[MANUSCRIT]. Processional à l'usage des Dominicaines de Saint-Louis-de-Poissy. En latin... [MANUSCRIT]. Processional à l'usage des Dominicaines de Saint-Louis-de-Poissy. En latin... [MANUSCRIT]. Processional à l'usage des Dominicaines de Saint-Louis-de-Poissy. En latin...

[MANUSCRIT]. Processional à l'usage des Dominicaines de Saint-Louis-de-Poissy. En latin, manuscrit enluminé sur parchemin

PROCESSIONAL

Edité par Vers 1350 et 1425-1450
Ancien(s) ou d'occasion / Quantité disponible : 0
Disponible auprès d'autres vendeurs
Afficher tous les  exemplaires de ce livre

Au sujet du livre

Ce livre n'est malheureusement plus disponible. Ci-dessous, nous vous proposons d'autres livres correspondant à [MANUSCRIT]. Processional à l'usage des Dominicaines de Saint-Louis-de-Poissy. En latin, manuscrit enluminé sur parchemin de PROCESSIONAL.

Description :

____ Processionnal à l'usage des Dominicaines de Saint-Louis-de-Poissy, non recensé dans les répertoires et travaux de M. Huglo et J. Naughton. Le présent manuscrit est un bel exemple de cette liturgie sobre et fonctionnelle adoptée par les moniales de Saint-Louis-de-Poissy. La seconde partie (à partir du f. 41) a été rajoutée au XVe siècle, le manuscrit a donc été utilisé en continu pendant plus d'un siècle ou remis à jour par une moniale au XVe. Un processionnal est un livre liturgique qui contient les chants (antiennes, versets et répons) pour les processions claustrales et pour les fêtes liturgiques qui scandent l'année liturgique. Celui-ci appartient à un petit groupe de processionnals portatifs copiés du XIVe au XVIe siècle pour (et peut-être parfois par) les Dominicaines de Poissy. Ils étaient aux moniales de Poissy, ce que les livres d'heures pouvaient être aux fidèles laïcs: chaque s?ur se devait d'en posséder un. Ce que remarque J. Naughton, c'est la sobriété de ces processionnals («absence of expansive pictorial content») qui comportent, soit peu, soit pas du tout, de miniatures ou d'initiales historiées. On place l'emphase sur la liturgie, et non sur les images et ces livres servaient aux novices et aux s?urs dans leur engagement spirituel quotidien au ch?ur : chanter haut, fort et juste la liturgie dominicaine. C'étaient donc des «outils» plutôt que des possessions de luxe, utilisés tous les jours pendant les processions claustrales ou les jours de fête. Progressivement, J. Naughton souligne comment les images s'introduiront dans les processionnals copiés à Poissy au XVe puis au XVIe siècle. On en recense à ce jour une trentaine (Huglo, 1999 et 2004); J. Naughton en avait identifié 27 en 1999/2000, dont seuls 7 étaient datables du XIVe siècle. Le prieuré de Poissy, placé sous le patronage de Saint-Louis (on notera dans une rubrique le répons pour la fête de saint Louis, f. 21), fut fondé en 1298 à Poissy (Yvelines) par Philippe le Bel, petit-fils du roi Saint Louis, qui était né dans cette ville. C'était une abbaye royale, où les novices étaient issues des grandes familles proches du roi. En 1350, il y avait 150 moniales, dont 4 étaient de sang royal. D'un point de vue stylistique, la partie du XIVe siècle le rapproche des productions plus tardives du siècle. On comparera avec le manuscrit conservé à Rouen, MS Leber 144, donné pour XVe siècle par J. Naugthon, mais qui a depuis été donné à la seconde moitié du XIVe siècle. Le manuscrit a continué à servir au XVe siècle, comme en témoigne la seconde partie, d'un style quelque peu conservateur (et qui reprend des éléments décoratifs du XIVe s., voir par exemple le processional de Waddesdon Manor, Collection Rothschild, MS 2, reproduit par J. Naughton, 1999/2000, fig. 1), et qui abandonne le parti-pris des initiales filigranées pour introduire l'or bruni et un décor plus coloré, rappelant les manuscrits plus luxueux faits pour les Dominicaines au XIVe (citons par exemple le superbe Bréviaire de Belleville, fait pour Marie de France, moniale à Poissy). Quelques feuillets manquants (collation: i4 [d'un cahier de 8, manque i-iv], ii-vi8 [fin de la partie XIVe s., texte interrompu]; vii-viii8, ix10 [fin de la partie XVe s.]), écriture gothique liturgique à l'encre brune, réglure à l'encre brune, rubriques à l'encre rouge, lettres capitales rehaussées de rouge, initiales cadelées (parfois avec des profils anthropomorphes), initiales de couleur bleue ou rouge serties d'un décor filigrané rouge ou bleu, certaines avec des prolongements dans les marges (bandes d'I) [partie XIVe s.], initiales peintes en bleu avec quelques unes en rose, rehaussées de blanc, sur fonds d'or bruni, avec feuilles de vignes colorées et baguettes ascendantes et descendantes [partie XVe s.], notation musicale carrée sur des portées de quatre lignes tracées à l'encre rouge. Description détaillée et références bibliographiques sur demande. *-------* Enluminated manuscript on vellum, from the 14th centu. N° de réf. du libraire

Détails bibliographiques

Titre : [MANUSCRIT]. Processional à l'usage des ...
Éditeur : Vers 1350 et 1425-1450

Meilleurs résultats de recherche sur AbeBooks

1.

