Over 785 000 results

Type d'article

Etat

Reliure

Particularités

Livraison gratuite

Pays

Evaluation du vendeur

  • Image du vendeur pour Autograph receipt signed. mis en vente par Antiquariat INLIBRIS Gilhofer Nfg. GmbH

    Bach, Johann Sebastian, German composer (1685-1750).

    Edité par [Leipzig, June or July] 1748., 1748

    Vendeur Antiquariat INLIBRIS Gilhofer Nfg. GmbH, Vienna, A, Autriche
    Contacter le vendeur

    Membre d'association : ILAB

    Evaluation du vendeur : Evaluation 5 étoiles

    Manuscrit / Papier ancien Signé

    EUR 180 000

    Autre devise
    EUR 30 Frais de port

    De Autriche vers Etats-Unis

    Quantité disponible : 1

    Ajouter au panier

    Oblong 12mo (ca. 98 x 52 mm). 1 p., with a similar receipt for another legacy with 4 additional signatures on verso. Evenly browned, a little stained, edges a little chipped. Decoratively framed and glazed with a brass plaque and an engraved portrait (light chipping to gilt frame). Signature by Johann Sebastian Bach, confirming in his own hand the receipt of 2 guilders ("acc[epi] - 2 fl.") from the Lobwasser Bequest. The sum was paid out around every 2nd of July to the cantor, deputy headmaster, and third teacher (tertius) at St. Thomas. Above and below Bach's signature, his colleagues Conrad Benedict Hülse and Abraham Kriegel sign for their 2 guilders. - One of Bach's several supplementary sources of income which together made up a substantial part of his Leipzig salary, this payment would in the mid-18th century have corresponded roughly to an organist's weekly wages. The "Legatum Lobwasserianum", a legacy of 1000 guilders, was bequeathed in 1610 by a Leipzig lawyer's pious widow, Maria Lobwasser; the 50 guilders of annual interest, paid on the Feast of the Visitation, went toward supporting St Thomas's church and school personnel. - This is one of only two known receipts from Bach receiving his Lobwasser funds. The other, from 1750, was originally written on the same sheet of paper underneath the entry for 1748, but the two records were later cut apart and separated. Curiously, the relevant entry for 1749 must have been made in another, now lost document, as a date "1749" and Hülse's stricken-out signature, apparently made here in error, appear at the bottom of the present slip of paper (formerly between the 1748 and 1750 records). The small 8vo leaf, removed from a receipt book, was complete in 1908 when it was offered at C. G. Boerner's sale of "precious autographs from a Viennese private collection" (lot 3). The buyer was probably the noted Swiss collector Karl Geigy-Hagenbach, in whose "album of manuscripts by illustrious personages", published in 1925, it was again illustrated intact. The receipt's location was subsequently unknown until, in May 1986, the present upper half of the sheet appeared at Christie's manuscripts sale (lot 271). It was likely acquired there by the Canadian chemist and physician Frederick Lewis Maitland Pattison (1923-2010) and subsequently sold by the New York dealer Kenneth W. Rendell (his description pasted on the reverse of the frame) to the Musée des Lettres et Manuscrits, Paris; acquired from their sale. - In December 2014, the lower half (bearing the receipt for 1750, signed by Bach's son Johann Christian in the place of the blind and dying composer) appeared at Swann's in New York, described as having previously been in the collection of the Polish harpsichordist Wanda Landowska (1879-1959), and was bought by the Bach-Archiv in Leipzig. C. G. Boerner, auction catalogue XCII (Leipzig, 8 & 9 May 1908), lot 3. K. Geigy-Hagenbach, Album von Handschriften berühmter Persönlichkeiten vom Mittelalter bis zur Neuzeit (Basel 1925), p. 243. H.-J. Schulze, Marginalien zu einigen Bach-Dokumenten, Bach Jahrbuch (1961), pp. 79-99, here at p. 93. Bach-Dokumente, Krit. Gesamtausgabe (ed. W. Neumann & H.-J. Schulze), vol. 1 (1963), p. 207, no. 137.

  • Image du vendeur pour Egypt and Nubia from drawings made on the spot by David Roberts, R.A. with historical descriptions by William Brockendon mis en vente par Pingel Rare Books

    ROBERTS, David

    Edité par F.B. Moon 1846-49, London, 1846

    Vendeur Pingel Rare Books, Paris, France
    Contacter le vendeur

    Membre d'association : ILAB

    Evaluation du vendeur : Evaluation 5 étoiles

    Edition originale

    EUR 165 000

    Autre devise
    EUR 30 Frais de port

    De France vers Etats-Unis

    Quantité disponible : 1

    Ajouter au panier

    Etat : Très bon. Edition originale, grand in-folio (63 x 45 cm), 13 fascicules, une carte gravée (rousseurs) et 124 lithographies (y compris les 3 vignettes de titre) de Louis Haghe d'après David Roberts COLORIÉES A LA MAIN A L'ÉPOQUE et montées sur papier fort ; en feuilles sous couvertures originales en cuir de havane, le tout dans des boîtes brunes modernes, avec lettres dorées sur les dos. Quelques défauts mineurs au dos des reliures, quelques marges poussiéreuses, les planches propres et fraîches.Provenance : Milltown Park Library Charitable Trust (ex-libris et tampon sur les feuilles de garde de la première partie).Aucune publication n'avait jusqu'alors présenté une série de vues aussi complète des monuments, des paysages et des peuples du Proche-Orient. Représentant l'achèvement d'un projet commencé en 1842, l'Egypte et la Nubie, ouvrage à part entière, fut publié en trois formats entre 1846 et 1849, le format de luxe en couleur et monté étant proposé au triple du prix du format le plus simple.David Roberts, RA (1796-1864), jouissait à son époque d'une grande popularité pour ses vues européennes, mais c'est le succès remarquable de ce projet qui donna une dimension nouvelle à son ?uvre. En août 1838, Roberts arriva à Alexandrie pour commencer une aventure soigneusement planifiée. On raconte qu'il fut le premier Européen à avoir un accès illimité aux mosquées du Caire, à condition qu'il ne commette pas de profanation en utilisant des pinceaux en soie de porc. Il quitta le Caire, remonta le Nil, et voyagea jusqu'à Wadi Halfa et la Seconde Cataracte, relevant tout au long de son voyage, les monuments que l'on peut voir représentés dans la partie Égypte & Nubie de son monumental ouvrage. Au moment de la publication, ces vues suscitèrent l'enthousiasme général. Avant son départ pour le Proche-Orient, Roberts avait discuté de la publication avec Finden et Murray, mais à son retour, ces derniers se montrèrent réticents aux risques que comportait une publication de l'ampleur et de la grandeur envisagées. Francis Graham Moon - "un self-made man issu d'un milieu modeste" (ODNB) qui avait attiré l'attention de la reine et s'était risqué à se présenter comme "éditeur ordinaire de sa Majesté" - accepta le défi et persuada Louis Haghe de lithographier les dessins de Roberts. Roberts reconnaît que l'?uvre de Haghe n'est guère moins importante que la sienne, ce qui souligne sa "vigueur et son audace magistrales". Les lourdes exigences de la tâche ont peut-être même incité Haghe à prendre une retraite anticipée en tant que lithographe. Le révérend George Croly (1780-1860), poète et collaborateur bien connu de Blackwood's et de The Literary Gazette, fut engagé pour éditer le texte du journal de Roberts.C'était "sans aucun doute l'entreprise d'édition la plus coûteuse, la plus somptueuse et la plus risquée que Moon ait jamais entreprise". Investir 50 000 £ dans le projet." Comme outil de promotion, une exposition des dessins originaux fut ouverte à Londres en 1840 et fit ensuite le tour du pays, créant un émoi considérable et les éloges de Ruskin qui les décrivit comme "fidèles et minutieux au-delà de tout ce que j'ai pu voir de la nature". Le catalogue de l'exposition, qui servait de prospectus pour l'?uvre projetée, réussit à attirer des souscripteurs sans lesquels une telle ?uvre n'aurait pu voir le jour. L'ouvrage fut publié dans une série de formats plus petits. En décembre 1853, les pierres lithographiques de l'?uvre originale de grand format furent brisées lors d'une vente aux enchères des planches restantes.Largement reconnu comme l'expression ultime de la lithographie teintée, triomphe artistique et commercial, Egypt & Nubia de David Roberts est le résultat d'une collaboration fortuite unique entre l'artiste, l'éditeur et le graveur.Abbey (Travel), 272; Tooley 401-2; Blackmer 1432. // ENGLISH // First edition, large folio (63 x 45 cm), in the original parts, 1-21, complete in 13 fascicles as issued, 3 vignette-titles and 121 lithographs by Louis Haghe after Roberts, in the scarcest form, with original hand-colour, cut to the edge of the image and mounted on card in imitation of water-colours, as issued, engraved map (foxed), bookplate and stamp; loose in the original tan leather backed gilt pictorial cloth boards (occasional minor defects to spines), occasional dusty margins, plates clean and fresh; all housed in modern brown boxes, gilt lettered to spines; a fine set.Provenance : Milltown Park Library Charitable TrustNo publication before this had presented so comprehensive a series of views of the monuments, landscape, and people of the Near East. Representing the completion of a project begun in 1842, but a discrete work in its own right, Egypt and Nubia was published in three formats between 1846 and 1849, with the deluxe coloured-and-mounted format offered at triple the price of the simplest format.David Roberts, RA (1796-1864), enjoyed a wide popularity in his day for his European views, but it is on the outstanding success of this project that the modern appreciation of his work is based. In August 1838 he arrived in Alexandria to start a carefully planned enterprise. It is claimed that he was the first European to have unlimited access to the mosques in Cairo, under the proviso that he did not commit desecration by using brushes made from hog's bristle. Leaving Cairo, he sailed up the Nile to record the monuments represented in the Egypt & Nubia division of the work, travelling as far as Wadi Halfa and the Second Cataract. At the time of publication it was these views that excited the most widespread enthusiasm. Roberts had already discussed publication of the views with Finden before leaving for the Near East, but on his return both Finden and Murray, who was also approached, baulked at the risks involved in a publication of the size and grandeur envisaged. However, Francis Graham Moon - 'a self-made man from a modest background' (ODNB) who had attracted the attention of the Queen and ventured to r.

  • Image du vendeur pour Description de l'Égypte ou Recueil des observations et des recherches qui ont été faites en Egypte pendant l'expédition de l'armée française. Seconde édition. Dédiée au Roi mis en vente par Pingel Rare Books

    DESCRIPTION DE L?ÉGYPTE]

    Edité par Panckoucke 1821-1829, 1821

    Vendeur Pingel Rare Books, Paris, France
    Contacter le vendeur

    Membre d'association : ILAB

    Evaluation du vendeur : Evaluation 5 étoiles

    Edition originale

    EUR 115 000

    Autre devise
    EUR 30 Frais de port

    De France vers Etats-Unis

    Quantité disponible : 1

    Ajouter au panier

    Etat : Très bon. 24 tomes de texte en 26 volumes in-8 et 11 volumes grand in-folio d'atlas (10 de planches et un atlas géographique).Demi-veau bleu glacé, dos lisses avec titres et tomaison en lettres dorées, plats recouverts de papier marbré bleu (reliure de Tessier relieur et doreur se S.A.R. le Duc d'Orléans, avec son étiquette au contreplat supérieur du volume Antiquités 1). (Dos des atlas refaits, plats conservés avec quelques restaurations de papier ; rares rousseurs légères, frontispice restauré).SECONDE EDITION de ce monument de l'histoire du livre comprenant 994 planches.L'ouvrage comprend: Texte: Antiquités. Description - 5 volumes. Antiquités. Mémoires - 4 volumes illustrés de 13 tableaux, 5 planches et 1 carte. Etat Moderne - 8 tomes en 10 volumes illustrés de 45 planches (en 25 feuilles), 17 tableaux (en 17 feuilles) et 2 cartes (ancienne et comparée de l'Egypte, - de la Basse-Egypte). Histoire Naturelle - 6 volumes illustrés de 2 tableaux (en 4 feuilles) et 1 planche. Explication des planches - 1 volume Atlas: Antiquités - 5 volumes illustrés du frontispice, 420 planches (compris le portrait de Louis XVIII) et un tableau. Etat Moderne - 2 volumes illustrés de 189 planches sur 181 feuilles. Histoire Naturelle - 2 tomes en 3 volumes illustrés de 245 planches. Atlas géographique - 1 volume illustré de 53 cartes et planches dont titre gravé à double page.Soit un total de 908 planches in-folio, auxquelles il faut rajouter l'illustration des volumes in8, soit 3 cartes, 32 tableaux et 51 planches.Très bel exemplaire.La Description de l'Egypte est le résultat de la collaboration des savants, artistes et techniciens qui suivirent Bonaparte en Egypte. C'est L'OUVRAGE LE PLUS MONUMENTAL JAMAIS CONSACRE A UN PEUPLE. Monge et Denou en furent les maîtres d'?uvre.Votée par le Directoire en avril 1798, l'expédition militaire en Egypte menée par Bonaparte se double d'une expédition scientifique.Pour cela, Bonaparte crée une commission des sciences et des arts composée de savants et experts ; au total, 167 personnes, toutes disciplines confondues, vont faire partie de l'expédition : physiciens, peintres, naturalistes, dessinateurs, mathématiciens, astronomes, géographes, architectes, sculpteurs, hommes de lettres, imprimeurs, etc. parmi lesquels Jacques Barraband, Geoffroy Saint Hilaire, Jules-César Savigny, Pierre-Joseph Redouté, Vivant Denon, Conté, Méchain, etc. Deux mois après leur arrivée en Egypte, Bonaparte crée l'Institut d'Egypte dans le but de consigner, reproduire et répertorier les travaux et recherches des savants dans les domaines multiples et variés de l'antiquité, l'architecture, la langue, l'artisanat, la musique, l'industrie, la minéralogie, la médecine, etc. Malgré tous les obstacles, l'expédition réussit à ramener une quantité de documents impressionnante et inédite. C'est grâce à la compétence de tous ces hommes que cette ?uvre monumentale a pu voir le jour.Publiée tout d'abord en 1809, la Description de l'Egypte ou Recueil des observations et des recherches qui ont été faites en Egypte pendant l'expédition de l'armée française se divise en 4 grandes sections : l'Egypte Ancienne (antiquités), l'Egypte Moderne, l'l'Histoire Naturelle et la géographie.La seconde édition, dite de Panckoucke, de plus petit format, parut entre 1821 et 1829.La Description de l'Egypte ou Recueil des observations et des recherches qui ont été faites en Egypte pendant l'expédition de l'armée française CONSTITUE AUJOURD'HUI ENCORE UNE SOURCE DOCUMENTAIRE DE PREMIER ORDRE, nombre d'édifices représentés sur les planches ayant été complètement détruits par la suite.Atabey, 343 (1st edition) ; Brunet, II, 617. // ENGLISH // 24 parts in 26 volumes, 8vo, and 11 volumes, large folio including 10 of plates and one atlas. Quarter blue glazed calf, flat spines with titles and volume numberung gilt, blue marbled paper boards (binding by Tessier relieur et doreur de S.A.R. le Duc d'Orléans, with his label pasted on front end paper of volume Antiquités 1). (Modern spines, boards preserved with small restorations of paper. Very light and scattered foxing, frontispiece restored).SECOND EDITION of this monumental work illustrated with 994 platestogether with 3 maps, 32 tables and 51 plates for the text volumes.The set consists of :Text:Antiquités Description - 5 volumes.Antiquités Mémoires - 4 volumes illustrated with 13 tables, 5 plates and one map.Etat Moderne - 8 parts in 10 volumes illustrated with 45 plates (on 25 sheets), 17 tables (on 17 sheets) and 2 maps (ancienne et comparée de l'Egypte, - de la Basse-Egypte).Histoire Naturelle - 6 volumes illustrated with 2 tables (on 4 sheees) and 1 plate.Explication des planches - 1 volume Atlas:Antiquités - 5 volumes illustrated with the frontispice, 420 plates (including the portrait of Louis XVIII) and one table (Tableau synoptique des constellations semblables dans les différents planisphères, generaly bound in the volume of text Antiquités Mémoires 8).Etat Moderne - 2 volumes illustrated with 189 plates on 181 sheets.Histoire Naturelle - 2 parts in 3 volumes illustrated with 245 plates.Atlas géographique - 1 volume illustrated with 53 maps and plates including an engraved double-page title.The Description de l'Egypte is the result of the collaboration between scholars, artists and experts who followed Bonaparte in Egypt, and THE MOST MONUMENTAL WORK EVER DEDICATED TO A POPULATION. Monge and Denou were the prime contractors.The expedition to Egypt led by Bonaparte in 1798 was not only a military expedition but also a scientific expedition.To this end, a commission of Sciences and Arts of Egypt composed of scholars and experts was created, bringing together 167 people : draughtsmen, painters, naturalists, mathematicians, astronomers, physicists, geographers, architects, sculptors, writers, printers, ., including Jacques Barraband, Geoffroy Saint Hilaire, Jules-Cesar Savigny, Pierre-Joseph Redouté, Vivant Denon, Conte Méchain. All these experts and scholars undertook an extensive s.

