et arme des goélettes à la «grande pêche» de la morue à Terre-Neuve puis, jusqu'en 1913, en Islande, où des équipages recrutés en partie dans l'arrière-pays font des campagnes de six à sept mois. Tout près de là, les dunes littorales de Pléneuf sont acquises, au début des années quatre-vingt, par l'ingénieur Charles Cotard, l'un des aménageurs du canal de Suez, et les premiers villégiateurs, parisiens, rennais, mais aussi lamballais, font construire des villas en bordure de la vaste plage de sable : la station balnéaire de Val-André est née, attirant des estivants pour lesquels Lamballe, sur la ligne des Chemins de fer de l'Ouest conduisant de Paris à Brest, est le point de passage obligé. Ainsi s'amorce une mutation sociale et économique notable dont Méheut sera le témoin.
Né à Lamballe le 21 mai 1882, il est le fils d'un artisan menuisier à la tête d'un atelier d'une dizaine d'ouvriers, situé dans la rue Notre-Dame, qui conduit au point culminant de la ville, l'église collégiale édifiée à partir du XIIe siècle. C'est là qu'il effectue son premier apprentissage avant d'entrer à l'âge de quatorze ans dans l'atelier d'un peintre en bâtiment, Mathurin Guernion, qui l'initie à la préparation des couleurs comme aux techniques décoratives et lui communique ses propres aspirations artistiques. Ses parents l'autorisent à partir à Rennes en 1898 pour y suivre pendant quatre ans l'enseignement de l'École régionale des beaux-arts dirigée par Félix Lafond (1850-1917), qui s'efforce d'orienter les élèves vers des applications pratiques, en direction en particulier des industries d'art. Auprès de maîtres comme Jules Ronsin (1867-1937), Méheut étudie l'anatomie humaine et animale, produit des projets décoratifs, et bénéficie d'une bourse dès 1900 pour découvrir le musée du Louvre. Il participe pour la première fois en 1902 à l'un des concours régulièrement organisés par la revue Art et Décoration : son étude de «Lys blanc commun et lys rouge du Japon» lui vaut le premier prix ! Le jury loue la qualité de l'observation et la sobriété du rendu, la recherche du caractère distinctif de la fleur, simplement et heureusement traduit. C'est probablement à Rennes qu'il croise Léon Berthaut (1864-1946), qui lui demande d'illustrer un récit inspiré par son voyage en 1901 à Terre-Neuve et à Saint-Pierre-et-Miquelon, qu'il publie en 1903 sous le titre Fantôme de Terre-Neuve.
À l'automne 1902, Méheut gagne Paris où il s'inscrit à l'École nationale des arts décoratifs, mais suit également les enseignements d'Eugène Grasset à l'École normale d'enseignement du dessin (l'École Guérin), rue Vavin. Né en Suisse en 1845, Grasset est le théoricien et l'un des maîtres d'une nouvelle esthétique à base de décor ornemental, l'Art nouveau, qui s'est développée dans la dernière décennie du XIXe siècle. Sa production touche à de multiples domaines : le vitrail, la mosaïque, l'affiche, le livre illustré, la typographie, et il a dirigé la publication en 1896-1897 des fascicules de planches de La Plante et ses applications ornementales, illustrée par douze artistes dont Maurice Pillard-Verneuil. Il a achevé en 1897 la série des «Dix estampes décoratives» sous-titrée «Figures de femmes. Fleurs emblématiques» dont l'exposition à Bruxelles (quatrième exposition de la Libre Esthétique), à Zurich, puis à Vienne en novembre 1898 pour la première exposition de la Sécession, suscite un très vif intérêt. Tout autant que ces estampes, la célèbre silhouette féminine qui «sème à tout vent» (...)

Présentation de l'éditeur :

«Dès mon enfance, j'ai subi l'attraction de l'océan (...) Je devais y consacrer ma vie (...) Je m'attachai aux travailleurs de la mer, aux combattants de la mer, à ceux qui la ressentent de si près dans leur corps qu'elle leur donne cette allure et ce caractère inimitable»

Mathurin Méheut (discours de réception à l'Académie de marine, 1956).

Publié à l'occasion de la magnifique exposition organisée par le Musée de la Marine en 2013, cet ouvrage présente les oeuvres majeures du peintre breton : la tapisserie «la Mer» de la manufacture des Gobelins, des céramiques, des décors, des estampes...
On y retrouve les thèmes de prédilection de l'artiste : les sciences naturelles, la mer et la Bretagne, le Japon, la Grande Guerre...
Dessinateur, illustrateur, décorateur, sculpteur, graveur, créateur de motifs textiles et de pièces de céramique, le talent multiforme de Mathurin Méheut (1882-1958) résulte de son enthousiasme artistique et de son labeur acharné.

Denis-Michel Boëllest conservateur général du Patrimoine, Directeur-adjoint du musée national de la Marine et commissaire de l'exposition.

Les informations fournies dans la section « A propos du livre » peuvent faire référence à une autre édition de ce titre.

Acheter D'occasion
Brand new book. Livre comme neuf... En savoir plus sur cette édition

Frais de port : EUR 5,99
De France vers Etats-Unis

Destinations, frais et délais

Ajouter au panier

Autres éditions populaires du même titre

9782737361715: MATHURIN MEHEUT, LA MER ET LES MARINS

Edition présentée

ISBN 10 :  2737361710 ISBN 13 :  9782737361715
Editeur : OUEST-FRANCE, 2013
Couverture rigide

Meilleurs résultats de recherche sur AbeBooks

1.

Boëll, Denis-Michel
Edité par Ouest France (2014)
ISBN 10 : 2737364914 ISBN 13 : 9782737364914
Ancien ou d'occasion Couverture souple Quantité disponible : 20
Vendeur
CENTRAL MARKET
(ANTIBES CEDEX, FR, France)
Evaluation vendeur

Description du livre Ouest France, 2014. Etat : D'occasion - Comme neuf. Brand new book. Livre comme neuf. N° de réf. du vendeur 9782737364914

Plus d'informations sur ce vendeur | Contacter le vendeur

Acheter D'occasion
EUR 55
Autre devise

Ajouter au panier

Frais de port : EUR 5,99
De France vers Etats-Unis
Destinations, frais et délais