résultats (1 - 13) de 13

Afficher les résultats par

Type d'article


Affiner par

Etat

Reliure

Particularités

Livraison gratuite

Pays

  • Tous les pays
  • Sélectionnez un pays

Evaluation du vendeur

Initiation au grec ancien: Vernhes Jean-Victor

Vernhes Jean-Victor

ISBN 10 : 2708007289 ISBN 13 : 9782708007284

Ancien ou d'occasion
Couverture souple

Quantité disponible : 1

Vendeur : ARTLINK (SAINT HAON LE VIEUX, FR, France)

Evaluation du vendeur : Evaluation 3 étoiles

Ajouter au panier
EUR 18
Autre devise
Frais de port : EUR 8
De France vers Etats-Unis
Destinations, frais et délais

Description de l'article : Etat : Bon Etat. Ophris - Edition Complète - 2003 - Grand In octavo broché, 421 pages, bon exemplaire - certains passages et mots ont été soulignés sporadiquement tout de même. Qulques passage soulignés . N° de réf. du vendeur 13039

Plus d'informations sur ce vendeur | Contacter le vendeur 1.

Description de l'article : P., Brocas et Poirion, 1754, in 8° relié plein veau ancien, dos à nerfs très orné, XLVIII-592 et 8 pages ; fentes aux mors ; coiffe supérieure usée ; coins emmoussés ; tranches marbrées. Bon exemplaire de ce classique pour l'étude du grec ancien. PHOTOS SUR DEMANDE. N° de réf. du vendeur 65015

Plus d'informations sur ce vendeur | Contacter le vendeur 2.

Marcolongo, Andrea

Edité par Les Belles Lettres (2018)

ISBN 10 : 2251447814 ISBN 13 : 9782251447810

Neuf
Couverture souple

Quantité disponible : 1

Ajouter au panier
EUR 16,90
Autre devise
Frais de port : EUR 9,50
De France vers Etats-Unis
Destinations, frais et délais

Description de l'article : Les Belles Lettres, 2018. broché. Etat : Neuf. Traduit par Béatrice ROBERT-BOISSIER. "Ce livre parle avant tout d'amour : le grec ancien a été l'histoire la plus longue et la plus belle de toute ma vie. Peu importe que vous connaissiez le grec ou non. Si c'est le cas, je vous dévoilerai des caractéristiques de cette langue dont personne ne vous a parlé au lycée, quand on vous demandait d'apprendre par coeur conjugaisons et déclinaisons. Si ce n'est pas le cas, c'est encore mieux. Votre curiosité sera comme une page blanche à remplir. Qui que vous soyez, cette langue recèle des manières de s'exprimer qui vous permettront de vous sentir chez vous, de formuler des mots et des idées qui ne trouvent pas d'expression exacte dans notre langue." Le grec est une langue géniale : voici neuf bonnes raisons d'en tomber éperdument amoureux. En français, XVI + 202 pages 14 x 21. N° de réf. du vendeur ECAG-250218-01

Plus d'informations sur ce vendeur | Contacter le vendeur 3.

Description de l'article : aux Ateliers Catholiques du Petit-Montrouge, 1849. Paperback. Etat : ANCIEN. . suivi de Le Polyglotte Catholique, ou Exercices de linguistique en douze langues, savoir : en Hébreu, Arabe, Arménien, Chinois, Sanscrit, Grec, Latin, Français, Italien, Espagnol, Anglais et Allemand, comprenant les principes élémentaires, théoriques et pratiques de la foi chrétienne, ouvrage ayant pour but dindiquer une manière nouvelle dapprendre aux enfants leur religion en leur apprenant les langues, ou de leur apprendre les langues en leur apprenant leur religion in-4 de 1120 colonnes à deux par page et de XXIV-16-18-14-18-18-16-16-16-16-16-16-14 p., EO, demi-chagrin, dos orné lég. passé, rouss. éparses. [dictionnaire - linguistique], N° de réf. du vendeur A40559-953

Plus d'informations sur ce vendeur | Contacter le vendeur 4.

ANDRE BONNARD

Ancien ou d'occasion

Quantité disponible : 1

Vendeur : AU FIL DES PAGES (DOLUS D'OLERON, France)

Evaluation du vendeur : Evaluation 1 étoile

Ajouter au panier
EUR 20
Autre devise
Frais de port : EUR 22
De France vers Etats-Unis
Destinations, frais et délais

Description de l'article : Editions de l'aire, 1991. Collection "Lettres universelles". Volume broché de 118 pages. Textes rassemblés par Jean-Luc Seylaz. Avant-propos de Michel Chauvy. TRES BON ETAT GENERAL De «Davel» (1923) à «L Humanisme de Rabelais éclairé par Aristophane» (1953), les six textes ici rassemblés jalonnent trente années de la vie, de la réflexion et de l enseignement d André Bonnard. Le citoyen s interroge sur le sens du sacrifice de Davel et sur la prétendue spécificité de notre neutralité; le professeur sur les raisons d enseigner (et d apprendre) aujourd hui le grec ancien; et l humaniste sur le théâtre profane de Racine (aboutissement et radicalisation du tragique grec) ou sur les fonctions satirique et physiologique du rire chez Aristophane et chez Rabelais.De ces essais, le plus inattendu pour les familiers de l uvre d André Bonnard sera sans doute l étude consacrée à «Victor Bérard et les Cyclopes». André Bonnard n avait guère le goût de la philologie. Une fois pourtant, il consacra de longues recherches à démonter les incroyables constructions du «philologue» Bérard. Mais Les Navigations d Ulysse de ce dernier étaient alors à la mode; tout comme l idée saugrenue qu on percerait le secret de la poésie homérique en identifiant les lieux qui lui auraient servi de modèles. Il fallait dénoncer l absence de rigueur de l entreprise et les aberrations cette critique d identification. Livres. N° de réf. du vendeur 4812

Plus d'informations sur ce vendeur | Contacter le vendeur 5.