  • Image du vendeur pour Ensemble complet des archives du Chevalier de Sade mis en vente par Librairie Le Feu Follet

    SADE Louis, Chevalier de

    Date d'édition : 1791

    Vendeur Librairie Le Feu Follet, Paris, France
    Contacter le vendeur

    Membre d'association : ILAB

    Evaluation du vendeur : Evaluation 4 étoiles

    Manuscrit / Papier ancien Edition originale Signé

    EUR 103 500

    Autre devise
    EUR 18 Frais de port

    De France vers Etats-Unis

    Quantité disponible : 1

    Ajouter au panier

    autre. - 1791-1832, divers, autre. - Exceptionnel ensemble des archives manuscrites inédites et complètes de Louis, Chevalier de Sade (1753-1832), auteur du Lexicon politique et cousin du Divin Marquis représentant environ 12 000 feuillets manuscrits dont plusieurs milliers inédits et écrits de sa main. Le Chevalier y expose un système de pensée de type «?holistique?», comprenant à la fois des réflexions historiques, politiques et scientifiques. Précieuses archives géopolitiques, historiques et scientifiques d'un aristocrate érudit, témoin privilégié de la fin de l'Ancien Régime, de la Révolution française, du Consulat, de l'Empire et de la Restauration. Fonds unique de recherches sur la mise en place d'une monarchie constitutionnelle. Si l'on regarde la Révolution Française comme la naissance de l'expérimentation de l'idéologie laïque et politique, le chevalier de Sade en fut sans doute un des premiers et précoces déconstructeurs. Non de la Révolution elle-même qui connut pléthore de contempteurs, mais de l'idéologie en politique, phénomène qui devait profondément marquer les deux siècles à venir. Ce qu'il nomme la «?politique positive?» est «?fondée sur le calcul et sur l'expérience.?». «?La théorie a eu des charmes pour moi ; je l'ai étudiée avec soin, j'ai savouré ses principes. Maintenant je n'apprécie leur valeur que par les effets provenant de leur mise en pratique, qu'on leur a vu produire chez les peuples dont l'histoire est parvenue à ma connaissance. C'est ma méthode ; je sais qu'elle est, du tout au tout, l'opposée de celles que nos gouvernants et nos faiseurs de constitutions ont suivies jusqu'à présent sans s'en désister. Cette divergence continuelle entre ce qui s'est fait et ce qu'on n'aurait pas dû faire, en augmentant ma confiance dans ma manière de procéder a fortifié en même temps ma résolution à persister dans la vue que j'avais adopté, de juger les législations par les conséquences historiques qu'elles ont entraînée après elles, plutôt que par les beaux raisonnements métaphysiques et supposés concluants, dont les novateurs n'ont cessé et ne cessent tous les jours de nous accabler.?» Le Chevalier de Sade, qui ne concevait le monde qu'au regard de ce qu'il fut, ne pouvait être autre que Royaliste. La démocratie n'avait pratiquement aucun exemple dans l'histoire connue du Chevalier, hormis les antiques sociétés grecques et romaines qui n'avaient expérimenté que des formes très élitistes de démocraties. Ces modèles sont d'ailleurs bien connus du politologue dont les archives contiennent plus de 7 000 pages consacrées à l'Histoire antique. La République portée par la Révolution, plus qu'une adoption d'un modèle politique, fut la réalisation politique d'un idéal philosophique. Or, si la plupart des opposants à ce nouveau régime y voyaient surtout une atteinte à leur situation personnelle, à leurs convictions religieuses ou plus simplement à leurs habitudes, les écrits du Chevalier de Sade ne relèvent d'aucune influence dogmatique ou, du moins, ne se justifient jamais par celle-ci. Louis de Sade, gentilhomme sans fortune et sans attache, est conservateur par conviction philosophique et historique, et non par intérêt. Et c'est avec une parfaite honnêteté intellectuelle qu'il étudie et commente les essais, mémoires et uvres politiques ou théoriques de ses contemporains. à contre-courant de la pensée des Lumières, le chevalier porte un regard très peu philosophique sur la société. Bien qu'il construise une véritable histoire théorique de l'évolution des hommes depuis l'état «?sauvage?» jusqu'aux constitutions des sociétés, il ne postule pas une nature idéale de l'homme, comme le font certains de ses contemporains (que ce soit pour justifier la politique ou pour la déplorer). Au contraire, le chevalier relève la césure entre l'être de nature et l'être de culture, sans porter de jugement moral ou philosophique sur celle-ci comme il était alors d'usage de le faire. «?L'erreur politique qui a perdu l'Europe du XVIIIè a.

  • Frederick II, the Great, King of Prussia (1712-1786).

    Edité par Potsdam and Charlottenburg, 1777-1785., 1785

    Vendeur Antiquariat INLIBRIS Gilhofer Nfg. GmbH, Vienna, A, Autriche
    Contacter le vendeur

    Membre d'association : ILAB

    Evaluation du vendeur : Evaluation 5 étoiles

    Manuscrit / Papier ancien

    EUR 98 000

    Autre devise
    EUR 30 Frais de port

    De Autriche vers Etats-Unis

    Quantité disponible : 1

    Ajouter au panier

    Mostly 4to. 23 ff. 4 letters on halved sheets; mostly folded. Addendum. Highly interesting collection of personal letters from the last years of the King's life. In French, to Eléonore de Maupertuis, lady-in-waiting to Princess Anna Amalia of Prussia, Frederick's youngest sister. Eléonore was the daughter of the well-esteemed Prussian diplomat, scholar, and translator Kaspar Wilhelm von Borcke. In 1744 she had married the French mathematician and astronomer Pierre-Louis Moreau de Maupertuis, also a close confidant of Frederick's and head of the Prussian Academy of Science. After her husband's death in 1759 she concentrated on her office in the household of the Princess. - Since 1756 Anna Amalia of Prussia was Abbess of the Quedlinburg Convent but spent most of her time in Berlin. She is mainly remembered for her alleged affair with the Prussian officer and adventurer Frederick von der Trenck. While the historical truth of this anecdote cannot be proven, she was undoubtedly - and more importantly - one of the 18th century's few female composers of note. Her music collection ("Amalienbibliothek") contains many important prints and manuscripts, including the autograph of Johann Sebastian Bach's Brandenburg Concerts. She spent her last years in seclusion at Berlin, always remaining in close contact with her brother, who visited her regularly. She survived Frederick's death on 17 August 1786 by just a few months, passing away on 30 March 1787 (cf. MGG I, 486f. and T. Debuch, Anna Amalia von Preußen, Berlin 2001). - There are but few sources for the life of Anna Amalia, many of which are dubious (such as Trenck's autobiography) or focus on Frederick the Great (such as the diaries of Count Lehndorff). Thus, the King's present letters to Eléonore de Maupertuis constitute a unique source for the last years of the Princess. They reflect Frederick's concern for Amalia's health after she suffered a stroke in 1773 and underscore the close relationship between the siblings: "Ma cher Madame, J'ai non recours a Vous pour ne point fatiguér ma bonne Soeur, Com(m)e je suis obligé de ma rendre demain au Parc pour des affaires je me propose des profités en ces Voisinages pour rendre visite a ma bonne Soeur [.]" (Charlottenburg, 2 May 1783). - "Je Vous prie Ma chere Madame, de Conjurer ma Soeur en mon nom de Voulloir prendre quelque Medecine, pour Luy facillitér L'expectoration [.]" (n. d.). - "Voici ma bonne Madame deux Sortes de Tabac pour ma bonne Soeur [.]" (n. d.). - "Je vous prie Ma chere Madame, de m'envoyer Le Nom de Soupes que Ma Soeur mange avant dinér, et une Liste des plats qu'elle aime et qui convienent le mieux en Sa Santé [.]" (n. d.). - "Je vous suis bien obligé, des bonnes nouvelles que vous me donnez de la Santé de la Principe ma Soeur, par votre lettre endate d'hier [.]" (6 March 1785). - Almost all letters close with the words "Votre (tres humble) Serviteur Federic". Most of the present letters are a quarter or half page in length and undated; a few are dated only by day but not year ("ce 6 May", "ce 22", "ce 25 Juin", etc.). One bears a note by another hand on the reverse ("[.] Potzdam, 1777, Von I. M. d. König"). Only two are dated in full: "Charlottenburg ce 2 May 1783" and "a Potsdam le 16 de Mars 1785". This last letter is written by a scribe's hand, bearing only an autograph postscript and signature by the King. This is also the only letter formally addressed "à la Gouvernante de Maupertuis, neé de Borck, à Berlin". Content and form, however, prove that all letters are from the same time and to the same recipient. - All letters written in brown ink on fine, clean laid paper, most with posthorn watermark. Includes a browned folio sheet (watermark St. Wolfgang, pointing to Georg Friedrich Meyer's Röthenbach paper mill) with late 18th-c. caption: "Collection de Lettres de Fredéric le Grand Roi de Prusse, de Sa main propre; à feüe Madame de Maupartuis Gouvernante de feüe la Princesse Amélie Soeur de ce Roi". - An exceptionally well-preserved collection.

  • Image du vendeur pour Variationen über ein französisches Lied, op. 10, D. 624 (fragment)]. Autograph musical manuscript. mis en vente par Antiquariat INLIBRIS Gilhofer Nfg. GmbH

    Schubert, Franz, composer (1797-1828).

    Edité par [Vienna, September 1818]., 1818

    Vendeur Antiquariat INLIBRIS Gilhofer Nfg. GmbH, Vienna, A, Autriche
    Contacter le vendeur

    Membre d'association : ILAB

    Evaluation du vendeur : Evaluation 5 étoiles

    Manuscrit / Papier ancien

    EUR 95 000

    Autre devise
    EUR 30 Frais de port

    De Autriche vers Etats-Unis

    Quantité disponible : 1

    Ajouter au panier

    Oblong folio (305 x 242 mm). 2 pp. on a single leaf. Written in brown ink on greyish paper, 31 measures, 12 staves (3 systems of 4 staves) per page. Stored within custom-made blue cardboard portfolio with black leather title labels. Fragment comprising measures 9 through 39 of the eighth and final variation (Più mosso, Tempo di Marcia) of this piece for piano, four hands. With some erasures and corrections, the text of this working draft diverges variously from the published score (in the fourth and tenth bars of the first piano part and in the twenty-fifth & twenty-sixth bar of the second piano part). Schubert's Variations on a French Air Op. 10 were published in 1822 with a dedication to Beethoven in which Schubert described himself as his great contemporary's "admirer and devotee". The autograph manuscript was dispersed and partly lost after an auction in Paris in 1935. Other leaves now survive at the Sibley Music Library in Rochester, NY, at the Bibliothèque nationale de France, Paris, at the Pushkin House in Leningrad, and elsewhere. - Annotated in pencil by the pianist and musicologist Gustav Nottebohm (1817-82): "Autograph von Frz. Schubert Gehört zu einer Vorarbeit zu den 4händigen Variationen Op. 10 letzte Variation) (G. Nottebohm)". - Provenance: sold at Sotheby's, 3 Dec. 2008, lot 92. Later in the collections of the Musée des Lettres et Manuscrits, Paris; acquired from their sale.

  • Image du vendeur pour Autograph letter signed ( Napolione di Buonapart"). mis en vente par Kotte Autographs GmbH

    Napoléon Bonaparte, Emperor of the French (1769-1821).