PROCESSIONAL
Edité par Vers 1350 et 1425-1450, France (Poissy ?) (1450)
Ancien ou d'occasion Quantité disponible : 1
Vendeur
Hugues de Latude
(Paris, France)
Evaluation vendeur
[?]

Description du livre Vers 1350 et 1425-1450, France (Poissy ?), 1450. ______ Format : In-8. [150 x 98 mm] Collation : 66 ff. Reliure : Maroquin brun, dos à nerfs orné de caissons dorés, encadrement dorés sur les plats, tranches dorées, fermoir. (Reliure du XVIIe.). ____ Processionnal à l'usage des Dominicaines de Saint-Louis-de-Poissy, non recensé dans les répertoires et travaux de M. Huglo et J. Naughton. Le présent manuscrit est un bel exemple de cette liturgie sobre et fonctionnelle adoptée par les moniales de Saint-Louis-de-Poissy. La seconde partie (à partir du f. 41) a été rajoutée au XVe siècle, le manuscrit a donc été utilisé en continu pendant plus d'un siècle ou remis à jour par une moniale au XVe. Un processionnal est un livre liturgique qui contient les chants (antiennes, versets et répons) pour les processions claustrales et pour les fêtes liturgiques qui scandent l'année liturgique. Celui-ci appartient à un petit groupe de processionnals portatifs copiés du XIVe au XVIe siècle pour (et peut-être parfois par) les Dominicaines de Poissy. Ils étaient aux moniales de Poissy, ce que les livres d'heures pouvaient être aux fidèles laïcs: chaque s?ur se devait d'en posséder un. Ce que remarque J. Naughton, c'est la sobriété de ces processionnals («absence of expansive pictorial content») qui comportent, soit peu, soit pas du tout, de miniatures ou d'initiales historiées. On place l'emphase sur la liturgie, et non sur les images et ces livres servaient aux novices et aux s?urs dans leur engagement spirituel quotidien au ch?ur : chanter haut, fort et juste la liturgie dominicaine. C'étaient donc des «outils» plutôt que des possessions de luxe, utilisés tous les jours pendant les processions claustrales ou les jours de fête. Progressivement, J. Naughton souligne comment les images s'introduiront dans les processionnals copiés à Poissy au XVe puis au XVIe siècle. On en recense à ce jour une trentaine (Huglo, 1999 et 2004); J. Naughton en avait identifié 27 en 1999/2000, dont seuls 7 étaient datables du XIVe siècle. Le prieuré de Poissy, placé sous le patronage de Saint-Louis (on notera dans une rubrique le répons pour la fête de saint Louis, f. 21), fut fondé en 1298 à Poissy (Yvelines) par Philippe le Bel, petit-fils du roi Saint Louis, qui était né dans cette ville. C'était une abbaye royale, où les novices étaient issues des grandes familles proches du roi. En 1350, il y avait 150 moniales, dont 4 étaient de sang royal. D'un point de vue stylistique, la partie du XIVe siècle le rapproche des productions plus tardives du siècle. On comparera avec le manuscrit conservé à Rouen, MS Leber 144, donné pour XVe siècle par J. Naugthon, mais qui a depuis été donné à la seconde moitié du XIVe siècle. Le manuscrit a continué à servir au XVe siècle, comme en témoigne la seconde partie, d'un style quelque peu conservateur (et qui reprend des éléments décoratifs du XIVe s., voir par exemple le processional de Waddesdon Manor, Collection Rothschild, MS 2, reproduit par J. Naughton, 1999/2000, fig. 1), et qui abandonne le parti-pris des initiales filigranées pour introduire l'or bruni et un décor plus coloré, rappelant les manuscrits plus luxueux faits pour les Dominicaines au XIVe (citons par exemple le superbe Bréviaire de Belleville, fait pour Marie de France, moniale à Poissy). Quelques feuillets manquants (collation: i4 [d'un cahier de 8, manque i-iv], ii-vi8 [fin de la partie XIVe s., texte interrompu]; vii-viii8, ix10 [fin de la partie XVe s.]), écriture gothique liturgique à l'encre brune, réglure à l'encre brune, rubriques à l'encre rouge, lettres capitales rehaussées de rouge, initiales cadelées (parfois avec des profils anthropomorphes), initiales de couleur bleue ou rouge serties d'un décor filigrané rouge ou bleu, certaines avec des prolongements dans les marges (bandes d'I) [partie XIVe s.], initiales peintes en bleu avec quelques unes en rose, rehaussées de blanc, sur fonds d'or bruni, avec feuilles de vignes colorées et baguettes ascendantes et descendantes [partie XVe s.], notation musical. N° de réf. du vendeur 13826

Plus d'informations sur ce vendeur | Contacter le vendeur

Acheter D'occasion
EUR 28 000
Autre devise

Ajouter au panier

Frais de port : EUR 25
De France vers Etats-Unis
Destinations, frais et délais