Bulletin de la Société française d'histoire de: Baudouin - Boismoreau

Baudouin - Boismoreau - Braemer - Dorveaux - Gaidoz - Hamburger - Jeanselme - Johnsson - Ledoux-Lebard - Legrand - Le Roy Des Barres - Meunier - Neveu - Pernot - Pichevin - Roché - Rouquette - Wickersheimer

Edité par Societe francaise d'histoire de la Medecine, Paris (1911)

Ancien ou d'occasion
Edition originale
Couverture rigide

Quantité disponible : 1

Vendeur : PRISCA (Paris, ., France)

Evaluation du vendeur : Evaluation 4 étoiles

Ajouter au panier
EUR 45
Autre devise
Frais de port : EUR 9
De France vers Etats-Unis
Destinations, frais et délais

Description de l'article : Societe francaise d'histoire de la Medecine, Paris, 1911. Couverture rigide. Etat : Très bon. Edition originale. In-Octavo. demi-chagrin d'époque tête de nègre, dos à cinq nerfs, titre et tomaison gravés et dorés - Baudouin : Les appareils populaires destinés à apprendre à marcher ; La lèpre en Vendée avant les croisades ; Le Pas-de-Dieu, de SainteRadegonde, à Poitiers - Boismoreau : La médecine populaire dans le bocage vendéen. Les animaux employés comme remèdes ; La médecine populaire en Vendée : fontaines, rochers, arbres qui guérissent - Braemer : Un cahier de stage officinal de la fin du XVIIe siècle - Dorveaux : Un diplôme d'apothicaire délivré par Fagon en 1708 ; Les médecins Tant-Pis et Tant-Mieux - Gaidoz ; La cravatte de Suisse - Hamburger ; Un cas de paralysie infantile dans l'antiquité - Jeanselme : Sur quelques procédés anthropométriques, en usage de temps immémorial parmi les indigènes de la presqu'île Indo-Chinoise - Johnsson : Documents iconographiques relatifs à la peste du XVe au XVIIIe siècle ; Les " experimenta magistri Nicolai " publiés pour la première fois ; Relations médicales entre la France et le Danemark - Ledoux-Lebard : La gravure en couleur dans l'illustration des ouvrages médicaux, depuis les origines jusqu'a 1800 - Legrand : La peste à Paris en 1606. Mesures de défence prises par le collège de chirurgie de Paris - Le Roy Des Barres : Note sur deux traitements annamites de la syphilis - Meunier : Fermets et fermentations : les fermentistes ; Le fièvre ; Le vitalisme en médecine - Neveu : Notes sur la puériculture indigène en Kabylie - Pernot : Lunaison et saignée, d'après un manuscrit grec du XVIIIe siècle - Pichevin : L'ancienne machine a décapiter ; La guillotine. Guillotin et la peine de mort - Roché : Notice sur Denis-Hubert Roché, maître chirurgien, né à Mézilles le 3 octobre 1750, décédé à Mezilles le 20 décembre 1833 ; Tableau de la société médicale du IVe arrondissement de Paris depuis sa naissance, 1860 à 1910 ; Tableau de la société médicale de l'ancien 9e arrondissement de Paris (1840-1859) - Rouquette : Les ex-voto médicaux d'organes internes dans l'antiquité romaine - Wickersheimer : Un accident de travail en 1502 ; La médecine astrologique dans les almanachs populaires du XXe siècle ; Nicolaus Prepositi (Nicole Prevost), médecin tourangeau de la fin du XVe siècle - 522 pp. N° de réf. du vendeur 1071

Plus d'informations sur ce vendeur | Contacter le vendeur 6.

MONCEAUX (Paul).

Edité par P., Ancienne Maison Quantin, (1892)

Ancien ou d'occasion

Quantité disponible : 1

Ajouter au panier
EUR 33
Autre devise
Frais de port : EUR 20
De France vers Etats-Unis
Destinations, frais et délais