    Edité par Valence , 25. XI. 1785., 1785

    Vendeur Kotte Autographs GmbH, Roßhaupten, Allemagne
    Contacter le vendeur

    Membre d'association : ILAB

    Evaluation du vendeur : Evaluation 5 étoiles

    Manuscrit / Papier ancien Signé

    EUR 95 000

    Autre devise
    EUR 20 Frais de port

    De Allemagne vers Etats-Unis

    Quantité disponible : 1

    Ajouter au panier

    4to. 3 pp. French. Lose montiert in einer Umrahmung von Netzen und vergoldeten und schwarzen Röschen (vergoldete Kanten) in einem modernen, roten Maroquin-Einband. Mit eigenhändiger Adresse. One of the earliest known autograph letter signed ( Napolione di Buonapart") to l'abbé Amielh", school principal at the séminaire d Aix-en-Provence". In 1784, Napoleon was admitted to the École Militaire in Paris. He trained to become an artillery officer and, when his father's death in 1885 reduced his income, was forced to complete the two-year course in one year. He was the first Corsican to graduate from the École Militaire.Sixteen years old Napoleone di Buonaparte had been appointed second lieutenant in the artillery regiment of La Fère barracks in Valence on September 1, 1785. He wrote: L'on ne pouroit être plus sensible que je le suis à l'intérest que vous voulez bien prendre pour nous , l'on ne pouroit être en même tems plus mortifié de la peine que vous vous êtes donné[e] , je ne consois pas comment mes chers parents ont pu être inquiet[s] un moment. Je leur ai écrit deux fois avant que de sortir de Paris, où je leur ai mendé le dérengement de notre place. JE VIS A PARIS MR DE MARBEUF QUI ME DIT QUE LUCCIANO, MON FRERE, NE POUVOIT PAS ENCOR ETRE ELEVE A AIX, ET QU'AINSI IL FALOIT QU'IL RESTAT A BRIENNE , d'un autre côté, j'eus un ordre extraordinaire de rejoindre le régiment à Valence, ce que j'ai fait, et j'y suis depuis trois semaines, pendant lequelle tems j'ai écrit trois fois en Corse. Juge[z] de là, Monsieur, si je suis coupable de la moindre négligence , j'aurois dû, il est vrai, vous le mender, mais JE ME SUIS IMAGINE QUE Mr FESCH VOUS EN AURAI[T] ECRIT. Je n'aurai mon semestre qu'au mois de septenbre prochain. Pour lors, Monsieur, je me ferai une fête d'avoir le plaisir de fair[e] connoicence avec un homme pour qui je prend[s] déjà le plus vif intérêt. Faite[s]-moi passer, je vous prie, les lettres dont vous êtes chargé, quoique je m'émagène bien ce qu'elle contienent. Je suis avec la plus grande considération votre très humble et très obéissant serviteur [ ] Mes compliment[s] au[x] chers compatriote[s] qui sont sous votre conduite [ ]"Young Napoleon thanks l abbé" for his consideration and points out: I don t understand how my dear parents could have been worried for a moment". He describes his situation, living in Paris with Louis-Charles-René de Marbeuf, then French governor of Corsica, linked to the Bonaparte. His brother, Napoleon continues, cannot be raised in Aix-en-Provence and therefore has to remain in Brienne. He continues that he had an order to join the regiment in Valence, where he had been for three weeks. He mentions his uncle, the cardinal Joseph Fesch, who fulfilled the role as protector of the Bonaparte family for some years. Napoleon points out that his semester doesn t start until September, for then, Sir, I will be happy to have the pleasure of getting to know a man for whom I already take the keenest interest" l abbé himself.Upon graduating in September 1785, Bonaparte was commissioned a second lieutenant in La Fère artillery regiment. He served in Valence and Auxonne until after the outbreak of the Revolution in 1789. Under the leadership of peré Amielh, the Aix-en-Provence seminary welcomed young Corsicans. Napoleons uncle, Joseph Fesch, the half-brother of Letizia Bonaparte and future Archbishop of Lyon and Grand Chaplain of the Empire, studied there from 1781 to 1786. He also intended for Napoleons brother Lucien to study there.Provenance: Émile Brouwet (n° 1 du catalogue de la première partie de la vente aux enchères de sa célèbre collection d'autographes, Paris, Drouot, 14 novembre 1934, avec reproduction photographique intégrale). Napoléon Ier, Correspondance générale, Paris, Fayard, vol. I, 2004, n° 7.

  • Image du vendeur pour Evengelien und Episteln mit des Gloss. [Plenarium] mis en vente par Hugues de Latude

    ANSHELM

    Edité par Thomas Anshelm, 10 janvier 1488, Strasbourg, 1488

    Vendeur Hugues de Latude, Villefranche de Lauragais, France
    Contacter le vendeur

    Membre d'association : ILAB

    Evaluation du vendeur : Evaluation 5 étoiles

    EUR 85 000

    Autre devise
    EUR 30 Frais de port

    De France vers Etats-Unis

    Quantité disponible : 1

    Ajouter au panier

    Format : In-folio. [310 x 210 mm] Collation :164, (2) ff. Reliure :Veau estampé sur ais de bois. (Reliure de l'époque.). Une oeuvre capitale dans l'histoire de l'illustration. Elle comprend 59 gravures sur bois, toutes coloriées à l'époque. 28 de ces gravures utilisent pour la première fois la technique du bois agrégé. Elle consiste à employer deux bois, imprimés côte à côte, afin de composer des représentations plus complexes. Aussi l'on voit dans les illustrations de cet ouvrage le même bois du Christ utilisé dans diverses épisodes de l'Evangile. Cette innovation technique était évidemment une manière économique d'illustrer un ouvrage ; elle est devenue par la suite une spécifié strasbourgeoise. Thomas Anshelm est le premier à utiliser la technique du bois agrégé. C'est son premier ouvrage imprimé, le seul qu'il ait imprimé à Strasbourg. Le texte, appelé aussi Plenarium, est une traduction en vernaculaire des Épîtres et des Évangiles très populaire dans le monde germanique. Thomas Anshelm est né à Baden-Baden entre 1460 et 1470. Il était donc très jeune en 1488 lorsqu'il a imprimé ce premier livre. Après Strasbourg, il introduit l'imprimerie en 1495 à Pforzheim. Il y imprima environ 80 livres. Puis de 1511 à 1516, invité par Reuchlin qui y réside, Anshelm s'installa à Tübingen. Il y publia plus de 90 ouvrages. En 1516, il déménagea son atelier à Haguenau et y poursuit son activité jusqu'en décembre 1522. L'égal de Froben, Anshelm jouissait de l'estime d'Erasme qui lui a écrit : "Ils doivent beaucoup à ton habileté, mais plus encore à ta loyauté, mon Thomas, tous ceux qui, en tous lieux, aiment et cultivent les belles-lettres. Ton atelier leur fournit les auteurs les plus appréciés, imprimés en caractères latins, grecs et hébreux, et tes caractères sont de loin les plus élégants." Une gravure est à pleine page au verso du titre, les autres mesurent environ 13,5 x 7 cm. Les initiales d'attentes ont été rubriquées, en rouge, et l'une d'entre elles l'a été en rouge et bleu (f. 2). Impression en caractères gothiques sur deux colonnes de 46 lignes. Ex-libris manuscrits du XVe ou XVIe de 4 lignes sur la page de titre, plusieurs autres sur la page de colophon datés 1613, 1630 et 1881. Des feuillets présentant quelques brunissures, mouillures ou taches, galeries de vers. Petites restaurations en coin du premier feuillet et dans la marge de l'avant-dernier feuillet, et au feuillet 26. Le bois du verso du feuillet XXXV, qui représente le diable face à Jésus, comporte deux petits trous : la figure a été frottée, probablement pour conjurer les effets de l'influence maléfique. Bon exemplaire malgré ces traces d'usage, à bonnes marges. Seuls 9 volumes sont répertoriés dans les bibliothèques publiques mondiales : 2 en Autriche, 5 en Allemagne (dont 2 avec la mention "imperfect" selon le Incunabula Short Title Catalogue), 1 en Suisse et 1 à la British Library. Aucun ne semble être en couleurs. ******************* ENGLISH *********** A capital work in the history of illustration. It includes 59 woodcuts, all contemporary colored. 28 of these engravings use for the first time the technique of aggregated cuts. Those woodcuts are made up of two blocks in different combinations. The illustrations in this book show the same woodcut of Christ used in various episodes of the Gospel. This technical innovation was obviously an economical way of illustrating a work; it later became a Strasbourg specialty. Thomas Anshelm was the first to use the technique of aggregated woodcuts It is his first printed work, the only one he printed in Strasbourg. The text, also called Plenarium, is a vernacular translation of the Epistles and Gospels that was very popular in the Germanic world. Thomas Anshelm was born in Baden-Baden between 1460 and 1470, so he was very young in 1488 when he printed this first book. After Strasbourg, he introduced printing in 1495 in Pforzheim. He printed about 80 books there. Then from 1511 to 1516, invited by Reuchlin who lived there, Anshelm moved to Tübingen. He published there more than 90 books. In 1516, he moved his workshop to Haguenau and was active until December 1522. The equal of Froben, Anshelm enjoyed high esteem of Erasmus, who wrote to him: "They owe much to your skill, but even more to your loyalty, my Thomas, all those who, everywhere, love and cultivate belles-lettres. Your workshop provides them with the most appreciated authors, printed in Latin, Greek and Hebrew characters, and your typefaces are by far the most elegant". One engraving is full-page on the verso of the title, the others measure about 13.5 x 7 cm. The initials are in red, and one of them in red and blue (f. 2). Printed in Gothic characters on two columns of 46 lines. Handwritten ex-libris of the 15th or 16th century of 4 lines on the title page, several others on the colophon page dated 1613, 1630 and 1881. Some folios with light browning, dampness or stains, few worming. Small restorations in the corner of the first page and in the margin of the penultimate page, and on page 26. The woodcut on verso of folio XXXV, which depicts the devil facing Jesus, has two small holes: the figure has been rubbed, probably to ward off the effects of evil influence. A good copy despite these traces of use, with good margins. Only 9 volumes are listed in public libraries worldwide: 2 in Austria, 5 in Germany (including 2 with the mention "imperfect" according to the Incunabula Short Title Catalogue), 1 in Switzerland and 1 in the British Library. None of them seems to be in color. ISTC ie00084500. BMC I 159. GW M34123.

  • Image du vendeur pour PALEARIO, Aonio. De Animorum immortalitate, Libri III mis en vente par Hugues de Latude

    GROLIER, Jean

    Edité par Sébastien Gryphe, Lyon, 1536

    Vendeur Hugues de Latude, Villefranche de Lauragais, France
    Contacter le vendeur

    Membre d'association : ILAB

    Evaluation du vendeur : Evaluation 5 étoiles

    Edition originale

    EUR 80 000

    Autre devise
    EUR 30 Frais de port

    De France vers Etats-Unis

    Quantité disponible : 1

    Ajouter au panier

    Format : In-8. [170 x 105 mm] Collation :87, (1) pp. Reliure :Veau brun, plats ornés de fers encadrant le nom de l'auteur et le titre, encadrements de filets dorés et de filets à froid, fers d'angles, devise dorée au bas des plats, dos à nerfs, tranches dorées. (Reliure de l'époque.). Exemplaire de la bibliothèque de Jean Grolier. Le titre de l'ouvrage est doré au centre du premier plat avec, au bas son ex libris « Groleirii et amicorum». Au centre du second plat on trouve sa devise : «Portio mea domine sit in terra viventivm». Cette reliure a été exécutée à Paris entre 1538 et 1540 environ par Jean Picard et appartient aux premières années de la seconde bibliothèque de Jean Grolier. Son style est très proche de l'exemplaire de la BNF de «Juvenalis. Persius, Aldo Manuzio, 1501 (voir en ligne) «Le style de son décor, qui n'est pas encore celui des entrelacs géométriques, situe cette reliure parmi les premières commandes de Grolier à cet atelier.» (F. Le Bars) On notera aussi que l'abrégé de son prénom «io» ne figure pas encore sur son ex libris doré, ce qui est le cas des premières reliures de la seconde bibliothèque parisienne de Jean Grolier. Comme pour l'exemplaire déjà cité de la BNF, on trouve des gardes alternant papier blanc et peau de vélin en début et en fin de volume (ici 2 feuillets blancs, 1 feuillet en vélin, et 4 feuillets blancs ; il y a aussi 2 feuillets blancs après les feuillets liminaires.) «Jean Grolier est la figure emblématique de l'amateur de reliures, toutes périodes confondues, et si son intérêt premier allait au contenu de ses livres, c'est aux luxueuses couvrures dont il prit toujours grand soin de les protéger qu'il doit son exceptionnelle postérité. On le considère même comme l'initiateur en France de la reliure à grand décor, sa bibliothèque offrant en l'espèce un panorama unique des créations parisiennes de la Renaissance.» (Fabienne Le Bars, Jean Grolier à la Bibliothèque nationale de France). Première édition. Aonio Paleario (ou Palearius) né à Veroli, Italie, en 1503, a été condamné par l'Inquisition à être pendu et brûlé à Rome en 1566. C'était, selon l'Encyclopédie de Diderot, D'Alembert, «l'un des plus vertueux, des plus malheureux hommes de lettres et en même temps l'un des bons écrivains du XVIe siècle. Il s'acquit l'estime des savants de ce tems-là, par son poème, «De immortatitate animarum», imprimé à Lyon en 1536. Sa réputation et son éloquence lui attirèrent des envieux, qui pour le perdre, le diffamèrent comme un impie. Ils l'accusèrent d'avoir écrit en faveur des Protestants et contre l'inquisition. Pie V voulut signaler le commencement de son pontificat par le supplice d'un hérétique. Palearius fut choisi et condamné à être pendu, étranglé et brûlé l'an 1566 : cette horrible sentence fut exécutée sans aucune miséricorde.» Autre provenance : Dugues, signature probablement du XVIIIe siècle sur le premier feuillet de garde. Quelques défauts à la reliure qui n'a jamais été restaurée. ******************* ENGLISH *********** Copy from the famous Jean Grolier library. Title is gilted in the center of the first board with, at the bottom, his ex libris gilted "Groleirii and amicorum". At the center of the second board, his motto : "Portio mea domine sit en terra viventivm". This binding was produced in Paris between 1538 and 1540 by Jean Picard and belongs to the first years of Jean Grolier's second library. His style is very close to BNF's copy of "Juvenalis." Persius, Aldo Manuzio, 1501 (see online) Note also that the abbreviated of his first name "io" is not yet on his ex libris, which is the case of the first bindings of Grolier's second library in Paris. As for the copy of the BNF already mentioned, end papers alternate paper and vellum. First edition. Aonio Paleario (or Palearius) born in Veroli, Italy, in 1503, was condemned by the Inquisition to be hanged and burned in Rome in 1566. It was, according to the Encyclopedia of Diderot, D'Alembert, "the one of the most virtuous, most unfortunate men of letters and at the same time one of the good writers of the sixteenth century. He acquired the esteem of scolars of his time, by his poem, "De immortatitate animarum", printed in Lyon in 1536. His reputation and his eloquence attracted envious people, who, in order to lose him, slandered him as an impious man, accusing him of having written in favor of the Protestants and against the Inquisition. Pie V wished to start his pontificate by an execution of a heretic, Palearius was chosen and condemned to be hanged, strangled and burned in the year 1566. This gruesome sentence was executed without any mercy. " Some small defects to the binding, which has never been restored.

