Pattieu, Sylvain Le bonheur pauvre rengaine

ISBN 13 : 9782812605482

Le bonheur pauvre rengaine

 
9782812605482: Le bonheur pauvre rengaine
Afficher les exemplaires de cette édition ISBN
 
 

290pages. in8. Broché.

Les informations fournies dans la section « Synopsis » peuvent faire référence à une autre édition de ce titre.

Extrait :

Yves Couliou

J'y suis allé à treize ans dans leur chiourme, moi, je faisais manoeuvre, je nettoyais, un travail fatigant mais pas compliqué. C'était pas une grande et belle usine, elle était plutôt petite et j'ai été viré après une bagarre avec un plus vieux. Le père ça lui a pas plu, c'est sûr, j'ai eu droit aux coups de ceinturon et au martinet. C'était un Breton, un têtu, sévère, il me tapait mais il m'aimait et il avait raison, j'avais la tête dure et plus il tapait plus ça me durcissait. Lui était charpentier et il m'a appris un peu le métier, il voulait que je fasse pareil mais le temps a manqué. Il est mort j'avais quinze ans, je suis resté seul avec la mère, elle est retournée à Quimperlé, la soeur s'est mariée avec un épicier au pays, moi je suis resté à Paris.
Ma vie je suis allé la gagner à la grande usine, celle d'Aubervilliers, les allumettes, je suis resté dans le bois, somme toute. Je travaillais aux presses, des milliers de bouts de bois à rassembler, faut les tremper ensuite et boum ça peut faire des étincelles. J'y suis arrivé à la bonne époque, moi, aux allumettes, dans la nouvelle usine, la grande, avec des machines. Gouhault m'a raconté comment c'était avant, avec le phosphore tu pissais phosphorescent, et l'odeur aussi. C'est même l'haleine qui était phosphorescente, y paraît ! J'ai vu une vieille ouvrière des années 1890 avec la mâchoire bouffée, la nécrose phosphorée ils appellent ça, sa gueule tombait en morceaux, toute boursouflée, des trous, plus de dents. Elle a pas survécu longtemps, le mal chimique comme disaient les vieux, ça l'a tuée. Pourtant d'après Gouhault elle avait été belle avant, là je l'aurais même pas regardée en face, depuis j'en ai vu des plus dures aux Bat' d'Af' et à la guerre, mais j'étais jeune. Gouhault s'occupait du syndicat et il parlait tout le temps des grèves de 1895 contre le phosphore blanc.
Deux mois de grève de mars à mai, deux mois contre l'État parce que c'est lui qui dirigeait l'usine, il possédait déjà les tabacs, normal de gérer aussi les allumettes, non ? Ces fumiers, à l'époque, ils connaissaient le phosphore rouge, les allumettes suédoises, mais les allumettes blanches se vendaient mieux, pas besoin de frottoir, alors ils préféraient utiliser du phosphore blanc et vendre les poumons des ouvriers avec leurs foutues boîtes. La régie, elle préférait pourchasser les allumettes de contrebande qui payaient pas la taxe plutôt que protéger la santé des prolétaires. Les messieurs en haut-de-forme qui empochaient les bénéfices respiraient pas du phosphore, c'était du fric pour les politiciens, les ministres, c'est sûr, ils voyaient pas leurs dents et leurs gencives partir en morceaux. Moi, même on m'aurait payé j'y aurais pas bossé dans leur foutue tôle. Ceux qui étaient assez cons pour accepter de respirer le phosphore blanc avaient qu'à pleurer, y a toujours moyen de se débrouiller autrement dans la vie, la preuve.

Présentation de l'éditeur :

Le 25 septembre 1920, au petit matin, dans un appartement bourgeois de Marseille est découvert le corps d'une jeune ouvrière parisienne ayant basculé dans la prostitution. Cette affaire fera la une des journaux pendant plusieurs mois, le temps qu'on découvre les assassins. Comme tout fait divers, c'est un formidable révélateur d'une époque, ces années folles où la France, saignée par les tranchées, voit ses repères basculer.
Lorsque Sylvain Pattieu déterre, aux archives des Bouches-du-Rhône, le carton conservant le dossier de justice, il trouve là une formidable matière romanesque. Des personnages aux trajectoires hors du commun naviguant d'un milieu à l'autre, une peinture passionnante de Paris et Marseille. Usines, dancings, bagne, bordels... Demi-mondaines, ouvriers anarcho-syndicalistes, macs noirs et corses...
Cela donne ce livre singulier et passionnant, à la fois roman et document historique, mixant voix fictionnelles, photographies et archives policières.
Après Des impatientes, publié l'an dernier, ce jeune romancier, historien par ailleurs, fait à nouveau la preuve d'un talent particulier pour s'inspirer de la réalité.

Né à Aix-en-Provence en 1979, Sylvain Pattieu enseigne l'histoire à l'université Paris VIII-Saint-Denis. Son premier roman, Des impatientes (la brune, 2012), a reçu plusieurs prix. Il publie aussi en cette rentrée Avant de disparaître. Chronique de PSA-Aulnay, chez Plein Jour.

Les informations fournies dans la section « A propos du livre » peuvent faire référence à une autre édition de ce titre.

Meilleurs résultats de recherche sur AbeBooks

Image de l'éditeur

1.

Pattieu, Sylvain
Edité par ROUERGUE (2013)
ISBN 10 : 2812605480 ISBN 13 : 9782812605482
Neuf Couverture souple Quantité disponible : 4
Vendeur
Gallix
(Gif sur Yvette, France)
Evaluation vendeur

Description du livre ROUERGUE, 2013. Etat : Neuf. N° de réf. du vendeur 9782812605482

Plus d'informations sur ce vendeur | Contacter le vendeur

Acheter neuf
EUR 21,50
Autre devise

Ajouter au panier

Frais de port : EUR 6,31
Vers France
Destinations, frais et délais
Image de l'éditeur

2.

Pattieu, Sylvain
Edité par Editions du Rouergue (2013)
ISBN 10 : 2812605480 ISBN 13 : 9782812605482
Neuf Paperback Quantité disponible : 1
Vendeur
Revaluation Books
(Exeter, Royaume-Uni)
Evaluation vendeur

Description du livre Editions du Rouergue, 2013. Paperback. Etat : Brand New. French language. 8.03x5.51x1.02 inches. In Stock. N° de réf. du vendeur zk2812605480

Plus d'informations sur ce vendeur | Contacter le vendeur

Acheter neuf
EUR 36,01
Autre devise

Ajouter au panier

Frais de port : EUR 11,61
De Royaume-Uni vers France
Destinations, frais et délais