Description de l'article : P., Ancienne Maison Quantin, 1892. 320 pp, 94 illustrations et plans, reliure pleine percaline carmin de l'éditeur, dos lisse avec titres dorés et fleurons en noir, 1er plat illustré d'une vignette et de deux branches dorées, bon état (Coll. Bibliothèque d'Histoire illustrée) ". C'est une série d'essais, écrits avec beaucoup d'élégance, sur la religion, la propriété, la famille, l'Etat, l'unité nationale, l'art et la vie matérielle de la Grèce antique, d'où se dégage très nette la physionomie si complexe du peuple hellénique avec ses idées et ses conceptions surces différents sujets. Grâce à une analyse approfondie des textes et à un consciencieux examen des monuments, grâce aux progrès récents de l'épigraphie et de l'archéologie, grâce enfin aux recherches patientes et fécondes de l'érudition contemporaine, l'auteur est parvenu à faire une reconstitution exacte et vivante de ce peuple grec, unique dans l'histoire de la civilisation, à la fois politique et artiste, savant et lettré. Bien qu'Athènes tienne naturellement dans le livre la plus grande place, on ne peut que féliciter M. Monceaux d'avoir, à de fréquentes reprises, tourné ses regards du côté des antiquités moins connues des autres villes. Des gravures, presque toutes excellentes, et choisies avec autant de soin que de goût, ont été intercalées dans le texte. La lecture de la Grèce avant Alexandre est facile, attachante et agréable : elle est de celles. trop rares, dont il est permis de dire que ceux qui savent y trouveront autant de plaisir que ceux qui désirent apprendre y trouveront de profit." (Revue des Questions historiques, 1894) ". ancien membre de l'Ecole française d'Athènes, ayant dirigé des fouilles importantes, ayant parcouru et visité de nombreuses régions de la Grèce, ayant étudié sur place de nombreux documents littéraires archéologiques, épigraphiques, il publia plusieurs ouvrages d'histoire et d'archéologie grecques : outre ses deux thèses de doctorat, Les Proxénies grecques et De cornmuni Asiae provinciae (1886), le compte rendu de ses Fouilles au Sanctuaire des Jeux Isthmiques (1884) et surtout le magnifique volume, en collaboration avec Victor Laloux, sur La Restauration d'Olympie, l'histoire, les monuments, le culte et les fêles. A ces livres d'une érudition exacte et précise, il convient d'ajouter un volume d'une lecture aussi agréable que solide sur La Grèce avant Alexandre. Paul Monceaux (1859-1941) s'avérait ainsi comme un helléniste, un historien de la Grèce d'une compétence et d'un talent incontestables." (Jules Toutain). N° de réf. du vendeur 109933

Plus d'informations sur ce vendeur | Contacter le vendeur 7.

B. Boudou, J. Kecskemeti;

Edité par Turnhout Brepols 2010 (2010)

Ancien ou d'occasion
Couverture souple

Quantité disponible : 1

Vendeur : BOOKSELLER - ERIK TONEN BOOKS (Antwerpen, Belgique)

Evaluation du vendeur : Evaluation 4 étoiles

Ajouter au panier
EUR 113
Autre devise
Frais de port : EUR 29
De Belgique vers Etats-Unis
Destinations, frais et délais

Description de l'article : Turnhout Brepols 2010, 2010. Hardback, 608 p., 70 b/w ill., 156 x 234 mm. ISBN 9782503526010. Apres la publication de toutes les prefaces d'Henri II Estienne (Henri II Estienne editeur et ecrivain, Brepols, 2003), il fallait faire enfin connaitre le travail de son pere Robert I Estienne, imprimeur royal a partir de 1539 ?« et libraire es lettres Hebraiques et Latines ?». Editeur de tres nombreuses bibles, Robert I'Estienne a fonde la science biblique et s'est oppose aux theologiens de la Sorbonne parce qu'il voulait donner le meilleur texte possible des Saintes Ecritures. Il a d'abord edite la Vulgate de saint Jerome qu'il a cherche a rendre accessible a de nombreux lecteurs en la publiant dans un format ?« de poche ?» (in-8?°). Il a publie la Bible en grec et en hebreu (en 1544-1546), les Psaumes de David en latin avec francais en regard (en 1552) et il a mis le point final a sa Bible francaise le 15 aout 1559, peu avant sa mort. Non seulement il accompagne ses Bibles de deux index qui cherchent a articuler au plus pres l'Ancien et le Nouveau testaments, mais c'est lui qui a propose la numerotation en versets qui facilite la lecture et l'utilisation de la Bible. On a choisi d'editer en meme temps les prefaces de son frere cadet Charles, parce que les travaux des deux freres se croisent souvent et se completent. Responsables a eux deux d'environ quatre cents editions (y compris des reeditions), ils assortissent leurs mises en lumiere de prefaces ou liminaires souvent tres riches d'informations et tres interessants. C'est en pedagogues qu'ils concoivent leur travail editorial : en temoignent les grammaires et dictionnaires qu'ils ?« mettent en lumiere ?» pour aider les eleves a apprendre et seconder les lecteurs royaux dans leur entreprise. Robert I Estienne compte ainsi parmi les premiers lexicographes puisque, se fondant sur de nombreux textes de la latinite classique, en particulier Plaute et Terence, il edite le Thesaurus Latinae Linguae qu'il ne cessera d'ameliorer. Charles, lui, est medecin et, curieux de tout, il represente l'esprit encyclopedique : il a edite des traites de botanique (ecrits par Lazare de Baif, pere du celebre poete Jean-Antoine de Baif), d'agronomie, d'agriculture, mais aussi des anatomies (avec planches illustrees). Refusant de cloisonner les domaines de la connaissance, les deux freres partagent la meme volonte de diffuser le savoir, de donner les outils critiques qui permettent de le maitriser (grammaire, dictionnaires) afin d'eclairer les esprits. Les prefaces dont ces deux freres accompagnent leurs travaux d'humanistes permettent de traverser la Renaissance et de faire le tour de nombreuses disciplines. Elles donnent aussi a lire non seulement l'histoire des combats religieux, mais une reflexion sur les Ecritures qui sait unir la liberte critique a la piete. Ces prefaces font enfin decouvrir la generosite de personnalites soucieuses de diffuser des connaissances. Language : French, Latin, Greek. 0 g. N° de réf. du vendeur 38285

Plus d'informations sur ce vendeur | Contacter le vendeur 8.