  • Image du vendeur pour ENSEMBLE DE LA CORRESPONDANCE MANUSCRITE AUTOGRAPHE D'ANTOINE GUILLEMET A ÉMILE ZOLA. mis en vente par Librairie Camille Sourget

    ZOLA, Emile

    Date d'édition : 1867

    Vendeur Librairie Camille Sourget, Paris, France
    Contacter le vendeur

    Membre d'association : ILAB

    Evaluation du vendeur : Evaluation 4 étoiles

    EUR 75 000

    Autre devise
    EUR 30 Frais de port

    De France vers Etats-Unis

    Quantité disponible : 1

    Ajouter au panier

    Couverture rigide. Etat : Très bon. L'ensemble unique de la correspondance manuscrite, en grande partie inédite, d'Antoine Guillemet à Émile Zola, écrite entre 1867 et 1901. 1867-1901. 121 lettres manuscrites autographes, la plupart en cahiers de 4 pages, soit 334 pages au total. Écrites à l'encre marron ou noir. / Unique set of the handwritten correspondence, mostly unpublished, by Antoine Guillemet to Émile Zola, written between 1867 and 1901. 1867-1901. 121 handwritten autograph letters, most of them in 4 page quires, that is to say 334 pages in total. Written in black or brown ink.

  • Image du vendeur pour Les illustrations de Gaule et singularitez de Troye. Avec la couronne margaritique & plusieurs autres oeuvres de luy, non jamais encore imprimees. Le tout reveu & fidelement restitué par maistre Antoine du Moulin Masconnois, valet de chambre de la Royne de Navarre mis en vente par Hugues de Latude

    EUR 75 000

    Autre devise
    EUR 30 Frais de port

    De France vers Etats-Unis

    Quantité disponible : 1

    Ajouter au panier

    Format : In-folio. [225 x 330 mm] Collation :(16), 423, (1), 9 pp., 1 f. bl., 80, 72 pp. Reliure :Maroquin rouge, filets dorés d'encadrement sur les plats, chiffre de Peiresc doré au centre, dos à nerfs orné. (Reliure du XVIIe.). "Edition la plus belle et la plus complète de ce recueil." (Brunet) Lemaire de Belges tente de prouver, sous couvert de la fiction mythologique et héroïque, que les Germains et les Gaulois sont d'illustres descendants des habitants de l'ancienne cité de Troie. L'ouvrage comprend notamment le "Traité de la différence des schismes et des conciles", violent plaidoyer gallican après le retournement du pape contre la France. La Couronne margaritique publiée après la mort de l'auteur par Cl. de Saint Julien, est ici en première édition. PROVENANCES : I - Annoté en français par Jérôme Capelle, frère de l'Ordre des Minimes. Nous avons compté 106 annotations pour les "Illustrations" et 201 annotations pour le "Traicté de la différence des schismes". Certaines de ces notes sont particulièrement copieuses. Trois nous donne le nom de l'annotateur. On lit : (1) Scolies & annotations par frère Hierosme Capelle minime sur ce livre des Illustrations afin d'exposer aucuns passages et éviter aucuns erreurs - l'an 1560" (Illustrations, p. 3); (2) "Scolies de frère Hierosme Capelle minime sur ce historiographie françois commencées l'an 1560" (Illustrations, p. 8); (3) "Annotations faictes par frere Hierosme minime l'an 1560 a fin que les lecteurs ne cheoyent en erreurs" (Traicté de la difference des schismes., p. 6) ; Des recherches en archives permettront peut-être de trouver des éléments biographiques sur Jérôme Capelle; ou encore d'autres livres annotés par lui dans des collections publiques voire celle de Peiresc lui-même. Hierosme Capelle était-il relié d'une manière ou d'une autre à la famille de Guillaume Cappel (né en 1530), humaniste, éditeur des Mémoires de Guillaume et Martin du Bellay, traducteur de Machiavel (1553) ? La famille de Guillaume Cappel ou Capel - une famille de Parlementaires de Paris - comptait d'autres humanistes, dont Ange Cappel, traducteur de Sénèque et Tacite ou encore Louis Cappel, ardent partisan de la Réforme. II - Claude de Fabri (1545-1608), seigneur de Calas, frère de Reynaud de Fabri et oncle de Nicolas Claude Fabri de Peiresc. On relève son ex-libris "Claude Fabrii" sur le titre, accompagné de la devise "Sub fide clara". Installés à Aix dès 1515, les Fabri, furent seigneurs barons (puis marquis en 1657) de Rians, seigneurs de Valavez (ou Valavoire), Callas et Peiresc. Claude de Fabri était conseiller en la sénéchaussée au siège d'Aix, reçu conseiller-clerc au parlement de Provence au mois d'octobre 1572, en la charge de son père. Il se démet de sa charge en faveur de son neveu Nicolas-Claude Fabri de Peiresc en 1607 et lui transmet son poste de conseiller au parlement d'Aix. Célibataire sans enfant, Claude Fabri s'est occupé de l'éducation de son neveu. Il a donc joué un rôle très important dans la vie de Peiresc. Ce dernier adresse un certain nombre de ses lettres à son oncle. III - Bibliothèque de l'érudit et bibliophile Nicolas-Claude Fabri de Pereisc (1580-1637), relié à son monogramme, avec son cachet au titre. Peiresc est né en à Belgentier (Var). Il fut étudiant à l'Université d'Avignon, ami du président du parlement Guillaume du Vair, puis reçu conseiller en la cour du parlement de Provence le 26 juin 1607 en la charge de Claude de Fabri son oncle. Par la suite il sera nommé abbé et seigneur de Guîtres en Guyenne (diocèse de Bordeaux) en 1623 avec la faculté de continuer ses fonctions de conseiller au parlement. L'office de conseiller au Parlement était à peu près équivalent à celui de député aujourd'hui par la fonction exercée et représentait un niveau social très élevé. Et dans la famille de l'humaniste, bien avant cette date, l'office de conseiller passait déjà d'une génération à la suivante tel un précieux patrimoine qu'il fallait préserver. IV - Georges Dubois, ex-libris contrecollé sur le contreplat supérieur. (1966). Très belle reliure attribuable à Simon Corberan, le relieur aixois de Peiresc. De légères mouillures, coiffe supérieure restaurée. Cartier, Bibliographie des éditions de Tournes 145. Brunet 3, 965 recueil. La Couronne margaritique publiée après la mort de l'auteur par Cl. de Saint Julien, n'est pas dans les autres éditions." - Tchemerzine IV, 161 : "Très belle édition." ******************* ENGLISH *********** "Edition la plus belle et la plus complète de ce recueil" [Most elegant and most complete edition of this compilation] (Brunet). First edition of the the Couronne margaritique, published posthumously and composed in honour of Marguerite of Austria. The main work, Les illustrations de Gaule et singularitez de Troye, is a mythological and heroic fiction in which Lemaire de Belges sought to prove the ancient Trojan origins of the Germans and Gauls. The present compilation also contains the Traité de la différence des schismes et des conciles, clearly partisan of the gallican position following the Pope's adversarial stance towards France. PROVENANCE: I. Profusely annotated in French by Jérôme Capelle, brother of the Order of Minims. We have counted some 106 annotations in the 'Illustrations' and 201 annotations for the 'Traicté de la différence des schismes'. Some of these notes are lengthy. Three of these clusters of annotations reveal the name of the annotator. One reads : (1) 'Scolies & annotations par frère Hierosme Capelle minime sur ce livre des Illustrations afin d'exposer aucuns passages et éviter aucuns erreurs l'an 1560' (Illustrations, p. 3); (2) 'Scolies de frère Hierosme Capelle minime sur ce historiographie françois commencées l'an 1560' (Illustrations, p. 8); (3) 'Annotations faictes par frere Hierosme minime l'an 1560 a fin que les lecteurs ne cheoyent en erreurs' (Traicté de la difference des schismes, p. 6). Further archival research will certainly yield biographical information pertaining to Jér.

  • Image du vendeur pour Encyclopédie, ou dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers, par une Societé de gens de lettres. Mis en ordre & publié par M. Diderot [.]; & quant à la partie mathematique, par M. d'Alembert [.]. mis en vente par Antiquariat INLIBRIS Gilhofer Nfg. GmbH

    Diderot, Denis & d'Alembert, Jean Le Rond.

    Edité par "Paris" [i. e., Geneva], "1751-1772" [i.e., 1771-1776]., 1776

    Vendeur Antiquariat INLIBRIS Gilhofer Nfg. GmbH, Vienna, A, Autriche
    Contacter le vendeur

    Membre d'association : ILAB

    Evaluation du vendeur : Evaluation 5 étoiles

    EUR 75 000

    Autre devise
    EUR 30 Frais de port

    De Autriche vers Etats-Unis

    Quantité disponible : 1

    Ajouter au panier

    Folio. 17 text vols., 11 plate vols., 5 vols. of supplements. Without the 2 index vols. Altogether 33 vols. with 3129 plates (doubles and triples counted as such) and the engraved frontispiece. Contemporary marbled calf, gilt, with double spine labels. First edition, second printing, issued simultaneously with the final volumes of the original edition and even reproducing its predecessor's imprint down to the original years of publication. It can be distinguished from the original edition only by the missing accent over the word "Mathématique" and two additional composition errors in the title, for which reason the trade usually offers it as the first edition: indeed, among the more than fifty "Paris" folio editions of the "Encyclopédie" auctioned during the last decades, not a single one is identified as the Geneva reprint, although this edition's press-run was fully half as great as that of the Paris original. - The supplement volumes, which "had no formal connection with the original 'Encyclopédie' and involved a new group of contributors" (Darnton 33), are here present in the 1776-1777 edition published in Paris and Amsterdam, which is generally treated as part of the Paris first edition. Lough 15-21 & 52-110. Darnton 34. Cf. PMM 200.

  • Image du vendeur pour Autograph letter signed "Paul Gauguin". mis en vente par Antiquariat INLIBRIS Gilhofer Nfg. GmbH

    Gauguin, Paul, French painter (1848-1903).

    Edité par [Tahiti], July 1901., 1901

    Vendeur Antiquariat INLIBRIS Gilhofer Nfg. GmbH, Vienna, A, Autriche
    Contacter le vendeur

    Membre d'association : ILAB

    Evaluation du vendeur : Evaluation 5 étoiles

    Manuscrit / Papier ancien

    EUR 75 000

    Autre devise
    EUR 30 Frais de port

    De Autriche vers Etats-Unis

    Quantité disponible : 1

    Ajouter au panier

    4vo. 1¾ pp. on bifolium with monographed woodcut (ca. 65 x 85 mm). In French. Important letter to his friend, the painter and collector Daniel de Monfreid (1856-1929), concerning his delayed move from Tahiti to the Marquesas Islands, conflicts with his new patron Ambroise Vollard, and the potential sale of Gauguin's seminal work "Where Do We Come From? What Are We? Where Are We Going?". Gauguin complains that he has not received letters from Monfreid or Vollard, probably expecting cash transfers: "I received your letter from 6 Mai by chance from a sailing ship. Excellent letter that was promising for the coming month and I had everything prepared for my departure for the Marquesas Islands. Unfortunately, neither from Vollard nor from you any letter. Naturally, I cannot move [je reste en panne] until the next courier." Gauguin considered relocating to the Marquesas Islands, as Tahiti was experiencing a flu epidemic and supply problems in 1901. Apart from these practical reasons, he was still longing to find inspiration in an untouched paradise. The financial security provided by the deal with Ambroise Vollard made the move possible, but their relationship was marked by distrust, as the second part of the letter shows. Gauguin assures Monfreid that he can sell paintings predating his contract with Vollard and new works exceeding the 25 he was obliged to sell to Vollard annually: "You are wrong to worry about the canvases that you are selling apart from Vollard - 1, I did not make the contract for everything with him, setting a maximum of 25 canvases. 2, The canvases you have were made and sent before the contract. It is true that they arrived late but de facto he has no claim." Gauguin even accused Vollard of trying to take possession of older paintings: "Speaking of which, many old canvases that he knows of are for sale, and I would like for him to forbear his advances concerning them because I could not work for a year". - These older paintings included Gauguin's monumental "Where Do We Come From? What Are We? Where Are We Going?", painted in 1897/98 but still unsold in 1901. His friend, the symbolist writer Charles Morice had proposed to form a consortium of buyers who would then sell it in Luxembourg. Although Gauguin was skeptical about the financial power of this consortium, which was to include Odilon Redon, the prospect of selling the painting enthused him: "Another thing - I received a letter from Ch. Morice who tells me that he has high hopes to buy my big painting in a group and sell it in Luxembourg. It would be very significant if it succeeds. I thus gave him some names like Fayet and Bibesco who could support the effort. If it works, it would provide great facility for a year because of the sale and it would bring a new clientele. If you see Meilhorat, maybe he would run for his share. In his list of names of participants Morice cites O. Redon. Did he inherit? Because Redon was far from rich. It would also be necessary to see Vollard in case he would claim ownership of the painting, which would be entirely false [.]". - Gauguin's skepticism was justified, as Morice's plan failed. Nevertheless, the painting was sold that same year through Vollard to the vintner and collector Gabriel Frizeau and later to the Boston Museum of Fine Arts. - The charming woodcut letterhead, showing two tropical birds above Gauguin's monogram, was also used for a letter to Charles Morice from July 1901 in connection to his plan for the sale of the painting (Boston Museum of Fine Arts, 58.594). The letter at hand has a better impression of the woodcut. - Well preserved. Lettres de Paul Gauguin à Georges-Daniel de Monfreid (Paris: Éditions Georges Crès et Cie, 1918), p. 319f.