Hummel, Pascale et Gabriel, Frédéric

Edité par Philologicum (2007)

ISBN 10 : 295295240X ISBN 13 : 9782952952408

Neuf
Couverture souple

Quantité disponible : 1

Ajouter au panier
EUR 35
Autre devise
Frais de port : EUR 9,50
De France vers Etats-Unis
Destinations, frais et délais

Description de l'article : Philologicum, 2007. Couverture souple. Etat : Neuf. Sous la direction de Pascale Hummel et Frédéric Gabriel. Qu'est-ce qui dans les différents domaines du savoir est su, comment et par qui, et quels moyens avons-nous de le mesurer ? De la philosophie à la théologie, de la mythologie à la magie, de l épistémologie à l'histoire de l art, de la poétique à la rhétorique, de l'iconographie à la biographie, de l'anatomie à la psychiatrie, de l'archéologie à la pédagogie, de l'astrologie aux mathématiques, ce livre explore les formes nombreuses que revêt le savoir au fil du temps. Entre connaissance et croyance, culture et science, le savoir se fait et se défait. La démarche historiographique choisie par Pascale Hummel et Frédéric Gabriel recompose la diversité du territoire humaniste et montre comment il est possible de mesurer le savoir. LES AUTEURS : Déjà auteur d une vingtaine de livres, Pascale Hummel est philologue, historienne de la philologie, et traductrice (de Lou Andreas-Salomé notamment). Elle est responsable de plusieurs programmes de recherche, sur l'enseignement du grec en France et à l'étranger, ainsi que sur l'histoire de l'ignorance et de la transmission (Institut national de recherche pédagogique). Docteur en histoire de la philosophie, Frédéric Gabriel est chargé de recherche au CNRS, chargé de conférences à l'École pratique des hautes études (Paris), et actuellement à Ahmanson-Getty Fellow de l'Université de Californie à Los Angeles. Ses recherches portent sur les XVIe-XVIIe siècles, plus particulièrement sur la littérature politique, ecclésiologique et juridique. Il coordonne l'édition des oeuvres complètes de Gabriel Naudé et de Jacques Gaffarel. SOMMAIRE : Introduction générale, Pascale HUMMEL. Les mythes mésopotamiens et égyptiens et leurs réinterprétations dans le néoplatonisme, Michèle BROZE et Philippe TALON. Evolution du savoir relatif au diable d'Augustin à Martin del Rio, Irena BACKUS. « Rhétorique et poétrie » au Moyen Age (XIIe-XIIIe siècles), Séverine ABIKER. Les romans médiévaux : de la lecture à la nigremance (XIIe-XVe siècles), Christine FERLAMPIN-ACHER. Les antécédents astrologiques de la métaphore galiléenne du Livre de l'univers, Giuseppe BEZZA. Nomination et construction du donné chez Paracelse (1493-1541), Jean-Michel RIETSCH. « Historia nuntia vetustatis » : les remplois, Laura FOULQUIER. La théorie de l'art comme mesure du savoir de la tradition scolastique à la Renaissance, Isabelle BOUVRANDE. Langage pictural et empirisme dans la Chapelle Scrovegni à Padoue, Dominic OLARIU. Les cartels des « verrières-manifestes » offertes pendant la Réforme, Laurence RIVIALE. Tradition et invention dans l'iconographie sacrée, Virginie ORTEGA-TILLIER. Savoirs et culture scientifiques au XVIe siècle : l'exemple de la théorie élémentaire, Violaine GIACOMOTTO-CHARRA. La légitimation de la connaissance médicale du corps humain dans l'Europe des XVIe et XVIIe siècles, Marie GAILLE. Epistémologie des savoirs obstétriques à l'âge classique, Elsa DORLIN. Modèles de ratio dans le Traité de l économie politique d'Antoine de Montchrétien, Nicola PANICHI. Le « philosophe » en procès : savoirs réservés et arcana naturae à l époque moderne, Frédéric GABRIEL. Le duc de La Rochefoucauld et la promotion des sciences utiles, Michèle CROGIEZ-LABARTHE. Apprendre la littérature au tournant des Lumières : le programme du professeur Ginguené (1748-1816), Cristina TRINCHERO. Épistémologie des savoirs halieutiques en France sous l Ancien Régime, Olivier LEVASSEUR. Que cherche-t-on à savoir quand on étudie les religions ? Michel DESPLAND. L'enjeu épistémologique d une mesure du savoir mathématique, Jean DHOMBRES. Du médical au romanesque : vrai et faux savoir sur l'« idiotie », Bouthavy SUVILAYA. La peinture d'histoire et son public (1867-1900, Pierre SÉRIÉ. La scientisation des humanités chez É. Durkheim, Leon SACHS. Les vies fantas(ma)tiques de Lou Andreas-Salomé, Pascale HUMMEL. En français, 550 pages, 16 x 24. N° de réf. du vendeur LF-081107-01

Plus d'informations sur ce vendeur | Contacter le vendeur 9.

MENG TSEU vel MENCIUM inter sinenses philosophos,: JULIEN (Aignan-Stanislas). Le

JULIEN (Aignan-Stanislas). Le deuxième livre chinois qui ait vu le jour en France Ouvrage très rare et très important pour les prémices de la sinologie en France Stanislas Julien, « un de ces enfants prodiges de la linguistique » Provenance prestigieuse : Château de Dampierre. Un très bel exemplaire ayant appartenu à Honoré d Albert, 8e duc de Luynes

Edité par Lutetiæ Parisiorum [Paris], 1824-1826-1829. (1824)

Ancien ou d'occasion
Edition originale
Couverture rigide

Quantité disponible : 1

Ajouter au panier
EUR 8 000
Autre devise
Frais de port : EUR 9
De France vers Etats-Unis
Destinations, frais et délais

Description de l'article : Lutetiæ Parisiorum [Paris], 1824-1826-1829., 1824. Couverture rigide. Etat : Très bon. Edition originale. [Suivi du texte en chinois :] MENG TSEU [Mencius en langue occidentale] 1 vol. in-8° ; page de grand titre-122 pp.-161 pp. de sinogrammes (morphèmes) imprimées sur 143 feuillets parfois bleutés (dont la page de grand titre) lithographiés à Paris en 1824 par le comte Charles-Philibert de Lasteyrie, philanthrope et mécène qui joua un grand rôle dans le développement de la lithographie en France, soit un ensemble de deux volumes in-octavo. Demi-veau bleu, dos lisse très richement orné, fleurons or, filets or, pièce de titre en maroquin rouge, tranches jaune paille, reliure romantique uniforme de l époque, très bel exemplaire bien complet. Édition originale rare complète de toutes ses parties (publiée à l origine en 4 livraisons). Les deux livres, traduction et texte chinois (impression à la fois typographique et lithographique) ont été édités séparément. Le « Mencius » chinois-latin de Julien est le premier ouvrage publié par la Société asiatique de Paris et le deuxième livre chinois, avec une traduction littérale, qui ait vu le jour en France. Ouvrage très important pour les prémices de la sinologie en France. Bnf, R- 43590-91-92. BULAC, n°592641. Cordier, B. Sinica, t. II, 1405-1406. Franck, Dictionnaire des Sciences Philosophiques, p. 1081. Löwendahl, t. II p. 98, no. 846. Lust, Western Books on China, 734. Manque à la « Bibliothèque Japonaise » de Pagès et Mourier (1889), au Collège de France, au Musée Guimet, ainsi qu à de nombreux fonds. Provenance prestigieuse : ex-libris de la Bibliothèque du Château de Dampierre, exemplaire ayant appartenu à Honoré d Albert, 8e duc de Luynes (1802-1867). L exemplaire d Honoré d Albert, duc de Luynes, qui comporte ses annotations manuscrites en marge du texte chinois. Les annotations manuscrites ont été authentifiées par comparaison d écritures avec un manuscrit ayant appartenu au duc de Luynes, ancien membre de l Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, et offert à la bibliothèque de l Institut de France (cote Mss. 4752-4753). Stanislas Julien, « un de ces enfants prodiges de la linguistique » (dixit J. B. Gail, Professeur de grec au Collège de France en 1821). Stanislas Julien (1799-1873), le plus illustre des sinologues français, figure centrale de la sinologie du XIXe siècle en France. Élève surdoué aux cours de chinois d Abel Rémusat au Collège de France (au point de lui succéder en août 1832 à la chaire de langues et littératures chinoises et tartares-mandchoues), possédant un incroyable don pour l apprentissage des langues, Julien ne commença à rédiger la traduction littérale latine de Mencius (380-289 avant J. C.), qu après avoir lu assidûment deux versions mandchoues (langue qu il apprit seul en trois mois !), étudié le style, et enfin pour annoter cette dernière, il lut plus de cent volumes de commentaires ; cela revient à dire, apprendre par c ur Mencius en entier, depuis le commencement jusqu à la fin de son enseignement. En quatre mois l uvre était achevée ! Dès la parution de cet ouvrage, Stanislas Julien montrait sa qualité maîtresse : le souci de donner à son travail la rigueur la plus grande dans ses recherches laborieuses. En 1824, Julien envoya son manuscrit à la Société asiatique de Paris, qui lui offrit les moyens financiers de l imprimer. Le comte de Lasteyrie, toujours soucieux de rendre service aux Lettres et aux Sciences, fit lithographier le texte chinois à ses frais. Ce fut Abel Rémusat, fier de son jeune disciple, qui se chargea lui-même d en signaler les mérites dans le journal de cette même Société, dont il fut l un des membres fondateurs, le premier secrétaire (1822-1828), puis le président (1829-1832). En 1842, Stanislas Julien publia la première traduction française qualifiée de « sérieuse » selon Étiemble, du Tao Te King ; le livre de la Voie et de la Vertu, de Lao-Tseu, texte majeur d inspiration philosophique et d une grande force poétique. VERY SCARCE. N° de réf. du vendeur ABE-1490782934941

Plus d'informations sur ce vendeur | Contacter le vendeur 10.