  • Image du vendeur pour Champfleury. Auquel est contenu Lart et Science de la deue et vraye Proportion des Lettres Attiques, quon dit autrement Lettres Antiques, et vulgairement Lettres Romaines proportionnées selon le corp mis en vente par Libreria Antiquaria Pregliasco

    EUR 70 000

    Autre devise
    EUR 30 Frais de port

    De Italie vers Etats-Unis

    Quantité disponible : 1

    Ajouter au panier

    Etat : molto buono. in-4 (245x172 mm.), ff. (8), 80, legatura 700esca in pergamena. Impresso in caratteri romani e con varie parole in greco, illustrato da 116 straordinarie figure in silografia, inoltre su sei fogli sono illustrate le lettere di 13 diversi alfabeti: ebraico, greco, di fantasia e cifrati. Titolo racchiuso in bordura figurata, che include l'impresa tipografica di Tory. Altra grande marca dello stesso stampatore e colophon al recto dell'ultimo foglio. Edizione originale del notissimo trattato di calligrafia e tipografia, in cui con grande arte e fantasia il Tory illustra in forma assai personale le proprie idee e regole sulla grammatica e l'ortografia del francese a inizio XVI secolo, sull'origine e lo sviluppo del carattere romano e, per terminare, analizza la costruzione dei vari alfabeti. G. Tory, incisore, calligrafo, tipografo francese (Bourges ca. 1480-Parigi ca. 1533), studiò a Roma e a Bologna, quindi insegnò a Parigi letteratura e filosofia curando nel contempo edizioni di opere erudite, tra cui il De re aedificatoria di Leon Battista Alberti (1512) e numerosi Libri d'ore. Con la sua opera di illustratore e di calligrafo promosse in Francia il passaggio dalla scrittura gotica ai caratteri rinascimentali per cui disegnò numerosi alfabeti. Il Champfleury, è uno dei più famosi e rari figurati del rinascimento francese. Esemplare assai puro e bello (tre antiche firme di appartenenza sul titolo). PRIMA EDIZIONE del piu celebre libro illustrato del Rinascimento francese, ideato sulla scorta di Pacioli (1509) e Duerer (1525) per celebrare l'origine e lo sviluppo del carattere Romano, analizzandone la costruzione e il disegno. L'opera edivisa in tre parti: la prima concerne il francese, la seconda l'origine del carattere romano e la terza la costruzione delle lettere dei vari alfabeti. Le incisioni nella seconda sezione dimostrano come i rapporti proporzionali nel disegno delle lettere derivino dalle proporzioni umane, idea che fu di Leonardo e Pacioli, ripresa in ambito francese da Jean Perreal. Nella terza sezione Tory fornisce un accurato e minuzioso manuale pratico per la realizzazione delle singole lettere, sulla scorta di analoghi manuali italiani di calligrafia coevi. Edito sei anni dopo la sua stesura, Tory aveva ottenuto il privilegio di stampa sin dal 1526 come riportato in un suo volume del 1527. Mortimer, French Books, 524: ''The most famous single work in the history of French typography''. En français dans le texte, BN, n.41. Cicognara n.362: ''Libro raro e singolare ricchissimo di erudizione varia''. Book.

  • Image du vendeur pour Illustrations of the book of Job. mis en vente par JF LETENNEUR LIVRES RARES

    BLAKE (William).

    Edité par London Published as the Act directs March: 1825 by William Blake N°3 Fountain Court Strand. [1826]. 1825, 1826

    Vendeur JF LETENNEUR LIVRES RARES, Saint Briac sur mer, France
    Contacter le vendeur

    Membre d'association : ILAB

    Evaluation du vendeur : Evaluation 4 étoiles

    Edition originale

    EUR 65 000

    Autre devise
    EUR 9 Frais de port

    De France vers Etats-Unis

    Quantité disponible : 1

    Ajouter au panier

    1 vol. in-folio (379 x 272 mm) entièrement gravé de : [1] f. (titre gravé) ; 21 gravures sur cuivre à pleine page montées sur onglets. Planche 5 avec filigrane "J Whatman 1825", planche 14, 18 et 20 avec filigrane "'J. Whatman Turkey Mill 1825". Etiquette d une librairie de Saint-Petersbourg in-fine. Demi-basane à coins XIXe, plats recouverts de papier marbré vert raciné, dos lisse muet. Reliure probablement russe. (Défauts d usage et usures sur les coupes). Edition originale de cette célèbre série de gravures accompagnées de leur texte due à William Blake. William Blake (1757-1827) est artiste peintre, graveur et poète pré-romantique britannique. En tant que graveur et peintre, son style moderne le distingue de ses pairs, bien que ses thèmes soient classiques. Bien que Blake était dans sa septième décennie quand il a entrepris cette série de gravures, son talent et son attrait pour la création sont restés inaltérés par l'âge, au contraire, elle "se propage avec une splendeur renouvelée" (Keynes, traduit de l anglais) pour produire des dessins d une grande finesse, riches de significations symboliques, caractéristique de ses plus grandes uvres. Cette série de gravures est la dernière uvre que Blake a achevée avant sa mort en 1827 et se classe parmi ses plus belles réalisations. Elle lui a apporté un degré de reconnaissance sans précédent. "Illustrations of the Book of Job" est une série de vingt-deux gravures en taille-douce, qui illustrent le "Book of Job", l'un des livres du Tanakh et de l'Ancien Testament écrit sous forme de poème didactique en prose, on considère généralement qu'il porte sur le problème du Mal. Cette série de gravures inspirées du "Book of Job" est considérée comme une des plus belles réalisations de Blake dans le domaine du livre d'art et l'un des chefs-d' uvre de la gravure. Pour ces gravures, Blake emploie une technique unique de ligne et de pointillé qu'il avait utilisée auparavant pour quelques uvres mineures, mais "qu'il a maintenant porté à une perfection qu'il n'avait pas encore atteint" (Keynes, traduit de l anglais). Blake a terminé les dessins pour ce qui deviendrait ses "Illustrations for the Book of Job" autour de 1805-1806. Ces dessins avaient été commandités par Thomas Butts (1757-1845), un greffier du commissaire général des batailles, qui était alors devenu le principal patron de Blake. La publication ne sera faite que dix ans plus tard, lorsque son camarade John Linnell (1792-1882 ; graveur, portraitiste et paysagiste anglais), dans l'espoir de fournir son ami vieillissant avec un revenu, a offert de financer la gravure et l'impression. Les dessins ont été empruntés à Butts en 1821, et Blake a commencé la tâche ardue de la gravure. Ses vingt et une plaques sont remplies de tant de symboles exprimant ses propres luttes spirituelles, qu'elles cessent d'illustrer l'histoire biblique et deviennent des "fenêtres dans l'esprit de Blake" (Keynes, traduit de l anglais). "Chefs-d' uvre suprêmes de l'art graphique" (Ray, Illustrator and the Book in England #8 1976, translated from English), l ensemble est si intensément beau qu'il peut être apprécié sans comprendre pleinement le sens de l'artiste. Selon Keynes, c est "l'une des plus grandes réussites en gravure sur cuivre depuis l'époque de Dürer" [traduit de l anglais]. Tandis que John Ruskin (1819-1900 ; écrivain, poète, peintre et critique d'art britannique) écrit : "Le livre de Job , gravé par lui-même, est du plus haut rang dans certains caractères d'imagination et d'expression ; dans le mode d'obtention de certains effets de lumière, cela vous sera également un exemple très utile. En exprimant des conditions de lumière éblouissante et vacillante, Blake est supérieur à Rembrandt." (The Elements of Drawing 1904, traduit de l anglais). Le texte, une série de citations bibliques paraphrasées, est gravé autour de chaque illustration. L ouvrage est "son livre le plus obscur ; pourtant les illustrations sont les plus lucides de Blake, et elles sont l'exemple suprême de sa lecture de la Bible dans son sens spirituel." (S. Foster Damon, A Blake dictionary, 1988, p. 217, traduit de l anglais). Blake ne se contente pas d'illustrer le texte biblique : entre ses mains, Job devient comme chaque homme soumis au jugement dernier. Exemplaire tiré sur un seul et même papier sur lequel la mention "Proof", en bas à droite de chaque gravure, a été effacée. Parmi les ff., 3 comportent le filigrane "'J. Whatman Turkey Mill 1825" (ff.14 ; 18 ; 20) et 1 le filigrane "J Whatman 1825" (f.5). Notre exemplaire a donc la particularité de posséder les caractéristiques des trois différents tirages. En effet, d'après les comptes rendus de Linnell, il y avait 150 copies avec la mention "Proof" et le filigrane "'J. Whatman Turkey Mill 1825" imprimées sur du papier indien, 65 "Proof" sur du papier français avec le filigrane "J Whatman 1825" et 100 copies sur du papier à dessin imprimées après que le mot "Proof" ait été retiré dans le coin inférieur droit de chaque plaque. Bien que les gravures soient datées de mars 1825, elles n'ont pas été réellement imprimées avant mars 1826. La première planche est incorrectement datée "1828" comme dans tous les exemplaires connus. Provenance : étiquette d une librairie de St-Petersbourg in-fine et ex-libris de Henri Focillon (1881-1943). Focillon est un professeur, poète, auteur, historien de l'art français, spécialiste de la gravure et de l'art du Moyen ge. Il est directeur du musée des beaux-arts de Lyon (1913-1924) ; professeur d'histoire de l'art à l'université de Lyon, professeur d'esthétique à la Sorbonne (1933) ; professeur au Collège de France (1938). Il est également représentant de la France, aux côtés de Paul Valéry (1871-1945), à la commission des Lettres et des arts de la Société des Nations (1925), au Comité permanent des Lettres et des Arts de la SDN (1930), à l'Institut international de coopération intellectuel et à l'Office international des musées. À partir de 1932, il enseigne ré.

  • Date d'édition : 1491

    Vendeur Librairie Camille Sourget, Paris, France
    Contacter le vendeur

    Membre d'association : ILAB

    Evaluation du vendeur : Evaluation 4 étoiles

    EUR 55 000

    Autre devise
    EUR 30 Frais de port

    De France vers Etats-Unis

    Quantité disponible : 1

    Ajouter au panier

    Couverture rigide. Etat : Très bon. Cet ouvrage historique remarquable fut composé à la demande du roi de France Charles V vers 1374 afin de défendre la juridiction royale contre les envahissements de la juridiction ecclésiastique. Imprimé (à Lyon) par Jac. Maillet, lan mil cccc. quatre vings et unze, vingtieme iour de mars (1491).« In-folio gothique de (127) ff. à 2 colonnes de 51 lignes, signature a-VIIII, y compris le frontispice, au verso duquel est une grande planche en bois ». Grand bois au verso du titre répété au f. 82 verso. Complet. Plein veau brun granité, dos à nerfs richement orné, coupes décorées, tranches jaspées, marges extérieures des feuillets a2 et a3 renforcées avec quelques lettres refaites au feuillet a3. Reliure du XVIIIe siècle.329 x 232 mm. / This outstanding historical work was made at the request of the king of France Charles V around 1374 in order to defend the royal jurisdiction against the invasions of the ecclesiastical jurisdiction. Imprimé (à Lyon) par Jac. Maillet, lan mil cccc. quatre vings et unze, vingtieme iour de mars (1491)."Gothic folio [329 x 232 mm] of (127) ll. with 2 columns of 51 lines, signature a-VIIII, including the frontispiece, on the verso of which is a large woodcut". Large woodcut on the verso of title repeated on l. 82 verso. Complete. Full brown mottled calf, spine ribbed and decorated, sprinkled edges, outer margins of leaves a2 and a3 reinforced with few letters remade on leaf a3. 18th century binding.

  • Proust, Marcel - Hahn, Reynaldo.

    Edité par S. l. n. d.

    Vendeur Antiquariat INLIBRIS Gilhofer Nfg. GmbH, Vienna, A, Autriche
    Contacter le vendeur

    Membre d'association : ILAB

    Evaluation du vendeur : Evaluation 5 étoiles

    Manuscrit / Papier ancien Signé

    EUR 55 000

    Autre devise
    EUR 30 Frais de port

    De Autriche vers Etats-Unis

    Quantité disponible : 1

    Ajouter au panier

    2 p. in-8 (175 x 115 mm) sur papier de deuil, waterford, lettre non datée [1905-1906], trace de double feuillet (sur la page en vis à vis manquante devait figurer un dessin qui semble avoir été découpé). "KKKKKWA? - HHHHOE. - NNNNNAN Bonjours Fasché? NNNNNAN [.] au sujet "d'un dessin synthétique (purement imaginé de tous les dessins de mythologiques Turner. Et le commentaire que Ruskin eut écrit sur ce dessin. Ce commentaire est d'une justesse telle (Reynaldo) d'une facilité si convaincante (Reynaldo) d'une science si profuse (Reynaldo) d'une ressemblance si réussie (Reynaldo) d'une élocution si charmeresse (Reynaldo) et d'une si transcendante philosophie, que je vous prie de me le renvhoyier ou de le garsder, mais en me corrigeant les fautes d'anglais [.]" Et termine sa lettre avec une portée de musique sur laquelle figure le nom de Paul Gold Schmidt. Le 19 avril 1913, Proust va entendre la Sonate pour piano et violon de César Franck jouée par Paul Goldschmidt (1877-1957) et Georges Enesco. Il s'en inspirera pour un passage sur la sonate de Vinteuil. Céleste l'évoquait comme "richissime", "collet monté", "du côté de Sodome", ami d'un jeune Anglais du nom de Charlie [Humphries]. - "Mon petit Genstil. Mon petit genstil. Mon Buncht. Dites genstil si calmants ont réussi, s'ils ont produit un bon effet moral et consultation [ ?] de même. Je caresse votre petite tête mon petit genstil" (S.l.n.d., un feuillet in-8 écrit au recto à l'encre noire, 174 x 111 mm). - Lettre de Reynaldo à un destinataire inconnu, signée Hahn, pour lui rendre compte de sa soirée : "Je rentre du concert [.] et je t'envoie quelques lignes de renseignements. Symphonie de Beethoven fort bien jouée, l'orchestre a fait de grand progrès. Mélodie de Lefèbre très emmerdante et [ .] toutes deux chantées par Mlle Montabant". Il continue sa lettre sur la page en vis-à-vis: "je devais coucher chez toi ce soir mais je suis si fatigué que je reste chez moi, à travailler un peu. Mille embrassades. Hahn. Je vais te faire voir bien des choses et je t'enverrai ces jours ci [ ]". La lettre se termine sur le dernier feuillet par trois c urs fléchés. (S.l.n.d., 4 p. in-8 sur un feuillet double, encre noire).