CHAMPOLLION, Jean-François.

Edité par Fain (1827)

Ancien ou d'occasion
Couverture souple

Quantité disponible : 1

Vendeur : CLAVREUIL (Paris, France)

Evaluation du vendeur : Evaluation 1 étoile

Ajouter au panier
EUR 8 500
Autre devise
Frais de port : EUR 24
De France vers Etats-Unis
Destinations, frais et délais

Description de l'article : Fain, 1827. Couverture souple. Etat : Bon. In-8 (209 x 130 mm), de 11 pp.; broché, couverture de papier marbré. Tiré à part du Bulletin universel des sciences, avril 1827. Réponse à la publication de la "lettre au chevalier de Goulianoff sur la découverte des hiéroglyphes acrologiques", par Klaproth. Champollion défend sa méthode de lecture des hiéroglyphes, et s'oppose fermement aux solutions données par Goulianoff et Klaproth. Il démonte méthodiquement les solutions pseudo-scientifiques données par ses deux confrères qui ne maîtrisent ni le copte ni l'égyptien. ".un grand nombre enfin, cités en témoignage, ne démontrent autre chose, sinon que l'auteur du système ne connaît même pas les premiers élémens de la grammaire copte ou égyptienne. Ce jugement peut paraître sévère; aussi nous hâterons-nous d'établir sur des preuves matérielles, en montrant que la plus grande partie des applications des idées de M. de Goulianoff au livre d'Horapollon, n'ont aucun résultat raisonnable, et en nous servant aussi du livre même qu'il cite à l'appui de son système, pour en démontrer au contraire le peu de fondement et les bases ruineuses. Champollion termine son étude avec une fervente défense de la culture égyptienne. "Mais il eût été convenable, il nous semble, d'attendre d'abord que le système annoncé eût reçu l'approbation définitive des savans qui ont seul le droit de prononcer sur une semblable matière, avant de se croire permis de traiter les anciens Égyptiens de peuple à esprit borné et à idées puériles, avant de penser que les prêtres de Diospolis et de Memphis ne 's'occupaient qu'à apprendre par c ur un tas de mauvais rébus et d'insipides calembours'". PRECIEUX EXEMPLAIRE, PORTANT UN ENVOI AUTOGRAPHE SIGNE EN BAS DE LA PREMIERE PAGE "A M BERGER DE XIVREY DE LA PART DE M. CHAMPOLLION FIGEAC". Commis dans l'administration des forêts du duc d'Orléans, Jules Berger de Xivrey abandonna rapidement cette place pour étudier le grec ancien sous la direction de Boissonnade et Hase et publia, en 1823, sa traduction en vers de la Batrachomyomachie d'Homère. "Depuis lors il entra en correspondance avec les plus célèbres philologues d'Europe, et il ne cessa d'étendre le cercle de ses études". En 1839 il devint membre de l'Académie des inscriptions et belles-lettres, et prit une importante part dans la commission des antiquités nationales. Après avoir été bibliothécaire à l'Arsenal, il devint conservateur adjoint à la Bibliothèque impériale. Exemplaire enrichi d'une longue note manuscrite, probablement de la main de Berger de Xivray: "Hiéroglyphes acrologiques de M.Goulianoff (qui est en grec Joulianos, russifié). En 1827 M. Brown publia en Angleterre un Aperçu sur les hiéroglyphes d'Égypte et du progrès fait dans leur déchiffrement. Cette brochure anglaise fut traduite et publiée en français, à Paris et à Leipzig, et le traducteur français y ajouta cette note page 8 : « L'auteur anglais a cru ne pas devoir parler de la découverte des hiéroglyphes acrologiques annoncée par le chevalier Goulianoff, découverte que nous ne connaissons en effet que par la lettre adressée par M Klaproth à ce savant. Le ton ironique qui règne dans cet écrit nous fait croire que l'auteur a plutôt voulu plaisanter son correspondant, que montrer une franche adhésion à ce système burlesque, qui ne repose que sur les explications hiéroglyphiques données par Horus Apollon tandis que jusqu'à présent on n'a rien découvert sur les monuments qui en constate la réalité ou qui ne ressemble à une acrologie, que penser d'ailleurs d'un système d'écriture d'après lequel on pourrait désigner un dieu par un diable, et exprimer l idiome nature par un nain, un nez ou une nèfle.!! » Or le traducteur français est M. Klaproth lui même. =il avait alors changé d'avis au sujet de M. Goulianoff & voulait se sauver du ridicule de sa primitive approbation, en avançant qu'il s'était moqué de l'auteur des hiéroglyphes pointus." Intéressante provenance, rare envoi de Champollion Figeac. N° de réf. du vendeur ABE-1515665622239

Plus d'informations sur ce vendeur | Contacter le vendeur 11.

CHAMPOLLION, Jean-François.

Edité par Fain (1827)

Ancien ou d'occasion
Couverture souple

Quantité disponible : 1

Vendeur : CLAVREUIL (Paris, France)

Evaluation du vendeur : Evaluation 1 étoile

Ajouter au panier
EUR 8 500
Autre devise
Frais de port : EUR 24
De France vers Etats-Unis
Destinations, frais et délais

Description de l'article : Fain, 1827. Couverture souple. Etat : Bon. In-8 (209 x 130 mm), de 11 pp.; broché, couverture de papier marbré. Tiré à part du Bulletin universel des sciences, avril 1827. Réponse à la publication de la "lettre au chevalier de Goulianoff sur la découverte des hiéroglyphes acrologiques", par Klaproth. Champollion défend sa méthode de lecture des hiéroglyphes, et s'oppose fermement aux solutions données par Goulianoff et Klaproth. Il démonte méthodiquement les solutions pseudo-scientifiques données par ses deux confrères qui ne maîtrisent ni le copte ni l'égyptien. ".un grand nombre enfin, cités en témoignage, ne démontrent autre chose, sinon que l'auteur du système ne connaît même pas les premiers élémens de la grammaire copte ou égyptienne. Ce jugement peut paraître sévère; aussi nous hâterons-nous d'établir sur des preuves matérielles, en montrant que la plus grande partie des applications des idées de M. de Goulianoff au livre d'Horapollon, n'ont aucun résultat raisonnable, et en nous servant aussi du livre même qu'il cite à l'appui de son système, pour en démontrer au contraire le peu de fondement et les bases ruineuses. Champollion termine son étude avec une fervente défense de la culture égyptienne. "Mais il eût été convenable, il nous semble, d'attendre d'abord que le système annoncé eût reçu l'approbation définitive des savans qui ont seul le droit de prononcer sur une semblable matière, avant de se croire permis de traiter les anciens Égyptiens de peuple à esprit borné et à idées puériles, avant de penser que les prêtres de Diospolis et de Memphis ne 's'occupaient qu'à apprendre par c ur un tas de mauvais rébus et d'insipides calembours'". PRECIEUX EXEMPLAIRE, PORTANT UN ENVOI AUTOGRAPHE SIGNE EN BAS DE LA PREMIERE PAGE "A M BERGER DE XIVREY DE LA PART DE M. CHAMPOLLION FIGEAC". Commis dans l'administration des forêts du duc d'Orléans, Jules Berger de Xivrey abandonna rapidement cette place pour étudier le grec ancien sous la direction de Boissonnade et Hase et publia, en 1823, sa traduction en vers de la Batrachomyomachie d'Homère. "Depuis lors il entra en correspondance avec les plus célèbres philologues d'Europe, et il ne cessa d'étendre le cercle de ses études". En 1839 il devint membre de l'Académie des inscriptions et belles-lettres, et prit une importante part dans la commission des antiquités nationales. Après avoir été bibliothécaire à l'Arsenal, il devint conservateur adjoint à la Bibliothèque impériale. Exemplaire enrichi d'une longue note manuscrite, probablement de la main de Berger de Xivray: "Hiéroglyphes acrologiques de M.Goulianoff (qui est en grec Joulianos, russifié). En 1827 M. Brown publia en Angleterre un Aperçu sur les hiéroglyphes d'Égypte et du progrès fait dans leur déchiffrement. Cette brochure anglaise fut traduite et publiée en français, à Paris et à Leipzig, et le traducteur français y ajouta cette note page 8 : « L'auteur anglais a cru ne pas devoir parler de la découverte des hiéroglyphes acrologiques annoncée par le chevalier Goulianoff, découverte que nous ne connaissons en effet que par la lettre adressée par M Klaproth à ce savant. Le ton ironique qui règne dans cet écrit nous fait croire que l'auteur a plutôt voulu plaisanter son correspondant, que montrer une franche adhésion à ce système burlesque, qui ne repose que sur les explications hiéroglyphiques données par Horus Apollon tandis que jusqu'à présent on n'a rien découvert sur les monuments qui en constate la réalité ou qui ne ressemble à une acrologie, que penser d'ailleurs d'un système d'écriture d'après lequel on pourrait désigner un dieu par un diable, et exprimer l idiome nature par un nain, un nez ou une nèfle.!! » Or le traducteur français est M. Klaproth lui même. =il avait alors changé d'avis au sujet de M. Goulianoff & voulait se sauver du ridicule de sa primitive approbation, en avançant qu'il s'était moqué de l'auteur des hiéroglyphes pointus." Intéressante provenance, rare envoi de Champollion Figeac.   N° de réf. du vendeur ABE-1515667145558

Plus d'informations sur ce vendeur | Contacter le vendeur 12.