  • Image du vendeur pour Le Quart Livre mis en vente par Librairie  Amélie Sourget

    Rabelais

    Edité par Robert Valentin, 1552

    Vendeur Librairie Amélie Sourget, Paris, France
    Contacter le vendeur

    Membre d'association : ILAB

    Evaluation du vendeur : Evaluation 5 étoiles

    EUR 45 000

    Autre devise
    Livraison gratuite

    De France vers Etats-Unis

    Quantité disponible : 1

    Ajouter au panier

    Couverture rigide. Etat : Très bon. RABELAIS, François. LE QUART LIVRE DES FAICTZ ET DICTZ HEROIQUES DU BON PANTAGRUEL. Avec Privilège du Roy. 1552. [À la fin:] À Rouen, par Robert Valentin, libraire. In-16 carré de 151 ff., maroquin blond, triple filet or encadrant les plats, dos à nerfs richement orné, pièces de titre et d'édition, dentelle intérieure, tranches dorées. Reliure signée de Capé vers 1850. 108 x 73 mm. PRECIEUSE EDITION DU Quart livre DE RABELAIS REPERTORIEE A UN SEUL EXEMPLAIRE PAR Rawles et Screech dans « A new Rabelais bibliography » (pages 254 à 256). Elle reproduit le texte de l édition Michel Fezandat publiée cette même année 1552 décrite par Tchemerzine comme : « Edition en grande partie originale, donnant pour la première fois le texte complet du quart livre, comprenant le prologue et 67 chapitres ». Le seul exemplaire répertorié par Rawles et Screech (Genève 1987) est celui de la B.n.F. incomplet du T8 blanc, relié par Duru en 1850 « considerable cleaning ». Le présent exemplaire était ainsi décrit dans le catalogue de la bibliothèque Ambroise Firmin Didot de juin 1878, n°628 « L une des premières éditions de ce livre complet. Joli exemplaire. Un certain nombre de feuillets habilement réenmargés en tête » avec quelques lettres refaites. La description suivante est tirée du seul exemplaire répertorié par la nouvelle bibliographie rabelaisienne de Rawles et Screech. Le Quart Livre, récit initiatique, est une charge contre la papauté, en accord avec la politique royale contemporaine. Il se présente sous la forme d un récit de voyage qui mêle les données actuelles nouvelles et les récits traditionnels, parodie les épopées antiques et tire profit de l anonyme Disciple de Pantagruel. Les héros, sous le prétexte d avoir le mot de la Bouteille sur le problème de Panurge, mais en fait mus par le « studieux désir de veoir, apprendre, congnoistre », sont embarqués dans un voyage mythique qui aborde les problèmes de la connaissance du monde et de soi. C est le dernier ouvrage paru du vivant de Rabelais qui, au début de 1553, résigne ses cures de Saint-Christophe-du-Jambet et de Meudon. PRECIEUX EXEMPLAIRE provenant des bibliothèques G. de Berny avec ex-libris et Ambroise Firmin-Didot (1878, I, n°628), répertorié par la nouvelle Biographie rabelaisienne à un unique exemplaire, celui de la B.n.F.

  • SOULAGES (Gabriel)

    Vendeur LIBRAIRIE LE GALET, PARIS, France
    Contacter le vendeur

    Evaluation du vendeur : Evaluation 5 étoiles

    Edition originale

    EUR 45 000

    Autre devise
    EUR 11 Frais de port

    De France vers Etats-Unis

    Quantité disponible : 1

    Ajouter au panier

    Couverture souple. Etat : Très bon. Edition originale. Tapuscrit constitué de 30 feuillets, 213 x 125 cm, dactylographiés au recto et agrafés sous couverture muette.

  • Image du vendeur pour Manuscrit autographe inédit du recueil "Le dernier pli des neuf voiles", véritable testament poétique mis en vente par Librairie Le Feu Follet

    MONTESQUIOU Robert de

    Date d'édition : 1920

    Vendeur Librairie Le Feu Follet, Paris, France
    Contacter le vendeur

    Membre d'association : ILAB

    Evaluation du vendeur : Evaluation 4 étoiles

    Manuscrit / Papier ancien Edition originale Signé

    EUR 43 700

    Autre devise
    EUR 18 Frais de port

    De France vers Etats-Unis

    Quantité disponible : 1

    Ajouter au panier

    couverture souple. - s.d. (ca 1920), 620 ff. sous trois chemises de 25x33cm, en feuilles sous chemises. - Un inestimable testament poétique du mentor de Marcel Proust, qui dort à l'abri des regards depuis la mort de son auteur. L'ensemble de poèmes manuscrits autographes en grande partie inédits de Robert de Montesquiou-Fezensac est rassemblé par le comte en un recueil intitulé Le Dernier Pli des neuf voiles, dont la composition s'étend de son tout premier recueil (Les Chauves-Souris, 1892) jusqu'à son dernier triptyque (Offrandes, 1915). Ensemble manuscrit de 620 feuillets. 532 feuillets inédits, de premier jet, manuscrits au recto et numérotés au crayon, conservés dans 3 chemises en demi-maroquin rouge à coins de l'époque, étiquettes de maroquin rouge avec auteur et titre doré?; les poèmes sont ensuite placés dans des chemises avec titre manuscrit et numérotation prévue pour leur parution. Selon une note de l'auteur, «?les différences d'encre n'ont pas de signification, simple hasard de copie?». Rares feuillets de la main de son secrétaire Henri Piniaud?: f. 20 du «?Huitième voile?» et f. 29 du «?Neuvième voile?». 23 feuillets présentent les textes imprimés ou tapuscrits des poèmes et sont enrichis de corrections de la main de Montesquiou. Un jeu d'épreuves imprimées se trouve en tête de la première chemise, ainsi qu'un calque au crayon d'après Aubrey Beardsley réalisé par l'auteur et accompagné de ses indications manuscrites. Sublime ode au dandysme, à l'homosexualité et la beauté, cette promenade mondaine et poétique de Montesquiou plonge le lecteur dans le Paris fin-de-siècle et décadent décrit dans la Recherche du temps perdu de son ami Marcel Proust. Empreint de son enthousiasme légendaire pour l'Art pictural, décoratif, théâtral et floral, le recueil livre également des centaines de vers endeuillés par la disparition de l'amant du comte, Gabriel Yturri. Grâce à ce recueil de poèmes de Robert de Montesquiou-Fezensac dont on avait perdu toute trace depuis 1986, il est désormais possible d'achever la réhabilitation du poète aristocrate qui a longtemps incarné et façonné l'esprit parisien. Montesquiou a laissé en mai 1920 des instructions manuscrites pour la publication posthume du recueil, initialement annoncée en deux volumes, et jamais réalisée. à sa mort un an plus tard, les poèmes seront légués à son secrétaire Henri Pinard, qui les vendra à une date inconnue. Passés aux enchères le 24 novembre 1986, ils sont mentionnés dans le colloque Loire-Littérature en 1989. Ce manuscrit considérable de Montesquiou se construit comme une véritable «?demeure de poésie?» à l'image de ses célèbres appartements d'esthète décrits par Huysmans, où les «?voiles?» en enfilade contiennent des dizaines de poèmes inédits écrits parallèlement à ses précédents recueils. L'auteur a lui-même indiqué la parenté de chaque «?voile?» avec un recueil publié, annonçant ici la complétion totale de son uvre par l'ajout de poèmes qui dormaient encore dans ses papiers. Les trois épaisses chemises renferment des trésors de rareté et de curiosité, parfois tracés sur des feuilles colorées, souvent contrecollés sur de plus grandes feuilles rigoureusement ordonnées en attendant leur parution. Des poèmes écrits sans rature, fluides, à l'écriture galbée et précieuse côtoient de nombreux autres manuscrits de premier jet?: biffures et corrections témoignent également du travail en cours sur les nouveaux poèmes?; elles ont été appliquées dans les épreuves imprimées de l'ouvrage, présentes en tête de la première chemise du manuscrit. Quelques poèmes sont repris tels quels de recueils déjà parus mais sont légèrement modifiés, selon les explications données par l'auteur. Montesquiou ajoute également quelques bandes de notes manuscrites détaillant ses intentions. Le manuscrit renferme un florilège poétique d'art sacré, de fleurs rarissimes et de mobiliers anciens ornant ses célèbres appartements parisiens «?autour desquels s'étaient bâties tant de légendes?» (Jacques S.

  • Image du vendeur pour RARE COLLECTION de 7000 livres, bouquins, B.D., revues littéraires de 1850 à 1980" Soit 3000 livres de 1850 à 1960 + 2500 bouquins de 1960 à 1980 + 300 albums de bandes dessinées originaux + 1200 revues littéraires mis en vente par Mad-Museum

    Couverture rigide. Etat : Très bon. Edition originale. "RARE COLLECTION de 7000 livres, bouquins, B.D., revues littéraires de 1850 à 1980" Soit 3000 livres de 1850 à 1960 + 2500 bouquins de 1960 à 1980 (romans, poésie, théâtre, philosophie, historique, première et seconde guerre mondiale, politique, médecine, agriculture, loisirs, tourisme et voyages, ésotérisme, aventure, policier, + tous thèmes divers) + 300 albums de bandes dessinées originaux (TINTIN, ASTÉRIX, LUCKY LUKE, etc.) + 1200 revues littéraires (LES ANNALES, LA REVUE DE PARIS, LA REVUE DES DEUX MONDES, LA REVUE UNIVERSELLE, LE MOIS, LA NOUVELLE REVUE FRANÇAISE, LES OEUVRES LIBRES, MARGINALE, LA NEF, LES LETTRES NOUVELLES, MERCURE DE FRANCE, A CONTRE-COURANT, LECTURE POUR TOUS, etc., etc., etc.) / Collection visible sur rendez-vous près d'Avignon (Téléphone: 04 90 38 56 82).

  • Image du vendeur pour De Subtilitate libri xxi mis en vente par Librairie  Amélie Sourget

    Cardan

    Edité par Rouillé, 1559

    Vendeur Librairie Amélie Sourget, Paris, France
    Contacter le vendeur

    Membre d'association : ILAB

    Evaluation du vendeur : Evaluation 5 étoiles

    EUR 35 000

    Autre devise
    Livraison gratuite

    De France vers Etats-Unis

    Quantité disponible : 1

    Ajouter au panier

    Couverture souple. Etat : Très bon. In-8 de 718 pp., index de 24 ff., gravures sur bois. Vélin souple à recouvrement doré à la Fanfare, dos lisse orné de caissons et faux-nerfs, tranches dorées et ciselées, traces d attaches. Reliure lyonnaise de l époque. Étui de maroquin noir et plexiglass moderne. 172 x 107 mm. « Le meilleur ouvrage de Jérôme Cardan », (Caillet 2015) « vaste encyclopédie des sciences et des techniques, dans laquelle il compare le monde à un corps vivant ». Première édition in-8 imprimée à Lyon en 1559 et seconde édition reproduisant l originale augmentée de 1554 de format in-folio, elle est ornée de nombreuses gravures sur bois. Le De Subtilitate, « ouvrage célèbre de Jérôme Cardan » (Brunet), fut imprimé pour la première fois à Nuremberg en 1550. La seconde édition originale « auquel l auteur a fait de grands changements et de nombreuses augmentations » a été imprimée à Bale en 1554. La présente édition de 1559 reproduit celle-ci. Une troisième édition originale donnée par Cardan avec de nouvelles augmentations verra le jour à Bale en 1560. « De Subtilitate ; this encyclopaedia of natural science « was the most advanced presentation of physical knowledge up to its time » (Norman). It contains a wide variety of subjects and facts, both real and imaginary, which include : cosmology, the construction of machines, the laws of mechanics, cryptology, alchemy, and various branches of the occult. » Jérôme Cardan (1501-1576) excella aussi bien dans les mathématiques que dans les sciences et la mécanique. Magnifique inventeur de génie, il édifia un système philosophique basé sur l'immortalité de l'âme. En 1570, vers la fin de sa vie, il fut arrêté, traduit devant un tribunal de l'Inquisition et inculpé d'hérésie pour la publication d'un horoscope de Jésus-Christ et l'apologie de Néron. Il perdit son poste de professeur, fut libéré sous caution mais obligé de détruire une bonne partie de son uvre restée manuscrite et il restera interdit de publication. En mathématiques, Jérôme Cardan fit progresser l'algèbre par la théorie des équations du 3e et du 4e degré. La notion de nombres négatifs avait déjà été évoquée par Léonard de Pise (Fibonacci) au XIIIe s. et pressentie précédemment par les Hindous. Mais c'est Jérôme Cardan qui, pour la première fois en Occident, effectuera des calculs avec des racines de nombres négatifs. Cardan étudia avec succès les racines carrées de nombres négatifs créant la notion d'un nouveau genre de nombres, les "nombres fictifs". Ce que nous appelons aujourd'hui « les nombres imaginaires ». Il fut l'un des premiers à aborder le domaine de la statistique et des probabilités. L'apport de Cardan au problème du calcul des probabilités est considérable. En plus de son importante contribution à la médecine et aux mathématiques, il fut un précurseur dans de nombreux domaines : la mécanique, le calcul des probabilités, l'hydrodynamique, la météorologie, la photographie, la botanique, et la géologie. En mécanique, le trait de génie de Cardan fut d'avoir compris que la transmission de la force d'un moteur à une roue ne pouvait se faire en direct : l'arbre de transmission casse. Il inventa donc entre le moteur et la roue une pièce (le cardan) qui se présente comme comportant un vide. Homme libre et généreux, libre penseur, homme de science aux idées modernes, chercheur et expérimentateur de terrain, habitué aux combats et aux prises de position provocantes, Jérôme Cardan fut un remarquable scientifique de la Renaissance. Exemplaire exceptionnel, dans sa première reliure, décorée à la fanfare, sans restauration ancienne. Petit manque dans la marge inférieure du titre, infime mouillure atteignant les 14 premiers feuillets. Travail de vers avec minime manque de lettres aux 7 derniers ff. (index). Rabat du premier plat partiellement fendu. Les exemplaires des uvres de Cardan en reliure d exceptionnelle qualité sont d une insigne rareté.