PALLADIUS

Edité par Edoardus Bissaeus ( Edward Bysshe ) (1665)

Ancien ou d'occasion
Edition originale

Quantité disponible : 1

Vendeur : Tiré à Part (Marseille, France)

Evaluation du vendeur : Evaluation 4 étoiles

Ajouter au panier
EUR 450
Autre devise
Frais de port : EUR 9
De France vers Etats-Unis
Destinations, frais et délais

Description de l'article : Edoardus Bissaeus ( Edward Bysshe ), 1665. In-4 ( 320 X 200 mm ) de 23 ffnch.-103 pages, pleine basane tabac ( Reliure de l'époque ). Texte grec avec traduction latine de 54 pages, suivi du texte latin « ambrosien » de l'édition sixtine, pages 57-84 ). Dos absent, rousseurs. Edition originale très rare.Sur les peuples de l'Inde et les BrahmanesSur les peuples de l'Inde et les Brahmanes ( en grec ancien µÁv Äö½ ÄÆ 8½ ±Â ½ö½ º±v Äö½ Á±Ç¼ ½É½ ) est un texte grec de l'Antiquité tardive attribué traditionnellement ( et vraisemblablement ) à l'évêque Palladios ( v. 363 - v. 430 ), auteur de l'Histoire lausiaque.Ce texte est transmis le plus souvent dans les manuscrits à la suite de l'Histoire lausiaque. Il s'agit en fait d'une lettre à un correspondant non nommé, accompagnée d'une pièce jointe. Le destinataire est apparemment Lausos, le chambellan de Théodose II ( regn. 408 - 450 ) dédicataire également de l' Histoire lausiaque du reste le texte fait référence à ce dernier ouvrage, et la comparaison stylistique avec l'épître dédicatoire de celui-ci rend vraisemblable l'idée qu'on ait affaire au même rédacteur et au même destinataire.Le correspondant a demandé à Palladios des informations sur les Brahmanes de l'Inde. Celui-ci répond qu'il n'a pas de témoignage personnel à apporter : il y est bien allé en compagnie d'un certain Moïse, évêque d'Adoulis, mais sitôt parvenu sur les rives du Gange, il n'a pas supporté le climat et a dû rebrousser chemin. Mais il peut relater, du moins, ce qu'il tient d'un avocat ( scholasticus ) de Thèbes d'Égypte qui a séjourné longuement en Inde. Après s'être rendu à Adoulis, puis à Axoum, cet avocat s'est embarqué à destination de l'île de Taprobane. N'ayant pu y aborder pour des raisons non précisées, il s'est retrouvé au pays des Bisades, dont le roi l'a fait arrêter et l'a condamné à six ans de travaux forcés dans un moulin. Pendant cette captivité, il a pu apprendre la langue locale et s'informer sur le pays. À la suite d'une querelle, un roitelet voisin a dénoncé son collègue auprès de l'empereur de Taprobane, pour avoir réduit en esclavage un citoyen romain. Après enquête, l'empereur a fait écorcher vif le roi des Bisades et fait libérer l'avocat thébain1.Palladios envoie en outre à son correspondant, en pièce jointe, un texte, beaucoup plus long que le développement personnel qui précède, qu'il a tiré, affirme-t-il, d'un ouvrage d'Arrien, mais qui ne se trouve en tout cas pas dans l'Anabase. Il s'agit d'une série d'entretiens, d'abord sous forme de lettres, puis en conversation directe, entre Alexandre le Grand et un certain Dandamis, présenté comme le maître des Brahmanes. Certains passages sont très proches de ce qu'on peut lire dans un papyrus du IIe siècle conservé à Genève2. Il s'agit d'un matériau qui remonte à Onésicrite et à Mégasthène.Palladios, partisan de Jean Chrysostome, fut déposé de son siège épiscopal et exilé à Syène en 406. De là, il passa en Thébaïde en 408. Il put rentrer en Galatie après la mort de Théophile d'Alexandrie en 412. C'est donc peu après ce retour qu'il a pu produire ce texte sur l'Inde et les Brahmanes, de même que l'Histoire lausiaque, peut-être pour le même destinataire.Le texte produit par Palladius ( dont la majeure partie n'est donc pas de lui ) a connu postérieurement, en grec, des amplifications aboutissant à une « Versio Augmentata » ( conjecturale ), puis à une « Versio Ornatior », sans doute constituées aux VeVIe siècle. On connaît même deux versions différentes de la Versio Ornatior : une représentée par le Ms. BnF Coislin 83 ( Xe siècle ), et une autre ( conservée seulement partiellement ) par le Ms. Athos Iviron 408 ( XIVe siècle ). Mais on conserve aussi du texte des traductions-adaptations latines très anciennes. La principale, intitulée traditionnellement De moribus Brachmanorum, est attribuée à Ambroise de Milan déjà dans des manuscrits médiévaux : Ms. Vat. lat. 282 ( XIe siècle ) et Ms. Vat. lat. 281 ( 1384 ) elle figure dans l'édition de 1585 des ¼uvres complètes d'Ambroise ( « édition sixtine » )3. Ce texte latin se présente curieusement comme une lettre adressée à Palladius et lui rapportant les propos d'un certain « Musæus Dolenorum episcopus » ( déformation de « Moses Adulitarum episcopus » ? ), avec d'abord l'histoire de l'avocat thébain, ensuite les entretiens d'Alexandre et de Dandamis4 il est antérieur à la Versio Ornatior grecque. Il existe une autre version latine dans le Ms. Bamberg E. III. 14 ( manuscrit copié en Italie au XIe siècle, traduction du grec réalisée au Xe siècle ). Il faut ajouter que le texte de Palladios a été interpolé dans le livre III du Roman d'Alexandre du Pseudo-Callisthène. ( Source Wikipedia ). Philosophie Théologie Brahmanes Histoire Inde. N° de réf. du vendeur 903228

Plus d'informations sur ce vendeur | Contacter le vendeur 13.

résultats (1 - 13) de 13