  • Image du vendeur pour Encyclopédie ou dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers Edition originale. in folio 1751 complet des Textes et planches 33 volumes mis en vente par Daniel Bayard librairie livre luxe book

    EUR 35 000

    Autre devise
    EUR 9 Frais de port

    De France vers Etats-Unis

    Quantité disponible : 1

    Ajouter au panier

    Couverture rigide. Etat : Très bon. Edition originale. Diderot D'Alembert Encyclopédie ou dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers Edition originale. in folio 1751 Diderot Edition originale Encyclopédie ou dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers Les 17 volumes de textes et 11 volumes de planches parus sous la Direction de Diderot. Nous joignons également les 4 volumes de supplément de Texte et le volume de Supplément de Planches avec ses fameuses planches hermaphrodites qui firent scandale à l'époque bien présentes SOIT 33 volumes in folio Édition originale du monument éditorial et philosophique du siècle des lumières. Rare exemplaire de texte parfaitement établi tout début XIXe en cuir rouge à grains longs. 17 volumes de texte, 11 volumes de planches, 4 volumes de supplément de texte, 1 volume de supplément de planches. 29 ans d'un effort éditorial sans précédent. Ex libris P clouet sur les 17 volumes de texte et 4 volumes de supplément de texte. Chaque volume de planche est complet l'exemplaire comprends donc les 3130 planches suivant le compte de l'éditeur. certaines planches valant double ou triple. Diderot et D Alembert. Encyclopédie ou dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers, par une société de gens de lettres. Mis en ordre & publié par Mr Diderot de l'académie royale des sciences et Belles lettres (.) et quand à la partie Mathématique par Mr D'Alembert (.) Paris Briasson, David , Le Bret, Durand T1 et 2 1751, [ interdiction pendant 18 mois] T3 1753, T4 1754, T5 1755, T6 1756, T7 1757, [révocation du privilège le 8 mars 1759] puis T8 a 17 sous la direction de D*** Samuel Fausche Neuchastel [ Paris] 1765 . Les 11 volumes de planches ont été publiés de 1762 à 1777. Les 4 suppléments de texte de 1776-1777 1 volumes de supplément de planche 1777 (sans les deux volumes de tables parues seulement en 1780) Soit 33 volumes in folio 40 x 27 cm, environ Pour le texte et les suppléments de Texte soit 21 volumes reliure uniforme demi maroquin rouge à grains longs.(chagrin maroquiné) reliure tout début XIXe Ex libris, superbe ensemble sans aucune restauration et aux coiffes bien intègres. Pour les 9 premiers volumes de planches la reliure est différente de celle des textes mais également rouge. Reliure uniforme plein maroquin rouge à grains fins, dos à nerfs ornés, reliure fin XIXe début XXe. dos dans le style du XVIIIe. dos passés virés au rose. Pour les tomes 10 et 11 de planche une reliure en veau, une reliure demi veau reliures toutes deux usagées. Pour le supplement de planches une reliure plein veau en bel état. Exemplaire frais dans l'ensemble, mouillure en marges du volumes 12 et dans une moindre mesure du volume 11. Quelque texte d'accompagnement des planches roussis . Mais les planche sont fraiches dans l'ensemble. Le Discours préliminaire de Diderot en tête des premiers tomes de l Encyclopédie est considéré comme le véritable manifeste du siècle des Lumières. Édition originale de « l entreprise littéraire la plus vaste qu ait produite le siècle des Lumières » (Brunet) « qui fraya dans les esprits le chemin à la Révolution de 1789. » (Dictionnaire des uvres). L'idée de départ était seulement de 8 volumes in folio de texte et deux de planches, publication prévu de juin 1751 à décembre 1754. Finalement 29 ans plus tard un monument avait vu le jour. Cette grande entreprise, sous l ampleur des volumes et l énorme variété de ses 71 818 articles, conçue et courageusement défendue par Diderot, marque au milieu du XVIIIe siècle le triomphe de l esprit philosophique dans la lutte contre la tradition, l autorité et les abus.Diderot combat à travers ce livre toutes les superstitions et l'obscurantisme. Ces volumes sont donc toujours et plus que jamais d'une grande actualité, et nous sommes bien forcés de constater que cet objectif n'a malheureusement pas été encore totalement atteint au XXIe siècle. Cet ouvrage est apparu dangereux aux yeux des autorités qui l ont condamné à deux repris.

  • Brunhoff, Laurent de, author and illustrator (b. 1925).

    Edité par Paris, [not after 1954]., 1954

    Vendeur Antiquariat INLIBRIS Gilhofer Nfg. GmbH, Vienna, A, Autriche
    Contacter le vendeur

    Membre d'association : ILAB

    Evaluation du vendeur : Evaluation 5 étoiles

    Manuscrit / Papier ancien Signé

    EUR 35 000

    Autre devise
    EUR 30 Frais de port

    De Autriche vers Etats-Unis

    Quantité disponible : 1

    Ajouter au panier

    304:495 mm. Signed at lower left: "Laur de Brunhoff". A charming, large-format watercolour showing Celesteville, the capital of "Le pays des Éléphants", Babar's Kingdom. The illustration was used as a double-page spread in "Babar à la fête de Célesteville" (1954) and thus bears a few pencilled marks by the printer in the blank margins. - The children s classic, Babar, began as a bedtime story that Cécile de Brunhoff told her young sons, Laurent and Mathieu, in 1930, when they were five and four years old, respectively. They loved the story about the little elephant so much that they asked their father, who was an artist, to draw pictures for them of the elephant world their mother had described. He did and eventually created a book, Histoire de Babar: le petit éléphant (The Story of Babar), which was published by Jardin des Modes, a family-run publishing house. Jean de Brunhoff created six more Babar books. - De Brunhoff, who holds both French and American citizenship, was made an Officier de l Ordre des Arts et des Lettres, and a Chevalier of the Légion d Honneur. - Perfectly preserved.

  • Gauguin, Paul, French painter (1848-1903).

    Edité par [Paris, April 1890]., 1890

    Vendeur Antiquariat INLIBRIS Gilhofer Nfg. GmbH, Vienna, A, Autriche
    Contacter le vendeur

    Membre d'association : ILAB

    Evaluation du vendeur : Evaluation 5 étoiles

    Manuscrit / Papier ancien

    EUR 35 000

    Autre devise
    EUR 30 Frais de port

    De Autriche vers Etats-Unis

    Quantité disponible : 1

    Ajouter au panier

    Small 8vo. 6 pp. on bifolia. Important letter in French to the painter Émile Bernard (1868-1941) announcing his plan to move to Madagascar so as to found a "workshop of the tropics" where fellow artists could join him: "Irrevocably I will go to Madagascar - I will buy a clay house in the country that I will enlarge myself, grow plants and lead a simple life [.] Then I will found the workshop of the tropics - whoever wishes can come there to meet me." Always short of money, Gauguin hopes to finance his move with the expected revenues from a pending art deal with the collector Charles Charlopin: "Now there is a silver lining on the horizon, dissipating the accumulated mists. I am on the verge of selling several paintings for 5000f independent of Goupil, very cheap of course. The buyer is all right but he will only get his money in a month. I will not believe it until I have the money in my pocket." In preparation for his relocation he obtained information from Odilon Redon's wife Camille who grew up in La Réunion and knew Madagascar: "She told me that you can live there for 30 years with 5000f if you want to. The cost of living is practically nil for those who wish to live like the inhabitants. By hunting alone you can easily find food etc. Therefore I will, once my deal is closed, start what I am talking about and live freely and make art." - Commenting on Bernard's dissatisfaction with his job as an industrial designer, Gauguin prompts his friend to join him as soon as possible: "With all my heart I address the sufferer, the artist who cannot practice his art here in Europe [.], come and find me - you will find, without money, the safe existence in a better world." Gauguin presents his invitation as an act of charity: "If you are unhappy, I cannot give you any consolation other than this - Half of my coat - That's still the best way to be Christian [.]". - Malingue dates the letter to April 1890, which is in agreement with the references to Émile Bernard's brief career as an industrial designer (late 1889 to July 1890) and Gauguin's announcement to leave for Le Pouldu, Brittany, in the short postscript (Malingue CII, 182f.). The letter at hand is very similar in content to a letter written to Vincent van Gogh from 13 June 1890 (Jansen et al., 884). On 17 June 1890 van Gogh wrote his brother Theo that although he considers Gauguin's plan unrealistic in the extreme, he would like to join him in Madagascar (ibid., 889). Later that month Gauguin began to consider Tahiti as an alternative while still pondering at least until July (Malingue CVII and CIX). After dragging on for months, the deal with Charlopin eventually fell through and Gauguin could only gather enough capital for his voyage through an auction in early 1891. When he finally set sail for Tahiti on 1 April 1891, his friendship with Émile Bernard was over and Vincent van Gogh had commited suicide. - Folded. With occasional brownstains, a deep fold tear and a collector's note "Paris, 1890" in pencil and ink. M. Malingue (ed.), Lettres de Gauguin a sa femme et a ses amis (Paris: Grasset, 1946), CII, p. 186f. Cf. L. Jansen, H. Luijten, N. Bakker (eds.), Vincent van Gogh. The Letters (Amsterdam/The Hague, 2009).

  • Image du vendeur pour Autograph letter signed "Paul Gauguin". mis en vente par Antiquariat INLIBRIS Gilhofer Nfg. GmbH

    Gauguin, Paul, French painter (1848-1903).

    Edité par [Tahiti], August 1897., 1897

    Vendeur Antiquariat INLIBRIS Gilhofer Nfg. GmbH, Vienna, A, Autriche
    Contacter le vendeur

    Membre d'association : ILAB

    Evaluation du vendeur : Evaluation 5 étoiles

    Manuscrit / Papier ancien

    EUR 35 000

    Autre devise
    EUR 30 Frais de port

    De Autriche vers Etats-Unis

    Quantité disponible : 1

    Ajouter au panier

    4to. 2 pp. In French. To his friend and patron, the painter and art collector Daniel de Monfreid (1856-1929), concerning Gauguin's friend, the ship's doctor Joseph Gouzer (1854-1901), and his dire financial situation. Gauguin reports that he had received a "charming letter" from Gouzer who was "completely enthusiastic about Daniel [Monfreid], a talented painter and independent spirit". Apparently, Gauguin had arranged a meeting between Joseph Gouzer and Daniel de Monfreid. Although Gouzer strongly recommended Gauguin to return to France in view of his poor health, the artist dismissed the idea: "He also talked to me about the necessity for me to return to France. And with what - and - why do it. If I had been forced to return, I would not have gone this time unless I was crazy. But by the way, what Gouzer says does not have any consequences because he has more good will than good judgment". - Gauguin had met Gouzer when his ship, the Duguay-Trouin, anchored at Tahiti in 1896. He was among the few buyers of Gauguin's work in Tahiti when he bought "Three Tahitian Women" for 100 francs (today shown at the Metropolitan Museum in New York), as well as some drawings. One of the few photographs of Gauguin on Tahiti shows him in the company of Gouzer and two indigenous women. - In the second part of the letter, Gauguin describes his financial situation, aggravated by his poor health: "I have not a dime left and no credit for bread even with the Chinese. If I could walk, I would go to the mountains for a few days to look for food, but nothing. I was wrong not to die last year, it would have been better and now it's getting silly; this is, however, what I will do to the next courier if I do not receive anything. Right now, I owe 1900 f: therefore, if I receive something, it will be to plug the hole a little bit and to live two or three months and so on. This is not an existence anymore, and it is also what keeps me from healing". - In light of these hardships, Gauguin contemplates the potential financial relief he could get in France by selling his collection, but ultimately dismisses the thought: "Ah! If I were in France, I could easily respond [and] find money in little time; it is merely a question of price, the Van Goghs, the Cézanne and some of my paintings would take care of the problem promptly. There I am! I am starting to tell the same stories again . uselessly [.]". In closing, Gauguin thanks Monfreid for a pair of shoes that he had sent: "I received the shoes, wonderfully made, but I cannot wear them until I am somewhat recovered; all shoes hurt me." - With recipient's note in crayon concerning a missing attachment. Traces of folds. Lettres de Paul Gauguin à Georges-Daniel de Monfreid (Paris: Éditions Georges Crès et Cie, 1918), p. 183ff.

  • Image du vendeur pour Autograph letter signed. mis en vente par Antiquariat INLIBRIS Gilhofer Nfg. GmbH

    Catherine de' Medici, Queen of France, wife of King Henry II of France (1519-1589).

    Edité par No place, [probably November 1581]., 1581

    Vendeur Antiquariat INLIBRIS Gilhofer Nfg. GmbH, Vienna, A, Autriche
    Contacter le vendeur

    Membre d'association : ILAB

    Evaluation du vendeur : Evaluation 5 étoiles

    Manuscrit / Papier ancien

    EUR 35 000

    Autre devise
    EUR 30 Frais de port

    De Autriche vers Etats-Unis

    Quantité disponible : 1

    Ajouter au panier

    Folio (320 x 235 mm). 1 p., with address panel to verso. To secretary of state Nicolas de Neufville, seigneur de Villeroy. Catherine de' Médici was one of the great female letter writers of the Renaissance, drafting many of her political letters (as here) in her own hand. She had been Queen consort of France as wife of Henry II, but rose to political power after his death in 1559. She stood behind the brief reign of her eldest son Francis II and, upon his death only a year later, was appointed regent to her second son Charles IX (then only ten years old). He died in 1574, leaving Catherine to preside over the chaotic reign of her third son Henry III, a period of terrible civil and religious war in France. Despite the turmoil, Catherine was a remarkable administrator in a political landscape in which she could trust almost no one. The present letter, drafted in her own hand (in itself remarkable), is typical of her direct style. She informs the secretary of state, Villeroy, one of the few members of government with whom she was intimate, of her wish to grant the benefice of the Abbey of Chailly (on the edge of the Forest of Fontainebleau) to the marquis de Saint-Sorlin, son of the Duchess de Nemours (and later duc de Nemours and Henry I of Savoy). She also makes provision for the benefice of Martigny-le-Comte (Burgundy) and arranges benefices for the sons of the statesman Pomponne de Bellièvre (who later became chancellor of France). The letter is apparently unpublished. It does not appear in the collected "Lettres de Catherine de Médicis" (1880-1943, 10 vols.), though a letter of 13 November 1581 (vol. VII, p. 415) addressed to the duc d Épernon, on the same subject, allows us to date ours with some confidence. - Old folds, light browning, loss to blank left-hand margin, just touching a word of text and possibly the date, but avoiding the signature, neatly repaired, three further neat repairs to verso. Provenance: Otto August Schulz, Leipzig.

  • Image du vendeur pour Scènes de la vie privée mis en vente par Librairie Le Feu Follet

    BALZAC Honoré de

    Edité par Mame et Delaunay-Vallée|& Levavasseur, 1830

    Vendeur Librairie Le Feu Follet, Paris, France
    Contacter le vendeur

    Membre d'association : ILAB

    Evaluation du vendeur : Evaluation 4 étoiles

    Edition originale Signé

    EUR 34 500

    Autre devise
    EUR 18 Frais de port

    De France vers Etats-Unis

    Quantité disponible : 1

    Ajouter au panier

    Couverture rigide. - Mame et Delaunay-Vallée & Levavasseur, Paris 1830, 13x21,5cm, 2 volumes reliés. - Édition originale rare et recherchée. Reliures en demi basane fauve, dos lisses ornés d'arabesques dorées ainsi que de motifs typographiques à froid, pièces de titre et de tomaison de basane bleu marine renouvelées, guirlandes dorées en tête et en queue, plats de papier marbré, gardes et contreplats de papier à la cuve, exemplaire réemboîté, reliures romantiques de l'époque. Quelques petites rousseurs. Précieux envoi autographe signé d'Honoré de Balzac : « à Monsieur Leroy comme un témoignage de la reconnaissance de l'auteur. Avril 1831. De Balzac ». Exceptionnel envoi politique à Henry Leroy, dédicataire de l'ultime Lettre sur Paris publiée dans Le Voleur et témoin, aux lendemains des Trois Glorieuses, des velléités électorales de Balzac qui influenceront profondément ses écrits. Au-delà du geste politique, le don de ces Scènes de la vie privée pour satisfaire à ses ambitions publiques inscrivent, dès l'origine de son engagement, la prééminence du projet littéraire sur l'action politique de l'auteur de La Comédie Humaine. Bien qu'il considère la monarchie de Juillet comme une trahison, celle-ci offre à Balzac la possibilité de réaliser un rêve déjà ancien, celui de l'action politique. Déjà en 1819, il écrivait à sa s ur : « Si je suis un gaillard [.], je puis avoir encore autre chose que la gloire littéraire, il est beau d'être un grand homme et un grand citoyen. » La modification des conditions d'éligibilité offre au démiurge l'occasion de participer à l'écriture de la grande Histoire. Balzac, « sur les traces de son modèle, Chateaubriand, veut cumuler les fonctions de penseur et d'acteur du politique » (cf. P. Baudouin in Balzac et le politique). La maturation de cette ambition se fait au travers des Lettres sur Paris, 19 articles publiés dans Le Voleur entre septembre 1830 et mars 1831 et se concluant sur la célèbre Enquête sur la politique des deux ministères. Jamais signés, ces articles constituent la plus importante réflexion politique de Balzac et ont suscité, à ce titre, de très nombreuses études et commentaires. Chacune des Lettres est symboliquement adressée à un destinataire désigné uniquement par son initiale et sa ville. S'ils furent longtemps considérés comme fictifs, la plupart d'entre eux sont aujourd'hui identifiés, notamment parmi les proches de l'auteur et des personnalités politiques influentes. Ainsi, c'est à la suite de la Lettre XVI du 26 février 1831 qui lui est adressée, que son ami Samuel Henry Berthoud suggère à Balzac de se présenter dans sa commune. Enthousiasmé par ce projet, Balzac annonce officiellement sa candidature dans la Lettre du 15 mars puis, toujours sur les conseils de Berthoud, adresse la Lettre XIX du 29 mars à M. L*** à Cambrai, astéronyme derrière lequel doit se reconnaitre l'avocat Henry Leroy, dont Balzac espère obtenir un soutien cambraisien décisif. Les principaux espoirs politiques de Balzac se portent en effet sur Cambrai, dont il tente de séduire les élites tandis que Berthoud, rédacteur en chef de la Gazette de Cambrai, assure sa promotion et sa popularité auprès du peuple : « M. de Balzac n'est point seulement un écrivain célèbre, il est plus encore peut-être un publiciste profond. Il ne faut citer à l'appui de cette assertion que les Lettres sur Paris publiées dans Le voleur et dans lesquelles on remarque un jugement si sûr, une précision si lucide [.]. En outre, M. de Balzac s'occupe d'une publication de politique populaire qui doit contribuer puissamment à répandre, parmi les classes pauvres, l'instruction et mieux encore : les idées saines. » Ce faisant, le journaliste écrivait à son ami et champion : « Hâtez-vous [.] de venir à Cambrai. Nous ferons aller la grosse caisse et la Société d'émulation servira d'instrument. » C'est donc naturellement auprès d'Henry Leroy, président de cette influente Société d'émulation, que Balzac, devenu membre correspondant, déploie ses charmes.

  • Image du vendeur pour Le Philocope de Messire Iehan Boccacce Florentin, Contenat l histoire de Fleury & Blanchefleur, divise en sept livres traduictz d italien en francoys par Adrian Sevin Gentilhomme de la maison de Monsieur de Gié. mis en vente par Antiquariat Buechel-Baur

    BOCCACCIO, Giovanni.

    Edité par (Paris, D. Janot for) Gilles Corrozet, (February, 24th) 1542., 1542

    Vendeur Antiquariat Buechel-Baur, Winnenden, Allemagne
    Contacter le vendeur

    Membre d'association : ILAB

    Evaluation du vendeur : Evaluation 4 étoiles

    EUR 34 000

    Autre devise
    EUR 34,99 Frais de port

    De Allemagne vers Etats-Unis

    Quantité disponible : 1

    Ajouter au panier

    Hardcover. Etat : Sehr gut. Folio. VI, CLXXIIII leaves. With - repetitions included -36 text woodcuts (one nearly full-page) all surrounded by a varying border (partly decorated with coats of arms), some "lettres fleuries" initials by G. Tory (cf. Mortimer ) and few "Crible " initials. Woodcut printer's device. A magnificent, signed heraldic binding by the famous Paris bookbinder Gruel from the last quarter of the 19th century in an excellent state of preservation, with polychromatic Moroccan ribbon marquetry, abundant gilding of spine, cover, bottom and inside edges as well as gold-embossed spine title; three-side gilt-edging. In a later shift (broad spine of brown, napped leather with gold-embossed spine title [thumbed, somewhat faded], cover done in marbled paper, suede-lined [the lining slightly stained] and in a half-leather slip case with identical cover (slightly thumbed, edges somewhat flattened). First edition of Sevin s translation. Denis Janot organized this edition under his own name and for various Paris bookshops (cf. the corresponding entry in the Ind. Aurel. ), whose own signets and sales notes were then imprinted. Thus our specimen bears the Corrozet-signet on the title page (v. Renou ard 206) and the note : "On les vend à Paris en la grand Salle du Pa1ais du costé de 1a chapelle de messieurs, en 1a boutique de Gilles Corrozet Libraire." This signet makes the book - which is extremely rare anyhow - a top rarity , not accounted for in the relevant bibliographies / catalogues. The woodcuts derive from Janot's edition of the first books of "Amadis de Gaula" of 1540 (cf. Brun and Mortimer), but partly they were made earlier (thus one border is dated "1520"). The borders frequently bear foliage ornaments, and a whole series of them sows grotesque faces and heraldic shields. Brun writes about the "Amadis" woodcuts as a whole: « L'Amadis des Gaules dont le premier livre parut en 1540, est orné de vignettes qui offrent au lecteur une suite de charmant petits tableaux. Certaines sont d'un dessin si parfait et d'une taille si adroite qu'on ne peut s'empêcher de songer aux gravures de Lüt zelburger d'après Holbein. Ici, le style, les proportions des personnages, les physiono mies, tout enfin est différent et accuse la main d'un artiste français, mais la mâitrise est presque égale » (p.68), and generally on Janot's and Corrozet's importance (p.64 / 65) : « Ce fut le role de trois imprimeurs, Denis Janot, Etienne Groulleau et Gilles Corrozet, de répandre a profusion, sous un format commode, de petits textes classiques ou des livrets abondamment illustrés. Leurs vignettes élégantes et spirituelles, transmises ou copiées d'atelier en atelier, interprétées par les ciseleurs, les peintres verriers, les émailleurs et les fayenciers, contribuèrent pour une grande part a fixer les nouvelles formules décorati ves. ». The lavishly equipped Moroccan leather binding bears in the middle of both covers the coat of arms of Henri IV (1553 -1610) in an oval cartouche with the French heraldic shield (on a blue background) and that of Navarre (on red) together with three crowns: the two small ones representing France and Navarre, and the big one symbolizing the union (v. J. Guigard, Nouvelle Armorial du Bibliophile. Paris 1890. p. 20). The heraldic shields and the small crowns are enclosed by delicate foliage. Crown as well as tendrils are gold-embossed, the colours of the escutcheons are subtly repeated in the big crown. The coats of arms are surrounded by a network of partly geometrical, partly floral and ornamental polychromatic ribbons (in beige, brown, ruby and red) end ing at top and bottom in a bigger grotesque, and below four corner vignettes in a smaller one each (in beige the bigger, in brown the smaller ones). The fields between the stripes are gold-em bossed with "Crible" dots. The cover decor is predominantly worked in leather mar quetry . This binding in mock-historical style follows the tradition of "reliure adaptée au texte", a speciality of the Gruel.

  • Image du vendeur pour Histoire de la mission des pères capucins en l'isle de Maragnan et terres circonvoisines, où est traicté des singularitez admirables et des m urs merveilleuses des Indiens habitans de ce pais. (.). mis en vente par JF LETENNEUR LIVRES RARES

    D'ABBEVILLE (Claude).

    Edité par Paris, François Huby, 1614. 1614, 1614

    Vendeur JF LETENNEUR LIVRES RARES, Saint Briac sur mer, France
    Contacter le vendeur

    Membre d'association : ILAB

    Evaluation du vendeur : Evaluation 4 étoiles

    Edition originale

    EUR 32 000

    Autre devise
    EUR 9 Frais de port

    De France vers Etats-Unis

    Quantité disponible : 1

    Ajouter au panier

    1 vol. in-12° (167 x 110 mm) de : [8] ff. (Titre-frontispice gravé, épître, permission et approbations, privilège, table des chapitres) ; 395 ff. (Dont préface, erreurs de pagination sans incidence) ; 7 pl. hors-texte ; [35] pp. (table des choses les plus remarquables contenues en cette histoire). Bandeaux et lettrines. (Petites taches et mouillures marginales, quelques feuillets roussis par oxydation du papier, travaux de vers dans les marges, ensemble assez frais et beau tirage des gravures). Plein vélin d'époque, tranche-fils traversant les coiffes, trace de à lacets, dos à nerfs titré à l'encre brune, tranches jaspées. Exemplaire de toute rareté d'une des premières publications consacrées aux tentatives françaises de colonisation du Brésil et précieuse source, en partie unique, d informations ethnographiques et géographiques. A l orée du 16ème siècle, les Français mènent plusieurs tentatives de colonisation en Amérique, avec des succès au Nord (fondation de la Nouvelle France par Samuel Champlain), et quelques installations avortées au Sud. Claude d'Abbeville, né à Abbeville, est un missionnaire capucin qui participe, en 1612, à la tentative de colonisation française de la France équinoxiale au Brésil (Saint Louis de Maragnan, située dans l embouchure de la rivière Mearim). L'éphémère colonie s'implante avec le soutien de la reine régente Marie de Médicis qui nomme les Sieurs de La Ravardière et de Razilly « Lieutenants du Roi de France en l'île de Maragnan» et envoie des missionnaires Capucins pour exercer leur apostolat auprès des tribus tupinambas. De cette expérience coloniale est issu un corpus d'écrits composé de lettres apologétiques envoyées du Brésil par les Capucins et surtout de deux importants récits. Le premier est le présent ouvrage publié en 1614, récit complet du voyage à Maranhão de son auteur, le père Claude d'Abbeville, jusqu'à son retour en France accompagné du Sieur de Razilly et de six ambassadeurs tupinambas. La publication de ce livre, dans une édition luxueuse, ainsi que les cérémonies solennelles et l'impression des gravures représentant les ambassadeurs visaient à encourager de nouveaux commanditaires et à préparer une possible émigration vers la colonie brésilienne. Il s agit ainsi en partie d un ouvrage de « propagande » comparable à celui de Marc Lescarbot (Histoire de la Nouvelle France, 1609) publié dans le but d encourager des français à tenter l'aventure. La situation n'est plus la même un an plus tard : en 1615, quand le capucin Yves d'Évreux fait publier le second ouvrage intitulé « Suite de l'Histoire des choses mémorables advenues en Maragnan, des années 1613 & 1614 [ ] ». Ce dernier n'a cependant jamais été connu du public, car le tirage a été détruit dans les ateliers de l'imprimeur François Huby. Néanmoins, François de Razilly réussit à sauver un seul exemplaire du livre, hélas endommagé. Le fait nous est raconté dans une lettre qu'il fait imprimer et relier soigneusement avec le récit, et qu'il offre au roi Louis XIII en 1617. Conscient des intérêts politiques qui menaçaient de compromettre l'entreprise coloniale, Razilly y révèle les circonstances qui ont conduit la « faction espagnole », qui soutenait le projet de mariage du jeune Louis XIII avec l'infante Anne d'Autriche, à exercer des pressions pour que les Français quittent le Maranhão. C'est pour ces raisons que la couronne de France renonce à soutenir davantage sa colonie brésilienne, démantelée en novembre 1615 par les forces portugaises. En France, la dimension politique et religieuse du projet missionnaire du Maranhão trouve sa meilleure expression lors de la réception des ambassadeurs tupinambas à Paris, en 1613-1614. Toujours accompagnés de Claude d'Abbeville et du Sieur de Razilly, les deux ambassadeurs sont menés au Louvre afin de rendre hommage au roi de France et de soumettre « leur terre & leurs personnes à son sceptre», le reconnaissant comme «leur Roy & Souverain Monarque de leur païs » (pp.340-341). Le présent ouvrage de Claude d'Abbeville est publié à deux reprises au début de l'année 1614, dans ce contexte d'euphorie lié, d'une part, à la présence des Tupinambas à Paris, de l'autre, à l'urgence du départ d'une deuxième compagnie vers le Maranhão, pour pourvoir aux besoins matériels et humains de la France Équinoxiale. La présente édition est publiée immédiatement après la première, imprimée à la hâte à son retour quelques mois plus tôt et rapidement épuisée. Sortis des mêmes presses, les deux tirages ne diffèrent que par quelques différences typographiques mineures (fautes de la premier corrigées entrainant la suppression de l errata et index amplifié, passant de 27 à 35 pp.) Depuis la parution, en 1551, du livret signalant la participation d'une cinquantaine de « sauvages » à la fête brésilienne organisée pour l'Entrée Royale d'Henri II à Rouen, toute une série de documents attestent la présence de « brésiliens » en France. C'est aussi à Rouen, en 1562, que Montaigne rencontre les trois Brésiliens présentés au roi Charles IX, qui leur « parla à eux long temps », et auxquels on « fit voir nostre façon, nostre pompe, la forme d'une belle ville » (Essais, Livre I, chapitre XXI). En 1566, à Bordeaux, un autre défilé avec des Indiens du Brésil avait été organisé en hommage à Charles IX. La propagande monarchique qui inspire les cérémonies parisiennes de 1614 suit de près les principes apostoliques modernes chers aux capucins. D'une part, les missions constituent un temps fort du progrès du sentiment divin habitant virtuellement tout homme. De l'autre, la dévotion collective participe du processus politique d'émergence d'une communauté catholique universelle, qui embrasserait ainsi l'île des Tupinambas aussi bien que le royaume de France. L ouvrage de Claude d Abbeville débute par un très beau frontispice finement gravé figurant des scènes de dévotion et d histoire religieuse. Le récit de D'Abbeville offre la première description imprimée de Maranhao (Sabin), et « nous donne.